mardi, 12 décembre 2017|

49 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Méthodes, circuits neuronaux et idéologie

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Cela passe inaperçu, mais l’attaque du lobby syllabique, bien relayé par les médias, se poursuit avec acharnement.

Il continue de s’appuyer sur des travaux "scientifiques" (ou estampillés "scientifiques) soigneusement triés pour asséner LA VERITE. Même les créationnistes arrivent à en trouver.

Pour tirer un enseignement à toute recherche scientifique, il faut savoir comment ont été obtenues les données sur lesquelles elle s’appuie. En ce qui concerne Dehaene et les derniers sociologues qui font un tube (je me demande si ceux qui considèrent que la sociologie n’est pas une science n’ont pas raison !) leurs observations sont faites sur des enfants et des adultes ayant appris collectivement et simultanément par une méthode et un manuel imposés (IMPOSES !). Les résultats sont courus d’avance ! De même que la dissociation du lire et de l’écrire est très curieuse. C’est comme si on voulait étudier comment le cerveau apprend à parler puis comment il apprend à comprendre. Il est vrai que je ne connais pas encore de travaux d’imagerie s’étant atteler à cela pour "comparer" les "méthodes" qu’il utiliserait ! Il n’y a pas d’enjeu économique (vendre les méthodes) ou idéologique.

Ces mêmes scientifiques reconnaissent aujourd’hui la complexité, mais ils s’évertuent à la réduire à une infime partie et à ce qu’ils croient (CROIENT !) rationnel. Je m’en explique à propos de l’apprentissage de la lecture dans le court billet dont le lien est en fin de texte.

Je voudrais insister sur deux points :

La vérité scientifique.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que parmi la masse des travaux scientifiques sont extraits UNE VERITE qui convient particulièrement à quelques-uns et qui va ensuite régenter toute la vie sociale, économique, politique... parce qu’alors la majorité les prend comme la seule vérité. Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’une masse d’autres travaux tout aussi scientifiques sont ignorés, voire censurés. Les bases de données actuelles en fourmillent et peuvent les révéler à ceux qui les cherchent. De plus en plus de scientifiques le font d’ailleurs en mettant leurs travaux en relation avec beaucoup d’autres et dans d’autres domaines, ceux-là relativisent toujours les conclusions qu’ils peuvent provisoirement en tirer.

Or, chaque fois que notre société s’est engagée sur une voie au nom d’UNE vérité scientifique, les conséquences ont été aussi désastreuses que lorsqu’elle le faisait au nom d’une vérité religieuse. L’histoire en est remplie, exemple de l’agriculture industrielle s’appuyant sur la science (Vive les scientifiques de Monsanto) ou de la vie sociale régentée par des économistes (pris pour des scientifiques), etc Toutes les idéologies trouvent le prétexte de la science pour réduire tout le monde au silence et à la soumission .

L’IMPOSITION de méthodes

Le principe de toute méthode d’apprentissage est d’imposer un fonctionnement cérébral, qui plus est une uniformisation de tous les cerveaux la subissant. J’ai souvent écrit que, suivant comme on apprend à lire, on devient tel citoyen. Toute méthode soumet le cerveau de ceux qui la subissent. Le formatage cérébral massif, simultané et collectif est le moyen indirect et insidieux (parce qu’on ne le lie pas à une idéologie) le plus puissant à tout totalitarisme.

L’application d’une méthode induit aussi l’agencement des enfants, le découpage arbitraire de leur temps (ne plus être libre de l’utilisation de son temps, ce qui est accepté ensuite dans la vie sociale), l’exécution permanente d’ordres (même si on veut que ce ne soient que des injonctions), l’absence de toute initiative (il ne faut pas échapper à LA méthode)....

Si on observe d’où viennent ceux qui s’acharnent pour imposer la syllabique, on constate aussi que beaucoup sont les réac-publicains comme les définit Gregory Chambat. Ils ont le même discours commun, en particulier sur l’autorité, Et la réitération incessante à un passé syllabique idyllique ne s’embarrasse pas cette fois de vérité. Il y a beau avoir des travaux qui montrent que c’est faux, que de vieux instits comme moi disent que c’est faux, qu’il y a une cohorte d’illettrés de cette époque qui pourraient témoigner que c’est faux, il suffit de dire "Moi, c’est grâce à la méthode syllabique que j’ai appris à lire" pour affirmer une généralisation qui arrange.

C’est à dire qu’il y a bien un lien pour beaucoup entre méthodes et idéologies.

Il est impossible de rester silencieux sur ces campagnes hargneuses parce que "peut-être qu’il y a des enfants qui ont pu apprendre ainsi" . Et alors ?

Pour en savoir plus : Méthodes et circuits neuronaux :

http://education3.canalblog.com/archives/2015/09/25/32676579.html#c67162381

Un autre billet à propos de l’utilisation des travaux des neurobiologistes en pédagogie :

http://education3.canalblog.com/archives/2014/05/22/29923337.html

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1152