lundi, 23 octobre 2017|

33 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

"Je suis Charlie", la question du sens

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   2 commentaire(s)

J’ai été assez surpris (mais pas du tout offusqué) des très nombreux échanges qui ont eu lieu sur les listes de diffusion des militants pédagogiques et/ou politiques à propos de « je suis Charlie ».

Est-ce qu’à propos d’autres événements afficher « je suis juif » ou « nous sommes tous juifs » signifie qu’on est juif ou qu’on a une quelconque sympathie pour la religion juive ?

Imaginons (bien que ce soit totalement inimaginable) qu’en 1940 tout le monde ait porté une étoile jaune… On craint toujours de faire des rapports qui font pousser les hauts cris « Tu n’as pas le droit ! Cela n’a rien à voir ! Etc. etc.

Dans ce qu’un certain nombre d’enseignants ont raconté comment l’événement avait été vécu dans leur classe, je n’ai rien lu à propos de ce symbole adopté (mais je n’ai lu que quelques-uns des messages ou commentaires). Or, c’est une multitude de symboles qui structure l’inconscient collectif d’une société ou de groupes sociaux. Mais on apprend rarement à lire un symbole. C’est d’ailleurs dangereux puisque le même peut être interprété différemment, détourné, retourné…

Les symboles quand ils sont condensés et affichés dans une expression, un graphisme, sont un signe de reconnaissance, d’appartenance, …ou de prosélytisme ou de protection, ou de menace pour ceux qui ne l’affichent pas (croix gammée nazie). Mais dans leur forme simplissime, ils noient facilement ce qu’ils portent en dessous, l’objectif de ceux qui les instaurent et les propagent.

Alors, ma question (puisque nous sommes sur questionsdeclasses !) est-ce que dans vos classes vous avez discuté avec les enfants et les ados de « je suis Charlie » ? Est-ce que vous travaillez à quelque occasion (philo, histoire, éducation artistique, littérature…) sur les symboles ? Sur les symboles utilisés par les enfants et ados (en banlieue il y en a beaucoup) ? En faites-vous inventer ?.Je suppose que la plupart avez travaillé sur la caricature, sa force d’expression, sa lecture, ses interprétations, le premier et second degré,… Mais le faites-vous aussi avec les symboles ?

Si cela n’intéresse que moi, la question n’appelle pas de réponse !

2 Messages

  • "Je suis Charlie", ex. de port de l’étoile jaune par des non-juifs 18 janvier 2015 21:05, par Christian Lavarenne, docteur en histoire

    Bonjour,

    à propos de :

    Imaginons (bien que ce soit totalement inimaginable) qu’en 1940 tout le monde ait porté une étoile jaune…

    permettez-moi de nuancer le "totalement inimaginable" de la parenthèse, en montrant que cela avait bien été imaginé à l’époque et même en partie réalisé par un certain nombre de Danois, même si le mythe s’est ensuite emparé de la plus modeste mais néanmoins remarquable réalité que voici :

    "Les nazis (...) envoyèrent [au Danemark] des unités de police d’Allemagne pour procéder à la recherche des Juifs, maison par maison. Mais, quelques jours avant la date prévue de l’opération, un agent de transport allemand, Georg F. Duckwitz révéla tous les projets allemands à des fonctionnaires danois.

    Les autorités danoises réagirent sans délai : le ministère des Affaires étrangères demanda aux dignitaires allemands en charge de l’occupation de s’expliquer sur cette rumeur. Les syndicats, très puissants dans ce pays, sollicitèrent un démenti officiel. Et le roi Christian X lui-même -on y vient…- fit parvenir un avertissement écrit à l’ambassade d’Allemagne, menaçant d’être le premier citoyen à porter l’étoile jaune si les Allemands en imposaient le port aux Juifs. Plusieurs officiers supérieurs s’associèrent également à ces protestations, et certains sujets non juifs (et là, les faits sont authentifiés) portèrent d’eux-mêmes l’étoile jaune.

    Pendant ce temps, la population danoise qui s’attendait depuis longtemps à l’arrestation des Juifs, les aida à rejoindre la Suède. Les réseaux de résistance et les syndicats prirent en charge financièrement leur voyage. La nouvelle de l’imminence des arrestations étant rapidement partagée, les Juifs n’eurent que peu de temps pour quitter leurs appartements et pour se cacher dans des familles non-juives.

    Autres faits authentifiés, les hôpitaux et cliniques de Copenhague ont « renvoyé » tous leurs patients portant un nom juif et, sans même qu’ils quittent leur lit, les ont réadmis sous d’autres noms. Certaines cliniques sont allées jusqu’à hospitaliser des familles entières de Juifs en parfaite santé…. Quant au Bispebjerg Hospital de Copenhague, il se transforma du jour au lendemain en un véritable camp de transit, admettant des groupes d’une centaine de Juifs, leur fournissant des vivres et de l’argent et les dirigeant vers des organisations de résistance. (…)

    Au final, la résistance des danois et la non-collaboration de certains allemands « haut placés » aux consignes des nazis, obtint des résultats impressionnants : seuls 425 juifs sur les 8 000 que comptait la communauté danoise furent arrêtés soit 5% de l’ensemble, proportion infiniment moindre que celle qui fut observée dans les autres pays occupés. Quarante-huit d’entre eux moururent effectivement, chiffre très bas étant donné l’âge moyen de ce groupe -et sachant que 72 % de la population juive d’Europe fut exterminée !"

    ("L’histoire [presque vraie] du roi qui porta l’étoile jaune", 16 juillet 2012, à https://comediehumaine.wordpress.com/2012/07/16/lhistoire-du-roi-qui-porta-letoile-jaune/
    plus précis que wikipédia etc. se contentant de dégonfler le mythe sans parler de la réalité qui en était à la base.)

    Voir en ligne : L’histoire du roi qui porta l’étoile jaune

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1114