mercredi, 12 août 2020|

8 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Blog "La Classe-pas classe"

Version imprimable de cet article Version imprimable   3 commentaire(s)

À l’occasion d’un petit tour sur le net, voilà que l’on tombe sur un blog tout neuf... et qui relate sous forme de dessins, le quotidien d’une maternelle parisienne. Alors voilà, on a demandé son animatrice de nous en dire plus et surtout on vous invite à aller lui rendre visite...
maclassepasclasse "vu, vécu et entendu par un professeur des écoles en maternelles"

Questions de classe(s) - Tout d’abord, peux-tu nous raconter un peu l’histoire de ce blog...

Classes pas classe - La rentrée scolaire 2013 fut particulièrement éprouvante : réforme des rythmes catastrophique, surtout pour les petites sections de maternelle ; vétusté de mon école ; difficultés inhérentes à toute rentrée avec des élèves de 3 ans faisant leurs tous premiers pas à l’école, dans une école classée ZEP de surcroit. Et, cerise sur le gâteau, arrivée d’un élève présentant une forme de handicap (non diagnostiquée à l’époque).

Je pratique le dessin au quotidien, en loisir, depuis quelques années. En septembre ce moyen d’expression est devenu, en partie, un exutoire : « ça va mieux en le disant ».

J’ai affiché mes dessins, pour la première fois, en salle des maîtres dans l’espoir d’exercer une certaine pression, de participer à mon échelle à l’accélération des choses (problèmes de sécurité, vétusté des locaux…). La salle des maîtres est un lieu visité par les professeurs mais aussi par la direction, les commissions de sécurité, les responsables des travaux, les animateurs et atsem… C’est apparu pour moi comme une manière de dire « tout ceci est anormal, nous le savons, et maintenant nous ne pouvons plus l’ignorer ».

Un mois plus tard, j’ai demandé les courriels des parents d’élèves délégués ainsi que ceux du personnel concerné de la mairie. On m’a fait comprendre qu’il serait peut-être préférable que les dessins ne franchissent pas la porte de la salle des maîtres.

En réaction, en octobre, j’ai lancé le blog… Si mes dessins ne pouvaient pas aider, plus que ça, mon école à changer, ils serviraient peut-être à d’autres…

Une partie de mes collègues d’école connaît l’existence de ce blog, je continue par ailleurs à afficher certains dessins en salle des maîtres.

Q2C - Au fil des chroniques, on sent une grande attention au social dans les pratiques pédagogiques, la "classe pas classe", ce n’est pas seulement une affaire d’espace, de murs ou de matériel mais aussi de vécu, de précarité. Pourquoi cette dimension est-elle si essentielle dans la démarche pédagogique ? Comment se traduit-elle aussi dans les pratiques en classe ?

Classes pas classe - Il est évident, que l’on n’enseigne pas de la même manière à des élèves qui n’ont jamais vu de livre à la maison, entendu de français chez eux ou dorment dans des conditions difficiles…
Il existe un fossé entre l’exigence de l’institution et la réalité sociale des élèves. Ce fossé est d’autant plus difficile à dépasser que la structure de l’institution ne facilite rien et que les moyens sont dérisoires…Cette question du sociale se pose partout, dans le 16ème arrondissement également. La difficulté réside aussi dans la distance entre le vécu social des élèves et le mien. La méconnaissance de ce vécu se heurte à mes conceptions et par conséquent à ce que j’attends d’eux d’un point de vue scolaire. Enfin la précarité dans laquelle vit une partie de nos élèves, est difficilement imaginable pour moi, mais encore plus pour une partie de mes proches qui ne sont pas amenés à la côtoyer.

Q2C - On trouve un billet qui illustre les réalités des rythmes scolaires, comment ça se passe dans votre école ?

Classes pas classe - La réforme des rythmes scolaires a crée et crée encore de nombreux problèmes dans mon école : organisation chaotique, incohérence des informations données aux parents, apparition de nombreux différends entre les membres de la communauté éducative, fatigue des élèves, multiplication des adultes référents et partage des locaux causant une perte de repères pour les enfants, animateurs peu voire pas formés, insuffisance de matériel…bref de nombreux dessins à venir…

3 Messages

  • Blog "La Classe-pas classe" 25 mai 2014 09:46, par Boughön

    Je suis affligée de lire ceci dans une revue qui se réclame de l’émancipation syndicale. Voilà une personne qui ne s’est jamais posé la question de ce que c’est qu’un enfant qui apprend : "La difficulté réside aussi dans la distance entre le vécu social des élèves et le mien" écrit-elle. Cette "enseignante" issue de classe sociale favorisée -comme tous les enseignant.e.s d’aujourd’hui d’ailleurs- rajoute : " Enfin la précarité dans laquelle vit une partie de nos élèves, est difficilement imaginable pour moi, mais encore plus pour une partie de mes proches qui ne sont pas amenés à la côtoyer." Ah bon, un enfant pauvre ne peut pas apprendre ? Freinet, Brion, Mayoux, Cornec , réveillez-vous !
    Comment Questions de classe peut-elle se faire le relais de cette bourgeoise méprisante ?
    Constance Boughön

    repondre message

    • Blog "La Classe-pas classe" 15 juin 2014 18:01, par BUET Nathalie

      Il n’y a rien de méprisant à ce message, seulement le constat que dans la vie quotidienne nous côtoyons généralement des gens qui ont à peu près le même parcours que nous.
      Ce qui n’est pas le cas des enseignants , ni des professionnels de la santé
      Et même dans ce cas il est difficile d’imaginer ce qui n’est pas imaginable.
      J’ai consulté le blog, bravo !!!
      Beaucoup de situations identiques sont vécues par tes collègues : avoir une AVS, faire appel au RASED...
      Nous n’avons pas les mêmes problèmes de locaux, car ils sont plus récents, et la municipalité assez réactives (1 an tout de même pour avoir des téléphones qui fonctionnent et 6 mois pour régler un problème, certes délicat, de messagerie internet
      Bon courage et longue vie à ce blog
      Avec l’espoir que tu puisses publier "Ma classe -Classe"

      repondre message

  • Blog "La Classe-pas classe" 25 mai 2014 12:22, par Éuphrasie Cubisole

    Bonjour Constance,
    Tu te trompe de cible, tu n’as pas compris le message de "Ma classe pas classe" ! Ce n’est pas une petite bourgeoise méprisante qui parle, c’est tout le contraire ! Cette enseignante est bien plus proche que toi des élèves en général et a une conscience aiguë des problèmes que certaines/certains vivent parce que le système et la société ont choisi de les ignorer. Elle dénonce ce système scolaire qui fonctionne à 2 vitesses dès le départ, ne serait-ce que dans la formation initiale des enseignants, tout pour les riches et rien pour les autres. Elle dénonce une réforme absurde et bâclée qui a choisi de privilégier ceux qui peuvent tirer des profits quand il s’agit de travailler pour l’accompagnement en dehors du temps scolaire et pour l’éducation des élèves. Ce n’est pas l’élève qui est mis au centre des préoccupations, ce sont les intérêts financiers.

    Voir en ligne : http://mouvement-national-precaires...

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586