jeudi, 22 février 2018|

8 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Affaire Joué les Tours : PROCES JRE : Suite et fin !

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Communiqué de SUD éducation 37

La cour de Cassation a rejeté les pourvois de Farida Belghoul et Dalila Hassan.

L’arrêt de la cour d’appel d’Orléans est désormais définitif !

Aujourd’hui, Mmes Hassan et Belghoul sont reconnues coupables de façon définitive ! La dignité d’une enseignante exemplaire est enfin lavée de ces ignominies.

Mmes Belghoul et Hassan s’étaient pourvues en cassation afin d’attaquer le jugement rendu par la cour d’appel d’Orléans qui les avaient condamnées respectivement pour complicité de diffamation et pour diffamation.

La cour d’appel avait alourdi la peine de première instance. Farida Belghoul était condamnée à 8000 euros et Dalila Hassan à 2000 euros d’amende pénale. Elles étaient également condamnées à verser solidairement 15000 euros au titre de dommages et intérêts à notre collègue ainsi que 3000 euros pour les frais de justice. En outre, elles avaient également écopé de l’obligation de publier à leur charge les conclusions du jugement dans les journaux suivants : La Nouvelle République, le Monde et le Figaro (nous attendons encore ces parutions !!).

Il est bon de rappeler, que leur vidéo abjecte et mensongère, diffusée dans l’unique but de servir la cause de leur mouvement « journée de retrait de l’école », n’était fondée sur aucun fait réel. Il s’agissait là seulement d’une propagande agressive et grossièrement mensongère destinée à un public déjà acquis.

Cette association (renommée depuis « justice et respect de l’enfant »- !-) qui prétend lutter contre l’enseignement de la théorie du genre à l’école, prône la déscolarisation, développe une haine de l’école publique et de ses enseignants, fait reposer ces actions sur une forte manipulation de personnes socialement fragiles. Sa réelle intention est de viser par l’intermédiaire d’une propagande de choc l’égalité des sexes, la liberté de conscience, la laïcité et l’État de droit.

SUD éducation 37 et solidaires 37 se félicitent de ce jugement exemplaire qui, par les peines prononcées, reconnaît la souffrance professionnelle ainsi que le lourd préjudice tant professionnel que personnel subit par notre collègue injustement diffamée.

SUD Education 37 et solidaires 37 qui ont soutenu dès le début la collègue diffamée, soutiendront systématiquement tout –e collègue attaqué-e par ces mouvements nauséabonds, véhiculant des valeurs à l’encontre de l’école publique et de l’égalité des droits que nous défendons.

Sud Education 37, le 17 janvier 2018

PDF - 44.1 ko
Communiqué Sud éducation 37
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1234