lundi, 25 juin 2018|

25 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

La page de B. Girard


Envoyer un message

A l’école, la république comme leçon de morale

Il faut vraiment qu’il se sente fort, ce ministre, pour faire réécrire les programmes scolaires – du moins une partie d’entre eux – moins de deux ans après leur entrée en vigueur, confirmant ainsi la brutalité et le dogmatisme qui l’autorisent à tenir pour négligeable le travail et l’investissement qu’ont demandé leur mise en œuvre dans les établissements depuis la rentrée 2016.
Pour ce qui concerne l’EMC (éducation morale et civique), le « projet d’ajustement et de clarification », imbuvable et improbable (...)

En savoir plus »
 

Nouveau guide de la laïcité à l’école : surveiller, détecter, sanctionner

Incontestablement, le « vademecum » sur la laïcité à l’école, dernier gadget imaginé par Blanquer et ses services, tient plus du règlement de police que d’une publication à usage des établissements scolaires. Confirmant ainsi la singulière dérive de cette notion fourre-tout.
Le document, censé venir en aide aux enseignants quotidiennement confrontés à des hordes islamiques, se décline sous la forme d’un certain nombre de fiches – 15 concernant les élèves, 3 les personnels, pour les parents d’élèves et les (...)

En savoir plus »
 

L’uniforme scolaire, cache-misère de l’école de Blanquer

Il aura connu son moment de gloire, le maire de Provins. Pensez donc : grâce à lui – il s’appelle Olivier Lavenka – l’uniforme scolaire fait son « grand retour » dans les écoles. Et tous les micros, toutes les caméras, de se tourner vers son illustre cité pour célébrer l’événement. Car les médias, incontestablement, aiment le sujet, ne ratant jamais l’occasion de l’entretenir. L’ennui, c’est que la chose n’est pas vraiment ce qu’on en dit.
En premier lieu, parce que parler, comme le font les médias, de « (...)

En savoir plus »
 

Un nouveau livret laïcité, sans vraiment de rapport avec la laïcité

Quelque part entre ubuesque et sordide. Un nouveau guide de la laïcité est donc annoncé, tout droit sorti de l’imagination sans limite du ministre de l’EN et de son conseil « des sages ». Et comme il en en a pris l’habitude, c’est aux médias que Blanquer en réserve la primeur, manifestant par là le peu de cas qu’il fait des destinataires, établissements et enseignants. Même si l’on sait bien que, pour lui, le destinataire est d’abord l’opinion publique ou plus précisément sa réduction, le sondage (...)

En savoir plus »
 

Blanquer an 1 : gesticuler, surveiller, restaurer

Dresser le bilan d’une année Blanquer impose de se livrer à un tri préalable dans la communication frénétique qui semble être devenue l’activité première de l’EN et peut-être sa raison d’être. Nombre de mesures annoncées – qu’il est difficile de qualifier de « réformes » - tiennent davantage du gadget, de la volonté de saturer le terrain médiatique, domaine où Blanquer est effectivement un maître incontesté. Dans cette catégorie, on rangera, en vrac, la rentrée en musique, les Fables de La Fontaine distribuées (...)

En savoir plus »
 

« Détrousseurs de cadavres et imposteurs » :...

« Détrousseurs de cadavres et imposteurs » : l’expression, utilisée par Dalton Trumbo pour désigner ceux qui exploitent à des fins personnelles les millions de victimes de la Première guerre mondiale (1), s’applique incontestablement à l’instrumentalisation de la mort d’un gendarme en service non commandé – il n’a pas obéi aux ordres – dans un attentat terroriste. Médias hystériques, politiciens déchaînés, de Mélenchon à Le Pen, tous communiant sans vergogne dans une émotion de façade dont les ressorts (...)

En savoir plus »
 

Mars 68 : le jour où l’école a failli changer

Le 15 mars 1968, s’ouvrait à Amiens, à l’initiative d’un certain nombre de professionnels de l’ éducation, un colloque - « pour une école nouvelle » - dont le souvenir est resté très vif dans les mémoires, non pas tant pour les résultats immédiats – très minces en réalité – que par le sentiment, 50 ans plus tard, d’une occasion manquée. Quelques semaines avant les événements de mai, quelque chose était réellement possible mais n’est jamais advenu.
Enthousiasmée par ce qu’elle appelle « le foisonnement des années (...)

En savoir plus »
 

Les députés et le service national : l’école en première ligne

Pressée par les circonstances, la commission de la Défense à l’Assemblée nationale a dévoilé son rapport sur le service national universel (SNU), un rapport dont les grandes lignes étaient en réalité connues depuis plusieurs semaines. Au cours de la séance, les parlementaires ont beaucoup parlé endoctrinement, encadrement militaire, enfermement.
S’écartant sensiblement du projet initialement prévu – mais finalement repris par Macron – d’un enfermement d’une durée limitée pour les 18-21 ans, les (...)

En savoir plus »
 

Service national Macron : une France qui a peur de sa jeunesse

Avec l’annonce d’un service obligatoire de 3 à 6 mois, quelque part entre les Chantiers de jeunesse et la caserne de grand-papa, entre une fixation irrationnelle sur la conscription et une méfiance bien réelle pour la jeunesse, la France de Macron fait un grand bond en arrière et surtout montre un sinistre visage.
Peut-on, en France, imaginer une citoyenneté qui ne s’incarnerait pas à travers les images, répandues ces derniers jours avec une complaisance malsaine, de militaires marchant au pas ou (...)

En savoir plus »
 

Saint-Cyr et la Sorbonne, école et armée : des "valeurs" partagées

Si un colloque vaut autant par la liste des intervenants que par sa thématique, il faut convenir que celui qui se tiendra à la Sorbonne le 23 mars 2018, organisé conjointement par l’Université Paris-Sorbonne et par la Saint-Cyrienne (l’association des élèves et anciens élèves de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr), retient l’attention. « Société civile et communauté militaire : défendre ensemble les valeurs de la France » : au regard du « casting toxique » mobilisé sur le sujet, « la société civile » - (...)

En savoir plus »
 

Souad Ayada : du bon usage des programmes et des manuels scolaires

Manifestement, le ministre de l’EN n’a plus de souci à se faire du côté du CSP (le Conseil Supérieur des Programmes), après la nomination à sa tête de Souad Ayada, ex doyenne de l’inspection générale de philosophie. Au cours de son audition (le 24/01) devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale, cette dernière a eu l’occasion de reprendre à son compte les thèmes favoris du meilleur ministre de l’Education que la France ait connu.
En charge des futurs programmes des lycées mais (...)

En savoir plus »
 

National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves

Un service militaire obligatoire et universel d’un mois ? Au départ, un projet ubuesque et totalitaire, totalitaire dans son principe, ubuesque dans ses modalités pratiques. En cours de route, le projet Macron de rétablir le service militaire, depuis quelques mois aux mains de l’Assemblée nationale, contraint par des réalités budgétaires, vise toujours le même objectif.
Dans sa première version, pendant la campagne électorale, le principe retenu était celui d’un encasernement général de 600 000 jeunes (...)

En savoir plus »
 
 
Soutenir par un don