mercredi, 21 octobre 2020|

17 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Pour que l’après ne soit pas la poursuite des mauvais coups du pouvoir, déconfiner les luttes !

Version imprimable de cet article Version imprimable
Semaine estivale Émancipation 2020

Comme chaque année, la Semaine d’été d’Émancipation se tiendra en juillet (du 10 au 17), cette année à Saint-Martin-Valmeroux, dans le Cantal (1).

Nous sortons d’une année inédite. La perspective de luttes massives et gérées démocratiquement a commencé à prendre corps. Bien sûr au niveau interpro durant les mobilisations pour le retrait du projet de “retraites à points”. Mais aussi dans plusieurs secteurs comme la santé (collectifs interurgences et interhôpital), l’éducation (contre les réformes Blanquer)… Mais aussi dans un contexte de pandémie frappant en particulier les plus fragiles et les plus démuni•es, Macron et son gouvernement ont tout fait pour masquer leur responsabilité et celles du système capitaliste dont ils sont les exécutants. Ils en ont profité pour accroître leur offensive contre le droit du travail, les statuts et conventions collectives, et les libertés démocratiques (à l’heure actuelle des rassemblements militants sont interdits par des préfet•es). Ils tentent d’imposer un remodelage accentué de la société – dont le système éducatif – pour les besoins du patronat, contre lequel il importe de renforcer d’urgence des résistances et alternatives.

La Semaine d’été d’Émancipation est, au sortir du glacis du confinement, l’occasion d’une réflexion sur la nécessaire reprise des luttes quelles qu’en soient les difficultés nouvelles pour que “l’après” ne soit pas l’avant en pire. C’est la question d’alternatives de vie et de production en rupture avec le système capitaliste qui est posée. C’est “dans les gènes” de la Semaine d’été de l’École Émancipée puis d’Émancipation officialisée comme rassemblement militant – et convivial – dans les années 1950 et qui trouve ses racines dans le début du XXe siècle : y compris quand le mouvement syndical est réprimé, il se donne les moyens de continuer à fonctionner et revendiquer face à l’État-employeur.

Cette année, du 10 au 17 juillet, notre Semaine prendra forcément des formes différentes. Contrairement au gouvernement dont le principal objectif n’est pas de préserver la santé, mais les profits… notre priorité sera la protection sanitaire.
L’organisation pratique de notre Semaine prendra en compte cet aspect central.

Les spécificités de nos Semaines : débats alliant bilans, élaboration et réflexion sur des perspectives, librairie militante, AG statutaire et repas laïque, et plages de convivialité et d’activité communes…
Parmi les principales pistes de débats (nous contacter si vous souhaitez disposer de la “grille” exacte) :
- capitalisme, pandémie et système de santé : revendications et formes de lutte.
- crise sanitaire et contre-réformes Blanquer : quelles revendications et quelles résistances ?
- droits des femmes et luttes féministes : où en est-on ?
- quelles perspectives de mobilisations pour les prochains mois ?

Pour plus d’infos sur le déroulement, le programme, les modalités pratiques, etc : achampeau01 chez infonie.fr, téléphone : 06 77 64 23 78.

(1) La tenue effective de notre Semaine étant bien entendu liée à la situation de la pandémie, les informations ci-dessous seraient bien entendu caduques si nous devions annuler la Semaine.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »