lundi, 26 octobre 2020|

10 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Obligatoire de 3 ans jusqu’au SNU : une école de la république qui sent sa caserne

Version imprimable de cet article Version imprimable

L’école obligatoire à 3 ans ? En quelques mots, dans le cadre d’une allocution à la tonalité hargneuse et agressive, Macron a tiré un trait sur une liberté fondamentale – et, sauf erreur de ma part, constitutionnelle – celle qui confie aux parents le libre choix de l’éducation de leurs enfants. Une liberté certes souvent formelle, de plus en plus réduite par les prétentions extensives d’une administration brutale et autoritaire mais que même le régime de Vichy avait respectée.

Comme on en a pris l’habitude depuis des années, la dénonciation du séparatisme, du communautarisme, autorise tous les abus, toutes les falsifications. Comme celle de prétendre que les quelque 50 000 enfants non scolarisés seraient autant d’innocentes victimes aux mains d’adultes malveillants, objets d’une manipulation quasi sectaire ou encore destinés à rejoindre les rangs du terrorisme. Un terrorisme qui, comme nul ne l’ignore, a le visage du musulman. Un terrorisme dont, pourtant, après les attentats de 2015, un Premier ministre socialiste identifiait les racines à l’école, dans l’école, « l’école où l’on avait laissé passer trop de choses  ». Merveille d’une dialectique à deux balles : en scolarisant, l’école ferait donc le lit du terrorisme mais en ne scolarisant pas, celui du séparatisme. Confirmation : lorsque la société déraille, il est plus facile de blâmer l’école que de se remettre soi-même en cause ; lorsque les adultes perdent la raison, ce sont les enfants qui trinquent.

Et si, de fait, en dépit des approximations laborieusement mises en avant, le refus de scolarisation peut avoir dans un petit nombre de cas des motivations religieuses, pour l’immense majorité des enfants concernés, outre les raisons médicales, il s’explique et se justifie par le choix des parents de retarder de quelques années des apprentissages scolaires jugés déconnectés de leurs priorités éducatives. Un choix parfaitement légitime renforcé par l’évolution récente d’une école maternelle voulue (et imposée) par Blanquer comme le premier étage d’un laborieux apprentissage de rudiments qu’il assigne comme priorité à l’école. En Europe, l’âge moyen d’entrée à l’école tourne autour de 6 ans, un retard qui ne se retrouve certes pas dans les résultats des élèves de chacun de ces pays. Un seul pays impose la scolarité à 3 ans : la Hongrie d’Orban. Un modèle à suivre ?

Si dans le contexte actuel, l’annonce surprend, à vrai dire, ce nouvel oukase ciblant l’école ne vient pas de nulle part. L’école, instrumentalisée par une conception identitaire de la laïcité, fantasmant l’islam comme une menace communautariste : ce cocktail mortifère n’en finit pas de gangréner le débat éducatif. A une question biaisée, les réponses apportées vont toujours dans le même sens : surveiller, contrôler, punir. Non seulement les jeunes filles, épiées jusque dans leur intimité vestimentaire mais l’ensemble des élèves et leur scolarité, cette dernière littéralement cannibalisée par une conception quasi totalitaire d’une éducation morale et civique à visée normative. A l’école, il ne s’agit pas d’apprendre à vivre ensemble, à tirer une richesse supplémentaire du contact des autres, mais d’ingérer des jugements de valeur, des règles, des préceptes, imposés de haut, jamais soumis à la critique car, comme dans une religion, la critique est considérée comme une faute, voire comme un délit.

La divinité aujourd’hui s’appelle république mais comme toute divinité, on évite tout questionnement susceptible de la déstabiliser : omniprésente dans tous les discours, de droite comme de gauche, la république (abusivement confondue avec la nation) et son bras armé la laïcité sont érigées à chaque étape de la scolarité comme une croyance obligatoire qu’il convient d’entretenir. Moins la république et la laïcité sont fidèles à leurs principes, plus le culte les entourant se fait envahissant et punitif (la « tenue républicaine » de Blanquer, le SNU comme aboutissement de la scolarité…) : aujourd’hui, avec l’école obligatoire à 3 ans, il ne s’agit pas de rendre la société plus juste ni plus tolérante (dans le sens de respectueuse de la diversité des croyances) mais de faire rentrer toute une classe d’âge dans un moule, d’inculquer des habitudes d’uniformité et d’obéissance qui dispensent de travailler à d’autres principes autrement plus exigeants. Dans quelle collectivité voulons-nous vivre et pour quoi faire ? A mille lieux des leçons de morale, de l’adoration du drapeau et de l’hymne national, cette question n’est jamais posée par l’Education trop nationale.

« La République assure la liberté de conscience » (article 1 de la loi de 1905) : un truc de riches, diront certains, de privilégiés qui ont les moyens d’éduquer leur progéniture à l’écart des autres. La liberté de conscience ? Un truc de séparatistes, de communautaristes en quelque sorte. Mais outre que le principe de la liberté de conscience, à partir du moment où l’on ne nuit à personne, est de n’avoir de comptes à rendre à aucun censeur, outre que les enfants élevés dans ce cadre deviennent plus sûrement des adultes respectueux des autres et des citoyens plus responsables, il n’est pas interdit – la fabrique de la loi passant plus d’une fois par la magouille – de faire le lien entre l’obligation scolaire à 3 ans et le SNU. Car à partir du moment où l’école, et non plus l’instruction, devient obligatoire de 3 à 16 ans, se trouve ainsi contournée l’impasse juridique et sans doute constitutionnelle contre laquelle vient buter une généralisation du SNU imposée à tous les mineurs de 15-16 ans : avec un SNU indubitablement rattaché à la scolarité obligatoire, la liberté de conscience se trouve ainsi contournée, abandonnée dans les poubelles droit-de-l’hommistes. La liberté de conscience, un truc de privilégiés…

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586