vendredi, 19 juillet 2019|

18 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Loi Blanquer, communiqué du collectif Lettres vives

Version imprimable de cet article Version imprimable

Communiqué du collectif Lettres vives

La loi pour une école de la confiance votée par l’Assemblée ce mardi 19 février 2019, malgré la levée de boucliers de cinq organisations syndicales enseignantes, n’avait pas à l’origine de colonne vertébrale et ressemble au final, après de très nombreux amendements, à un effrayant « fourre-tout ».

Cependant des perspectives, qui nous semblent hélas familières, se laissent deviner :

- la recherche désespérée d’économies d’échelle aux dépens des familles et de la communauté éducative, comme dans d’autres services publics (la santé ou la justice) ;
- un feuilletage hiérarchique plus complexe au niveau des EPSF(1) nouvellement créés, dotés d’une gouvernance plus rigide, menée en commission permanente plus qu’en conseil d’administration, où siège pourtant l’intégralité des représentants des personnels ;
- une vision toujours plus crispée et crispante de l’identité nationale (les drapeaux, la Marseillaise dans les classes) ;
- les tentatives d’intimidation des personnels dans leur liberté d’expression ;
- le financement des école privées par contrecoup d’une mesure de scolarisation dès 3 ans ;
- la reprise en main par le ministère de l’évaluation de la politique scolaire et de la formation des enseignants ;
- l’intégration de professionnels issus du monde économique dans la formation des professeurs ;
- le refus de faire évoluer le statut des personnels AESH vers une meilleure reconnaissance de leur travail auprès des élèves ;
- une communication creuse à base de slogans orwelliens (« école de la confiance » pour dire école de l’autoritarisme) ;
- une des rares mesures sympathiques (parent1 et parent2) risque en fait d’être abandonnée ;
- le vote de mesures lourdes de conséquences au détour d’amendements votés sans aucune étude d’impact préalable ni évaluation des moyens à mettre en œuvre.

En bref, un infléchissement nettement néolibéral : des pôles d’excellence (les EPLEI) (2), des structures plus rentables (EPFS) proposant un enseignement minimal (le socle) au nom de la recherche d’économies, tandis que la loi votée implique de financer davantage le privé, et pour le reste un saupoudrage de symboles et de formules creuses qui peinent à cacher l’autoritarisme de cette loi. Enfin, la méthode législative adoptée surtout semble plus que tout inacceptable et inédite...

Alix Labrousse, pour le collectif Lettres vives

(1) EPSF : établissement public des savoirs fondamentaux, constitué des classes d’un collège et d’une ou plusieurs écoles du secteur de recrutement du collège.

(2) EPLEI : établissement public local d’enseignement international.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586