samedi, 5 décembre 2020|

21 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Livres "éducation" : L’histoire comme émancipation - Le français est à nous ! - etc.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Quelques liens vers des notes de lecture du blog Luttes et ratures en attendant de nouvelles recensions (après le stress de la rentrée)...

L’histoire comme émancipation, Laurence de Cock, Mathilde Larrère, Guillaume Mazeau
Que peut être l’histoire des oubliés, pauvres, femmes, peuples non-européens ? Comment l’enseigner ? Dans cet ouvrage très largement informé et qui intéressera bien au-delà des profs d’histoire, trois enseignants débattent de points peu, pour ne pas dire jamais, sérieusement débattus. La suite ici.


Le français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique, Maria Candea et Laélia Véron
Rares sont les sujets qui suscitent autant de passions (très souvent tristes…) que la langue française et sa nécessaire « défense ». La question est régulièrement investie par une rhétorique réactionnaire qui en a fait l’un de ses champs de bataille privilégié (avec l’école, l’identité, etc., le tout se mêlant et s’emmêlant !). [...] Il existe pourtant une autre façon de parler du français : l’ouvrage de Maria Candea et Laélia Véron vient pertinemment nous le rappeler. Toutes deux linguistes et universitaires, elles relèvent le pari de penser et d’analyser notre langue comme un vecteur d’émancipation individuelle et collective. La suite ici.


Les Furtifs d’Alain Damasio, roman d’anticipation pédagogique !
Plutôt qu’une énième recension de cet ouvrage, nous voulions ici nous attarder sur l’une des dimensions du roman qui parlera à nos lecteurs et lectrices : la question de l’avenir de l’éducation, présentée dans sa face sombre mais aussi comme un possible ferment subversif, un horizon émancipateur pour un autre futur… La suite ici.


Entrées en pédagogie sociale, Laurent Ott
Les ouvrages de Laurent Ott sur le sujet sont nombreux sans être répétitifs. En peu de pages, dans une langue claire, l’auteur définit la Pédagogie Sociale comme une réponse à la défaillance institutionnelle, et, en positif, comme la possibilité pour « les acteurs sociaux et éducatifs comme (…) pour leurs bénéficiaires » de devenir les auteurs de leur activité, de reprendre la main face à la « prolétarisation et la précarisation des fonctions sociales, éducatives et culturelles ». La suite ici.


A l’école du partage. Les communs dans l’enseignement, Marion Carbillet et Hélène Mulot
Nous relayons la recension du site Entre les lignes entre les mots. Le relais est .












Voir aussi toutes les notes jeunesse, BD, revues, social, écologie, histoire des pages lecture de Questions de classe(s) / Luttes et ratures ICI.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586