jeudi, 13 août 2020|

13 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Le système éducatif finlandais en question...

Version imprimable de cet article Version imprimable   3 commentaire(s)

Alix Burle poursuit avec beaucoup de curiosité et d’interrogation son tour du monde des systèmes éducatifs et de la place qu’ils réservent (ou non) aux pédagogies émancipatrices. Il a posé ses raquette en Finlande et s’interroge sur la réussite d’un système montré souvent comme modèle. Après la lecture de l’extrait ci-dessous, nous vous invitons à répondre à son appel et à poursuivre la lecture de l’article sur son blog https://alixburle.blogspot.com/

"joka vetää sinut Suomen koulutusjärjestelmään !"

Nico travaille à l’Institut français. Il dispose donc d’un réseau bien tissé de professeurs de français dans le secondaire et d’expatriés travaillant au lycée français d’Helsinki. Cet établissement, à la base privé, est devenu publique en 1977 après son rachat par l’État.
J’ai eu la chance d’interviewer le directeur Kari Kivinen.

Alors M. Kivinen, selon vous, qu’est-ce qui fait la réussite du système scolaire finlandais ?
Ce qui caractérise l’évolution du système scolaire finlandais c’est le fait qu’ils soient allés au bout de leur raisonnement. Ils n’ont pas commencé par chercher le succès à quelconque test international. Ils se sont évertués à améliorer la réussite de leurs élèves en estimant juste de reconnaître les spécificités de chacun et pertinent d’introduire l’exploration et la manipulation concrète dans leurs pédagogies. Pour cela il leur a fallu accepter de retarder l’apprentissage académique, comme l’approche purement littérale de la langue. En Finlande les enfants n’apprennent à lire qu’à l’âge de 7 ans alors qu’en France on introduit déjà la transcription graphique des sons deux ou trois ans avant... Certes le finnois est une langue dite "transparente", toutes les lettres écrites sont prononcées, mais la grammaire est tout aussi complexe que la nôtre. La différence linguistique n’est pas l’unique critère sur lequel on peut expliquer le succès des étudiants finlandais.
Ce qui distingue ce système de celui des autres pays de l’OCDE c’est le temps qu’on laisse aux enfants pour explorer de manière autonome le monde qui les entoure. Ils "épuisent" en quelques sortes leurs curiosités selon leurs affinités afin de faire émerger naturellement le désir d’apprendre.

Selon Kari la grille d’évaluation de PISA est taillée pour le système finlandais. Elle valorise la faible inégalité des niveaux des élèves et met davantage à l’épreuve l’expression du raisonnement logique que la restitution des connaissances théoriques.
Au fil de la discussion j’ai voulu en savoir plus sur le fonctionnement du système finlandais.

Deux questions me taraudaient l’esprit à propos des raisons de leur efficacité en la matière : comment peut-on avoir des bâtiments modernes, du matériel hightech, des effectifs raisonnables en classe et des professeurs bien formés et plutôt bien payés, tout en étant un des systèmes scolaires les moins coûteux de l’Union Européenne ?
Comment peut-on respecter le principe d’une éducation égalitariste quand les établissements sont gérés de manière autonome, davantage comme dans le privé ? Qu’est ce qui fait que l’autonomie des établissements et le recrutement au profil des enseignants ne créent pas du clientélisme donc des inégalités entre les différentes classes populaires ?
Impossible de transposer un processus démocratique... Le leur est basé sur l’équité. Ce qui oblige une certaine autonomie territoriale octroyée par l’institution. En France nous avons un fort attachement à l’égalité et de surcroît à l’harmonisation. La "Res Publica" est une et indivisible. Les textes seront les mêmes pour tous les enfants de la nation. L’uniformité ne se discute pas, le débat est plié. Si vous considérez que vous manquez de liberté pédagogique, c’est en dehors du système publique qu’il faudra la trouver.

Pourtant, ils ont l’air de bien s’en sortir les finlandais... Leur système est pragmatique, personne ne se jalouse et ils ne manquent pas de fraternité. L’autonomie des établissements semble donner plus de liberté aux enseignants donc d’adaptabilité aux différents besoins des élèves et par conséquent d’efficacité. Ils n’ont même plus besoin d’inspecteurs pour les surveiller...

(...)
Les journées d’école sont effectivement assez légères en comparaison à celles des petits français.

Les tables sont en petits groupes et les activités se succèdent de manière rythmée. On commence en chantant en anglais ou par un exposé puis on enchaîne sur une séance de grammaire ou de mathématiques. Vous me dirait : "Quelle est l’originalité ?"
Ce ne sont pas tellement les techniques ou les savoirs enseignés qui sont différents en Finlande, on a aussi des leçons au tableau, on s’exerce également sur des cahiers. C’est plutôt la manière dont on considère les enfants, le rythme qu’on leur inflige qui est très différent.

Très souvent les portes de la classe s’ouvrent et les élèves peuvent aller faire leurs exercices où ils veulent, jusque dans le gymnase ou le hall de l’école par exemple.
Ou bien certains peuvent être accompagnés d’une aide individuelle. Car dans chaque établissement il y a un personnel qui permet aux enfants rencontrant des difficultés d’être accompagnés plus rapidement, presque instantanément, dans la suite même de la leçon. Ici il s’agit d’une petite salle de classe juxtaposant les autres, où les élèves qui le souhaitent peuvent venir faire leur exercices accompagnés d’une enseignante spécialisée et de matériel pour manipuler. La différence avec notre réseau d’aide à nous, le RASED qui a été réduit aux seuls établissements en zone prioritaire, c’est qu’elle suit en parallèle les apprentissages de la classe. Il ne s’agit pas de cours décrochés sur le temps de classe qui, même s’ils sont souvent efficaces et nécessaires, pénalisent parfois l’élève qui "manque" une séance avec ses camarades et l’enseignant qui doit faire en sorte que celui-ci la rattrape. J’ai remarqué que les enfants se sentent moins stigmatisés puisque ce sont eux qui choisissent de bénéficier de ce soutien et qu’ils regagnent le groupe rapidement, sans le sentiment d’avoir "raté" quelque chose.

Entre chaque séance d’une heure, les élèves sont libres une vingtaine de minutes puis on enchaine avec la suivante, souvent la suite d’un projet, d’une recherche, d’un exposé (...)
Bref, les élèves sont rarement assis à leur table et ils ont souvent le droit de bouger et communiquer librement en classe. Comme dirait Martin de l’école Kapriole, ce n’est pas du bruit, "it’s motion", c’est du mouvement et toute activité génère naturellement du mouvement. Ce fonctionnement est possible parce que les écoles sont construites ainsi, multifonctionnelles, et que les élèves sont généralement moins de 20 par classe. On en revient perpétuellement au même point : baisser les effectifs. Il doit bien y avoir un graphique qui illustre l’inverse proportionnalité du nombre d’élèves par classe avec les résultats scolaires...

3 Messages

  • Le système éducatif finlandais en question... 26 mars 10:05, par Françoise Clerc

    Merci pour ce témoignage. Il était à craindre que l’école finlandaise, après ses premiers succès, ne s’endorme sur ses lauriers. Il semble qu’il n’en soit rien.

    Mais ce qui est le plus intéressant c’est de constater que la formule qui marche en Finlande est déjà bien connue en France. C’est en gros ce que les militants de la différenciation pédagogique préconisent depuis de nombreuses années.

    En France la doxa républicaine est un frein majeur. L’égalité est confondue avec l’identité : une seule tête, tout le monde au même pas. L’autonomie des établissements après avoir été soigneusement combattue par tous les ministres est actuellement retournée par M. Blanquer dans cette injonction paradoxale bien connue des "managers" : débrouillez-vous pour faire ce que je dis.

    Bien sûr l’histoire, la culture, les représentations sociales diffèrent d’un pays à l’autre. Mais ce que PISA ne donne pas avec son classement et ses pauvres commentaires, c’est précisément la possibilité de tirer des leçons des expériences, la mutualisation des recherches et des pratiques. Par exemple, on pourrait rêver que la formation des enseignants comporte un séjour dans un pays européen (par Erasmus) avec l’obligation de partager le quotidien d’un établissement sur place. Cela nous sortirait peut-être du nombrilisme franco-français de notre école.

    repondre message

    • Le système éducatif finlandais en question... 20 mai 10:10, par Alix BURLE

      Merci pour votre commentaire Françoise Clerc !
      Je partage votre raisonnement. Notre système éducatif, sous couvert d’une liberté pédagogique apparente est en fait une machine à broyer les initiatives expérimentales. Il en résulte que beaucoup d’enseignants se retrouvent ostracisés. On condamne la créativité des professeurs sous prétexte d’une volonté "d’harmonisation" et "d’égalité des chances" et c’est souvent la majorité conservatrice au sein des "équipes" pédagogiques ainsi que les résultats des évaluations nationales qui fixent les projets d’écoles. Tout cela sans jamais consulter les affinités des élèves eux-mêmes... Personnellement j’aurais tendance à appeler cela "uniformisation" plutôt que "harmonisation" et il me semble que la richesse provient davantage de la diversité, qu’elle soit pédagogique, symphonique, langagière ou culturelle.
      Je suis actuellement en train de monter les interviews des enseignants du réseau d’écoles (publiques) expérimentales de Montréal. La première chose qui m’a frappé c’est à quel point les enseignants sont enthousiastes de parler de leurs démarches personnelles sans craindre d’être taxés d’égocentrisme alors que dans les salles des maîtres françaises on se complet surtout à partager le sentiment de lassitude due aux injonctions institutionnelles, aux problèmes relationnels avec les parents et à la passivité générale des élèves.
      Mais ce n’est que mon propre point de vue...

      repondre message

      • Le système éducatif finlandais en question... 22 mai 16:29, par Françoise Clerc

        Merci à Alix Burle pour son commentaire. J’ai eu le plaisir de visiter quelques écoles au Québec et d’échanger avec des enseignants. Ce qui m’a frappée c’est l’existence d’une certaine liberté de ton qu’il est de plus en plus rare de trouver dans les écoles et les établissements français où prédomine un certain formatage aussi bien dans l’accord que dans la critique de la politique ministérielle. J’ai aussi remarqué que la liberté des enseignants va de pair avec celle des élèves. Les initiatives sont non seulement acceptées mais encouragées (comme dans les classes "Freinet" en France) : on peut circuler dans les couloirs, d’une classe à l’autre pendant les exercices et les parents sont les bienvenus. Un matin j’ai vu débarquer un père avec une caisse à outils venu réparer une vitre cassée la veille. "Ça va plus vite" m’a confié la directrice qui a ensuite branché sa webcam pour discuter avec un parent d’une autre école, les directeurs ayant la responsabilité de plusieurs écoles parfois éloignées de plusieurs dizaines de kilomètres. Moins de grands discours, plus de proximité, plus d’invention...

        repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586