mardi, 23 octobre 2018|

9 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Evaluations CP CE1… dangereuses, inadaptées et… facultatives !

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Cher-e-s collègues,
Cette semaine, un certains nombre d’entre nous ont été réquisitionné.es pour soumettre les CP et CE1 aux tests tout droit tombés des bureaux du ministère.
Les réactions des professionnel.les de l’éducation se multiplient pour dénoncer ces évaluations.
Ces évaluations sont dangereuses car elles installent un rapport « industriel » à l’acte éducatif. Standardisation des tests, externalisation des corrections et des analyses par des logiciels, récolte des résultats par l’administration : c’est l’école de Kafka pilotée par des « neuro-scientifiques ». Pas besoin de boule de cristal pour connaître la suite des « innovations » : bachotage pour les élèves, pilotage par le haut des pratiques pédagogiques via « indicateurs chiffrés », primes au résultat pour les profs les plus obéissant.e.s, classements et mise en concurrence généralisée sur fond « d’autonomie des établissements »…
l’enterrement de l’ambition d’un service public libre, intelligent, coopératif, égalitaire.
Ces évaluations sont inadaptées car elles ne s’intéressent qu’à une petite partie des savoirs utiles aux élèves (décodage sans compréhension, savoirs décontextualisés, …), parce qu’elles sont susceptibles de mettre des élèves en situation de stress et d’échec donc de les démobiliser, (de nombreux pièges ont été
remarqués dès le CP), parce que parler de « glande pinéale » et de « mélatonine » en CE1 c’est possible, mais ça ne se parachute pas dans un texte d’évaluation sans queue ni tête (décontextualisé).
Autre exemple. Pour les élèves de Seconde, les évaluations de français sont présentées sous forme de QCM, où sera évaluée la maîtrise de la langue sans faire écrire les élèves…
La seule bonne nouvelle, c’est que contrairement à ce qu’on pense là haut, les désirs de la hiérarchie ne sont pas des ordres et qu’en l’absence de texte contraignant ayant force de loi (arrêté ou décret) une lettre du ministère ou une note de service ne peut vous obliger à vous livrer (et vos élèves avec) à cette sinistre farce.
C’est pourquoi la CNT éducation, tout comme la totalité des syndicats attachés à un service public d’éducation égalitaire et émancipateur, appelle l’ensemble des équipes enseignantes à s’opposer à ce dispositif.

CNT-FTE, 16 septembre 2018
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1402