samedi, 17 novembre 2018|

12 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Un peu moins pauvre ?

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   1 commentaire(s)

Jeudi 13 septembre, Emmanuel Macron présentait son plan dans un discours très long, ampoulé, tourné sur lui-même et sa découverte de ceux qui ne sont riens, qui n’ont rien. .
« J’ai appris tout ça de vous, à vous écouter, à vous regarder. »
« On apprend des personnes pauvres. »
Martelés tout au long du discours : un système trop complexe, trop de prestations, sortir des dépenses qui corrigent, tenir un combat de justice, la solidarité enferme dans sa condition, refuser la fatalité sociale, retrouver sa part d’activité, personne ne demande l’assistanat…
L’héritage des Lumières, la construction sociale à la sortie de la Seconde Guerre, bien sûr, mais quelle réussite ? Ce modèle corrige mais n’éradique pas la pauvreté.
Il justifie sans complexe son expression « premiers et derniers de cordée » : tirez la corde pour freiner les premiers ne fera pas progresser les derniers. La cordée c’est la cohésion du pays.
Veut-il faire oublier qu’il est le président des riches ?

Le principal pour Macron : être en activité.
Pour permettre à tous de retrouver le chemin du travail et donc la dignité, pas d’augmentation monétaire du RSA, car chacun doit prendre sa place dans l’activité. Les allocations font oublier le retour au travail et une vie sans emploi devient une fatalité.
Au bout d’un mois maximum, chaque nouveau bénéficiaire du RSA aura un entretien pour faire le point (compétences, besoins en formation, santé, logement). Il signera un contrat d’engagement, avec le devoir de se former et d’être suivi. Ceux qui dérogeront seront sanctionnés.
Il propose aussi de doubler les dispositifs mis en place par les territoires expérimentateurs : Territoires zéro chômeur de longue durée (ATD Quart Monde), Convergences (Emmaüs), Tapaj (emplois à la journée)…
Il annonce la création d’un service public de l’insertion pour les chômeurs de longue durée, l’État est garant des droits et de leur universalité. Avec une aide financière de l’État (sans précisions), les collectivités locales auront la charge des actions avec des sanctions financières pour les départements récalcitrants.

« Un pognon de dingue » plus efficace ?
Il revient inlassablement sur le système de minimas sociaux qu’il compare à un « maquis » qui ne permet pas de sortir de la pauvreté car trop complexe et peu accessible, une « sophistication administrative qui tourne au cauchemar ».
Le retour à l’activité est le cœur de son discours avec « le devoir de chacun de faire sa part, c’est leur dignité. »
Petit à petit, il ne parle de moins en moins de travail, d’emploi, mais d’activité. Sans doute est-il conscient du peu d’emplois en France…
Il annonce la préparation d’une loi pour 2020, un revenu universel d’activité qui fusionnera toutes les prestations avec une part d’obligations « des droits et des devoirs supplémentaires ».
Ce sera un socle minimal de dignité.
Le retour à l’activité, à l’emploi est la condition. Un contrat d’engagement réciproque sera signé avec « l’obligation d’inscription dans un parcours d’insertion avec l’impossibilité de refuser deux offres raisonnables d’emploi ». Le terme « raisonnable » est inquiétant, très subjectif :
Trois heures de transport est-ce raisonnable ?
Servir au comptoir quand on est horticulteur, est-ce raisonnable ?
Enchaîner des temps partiels, est-ce raisonnable ?
Avoir un revenu égal ou à peine supérieur au seuil de pauvreté (850 à 1 000 euros), est-ce raisonnable ?
Travailler et être sans domicile, est-ce raisonnable ?
... bref, l’activité pour juste être moins pauvre !

Quelques-unes de ses mesures phares
- la résorption des bidonvilles et des solutions d’hébergement, de soutien et d’accompagnement des familles…
- la réforme en profondeur des modes de garde du jeune enfant, accessibles à tous quel que soient son revenu, son lieu d’habitat avec un objectif de 30 000 places supplémentaires en crèche…
- l’accès à la cantine pour les enfants les plus fragiles avec un déjeuner équilibré à 1 euro (certaines communes ne l’ont pas attendu et proposent nettement moins, 50 centimes à Lille par exemple)
- le petit déjeuner dans les écoles en quartier prioritaire…
- l’obligation de formation jusqu’à 18 ans, « aucun jeune ne pourra se trouver sans solution. Il devra être soit scolarisé, soit en formation, soit en emploi », mais avec si peu d’emplois en France, quel travail ? Les stages de formation peu ou pas rémunérés ont de l’avenir !
- l’obligation pour l’aide sociale à l’enfance (ASE) à trouver un emploi et un logement pour les jeunes jusqu’à 21 ans avec en contrepartie un financement de 50 millions d’euros. Et après 21 ans, ne se retrouveront-ils pas de nouveau à la rue...

Macron compte beaucoup sur les autres.
La réussite ou pas de toutes les mesures de ce Plan pauvreté seront bien sûr de la responsabilité des collectivités locales et surtout des personnes pauvres !
Un « pognon de dingue » ironise-t-il : 8 milliards répartis en quatre ans (plutôt 4 milliards avec le redéploiement des suppressions des emplois aidés, la baisse des APL, la hausse de la CSG, etc.)
Et le « pognon de dingue » offert aux grandes fortunes, entre 3,2 et 4 milliards, il a oublié !

Beaucoup de belles paroles, Macron en a peut-être conscience quand en fin de discours, il relativise ses annonces en précisant qu’il veut « éradiquer la grande pauvreté » et non pas la pauvreté.

1 Message

  • Un peu moins pauvre ? De qui se fiche-t-il ? 18 septembre 07:47, par ANNIE JOUAN

    Intéressante synthèse qui restitue bien l’esprit qui a inspiré ce plan, ses limites et ses contradictions.

    Création d’un service public d’insertion : et Pole emploi alors à quoi sert-il, qui perd depuis longtemps ses agents ? Et les réductions de postes dans la fonction publique ? Et les réformes territoriales qui ont désorganisé les collectivités et dont les subventions ont été réduites quand elles n’ont pas disparu, quid de l’efficacité exigée ? Et la coupe franche dans les emplois aidés ?Et les délocalisations et fermetures d’entreprises ?

    Et les cadeaux aux plus riches ? Là il n’y a aucune contrepartie demandée , aucun "sine qua non !"
    Quant au coût de ce plan c’est comparativement le tiers de ce qu’il leur a instantanément accordé !

    Alors ? N ’est ce pas se moquer du monde, du vrai , de celui qui galère ?

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1412