vendredi, 10 juillet 2020|

4 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Vivre et dire nos luttes (4)

Version imprimable de cet article Version imprimable
Être ensemble, en grève, dans le 19ème !

Sur Paris, depuis le 5 décembre, nous sommes plusieurs centaines à être en grève reconductible chaque jour.

- fin de la manifestation du 5 décembre à Paris : manif de nuit, manif jolie !

Dans le 19ème arrondissement, des assemblées générales de grévistes se tiennent chaque jour dans des écoles pour organiser des tournées d’écoles, rédiger des tracts, fixer des rendez-vous et établir des mandats pour l’AG centrale des grands jours de grève (un bon récit à lire ici).


_ - cortège des écoles du 19ème arrondissement, manifestation du 10 décembre.

L’ambiance est bonne entre les grévistes : on discute beaucoup, mais surtout, on apprend à se connaitre, se forme au militantisme et à l’organisation par l’action ! C’est en faisant des choses ensemble que le collectif se forme.
Le 6 décembre, on passe la journée dans une école : le matin, l’AG est un peu longue et c’est normale, mais à 11h30 on arrête tout pour aller tourner dans les écoles du quartier. On se retrouve à 13h30 et on se répartit en groupe de travail pour préparer la semaine qui arrive. Dans ces petits groupes (caisse de grève, fonctionnement des AG, banderoles, tracts…), ceux et celles qui prennent peu la parole en plénière prennent confiance et le collectif, en gagnant en efficacité, se consolide aussi. Notre lieu de travail est transformé en QG de grève, et ça aussi c’est réjouissant.


_ - Fabrication de banderoles, 6 décembre.


_ - AG centrale des grévistes du premier degré dans une école du 5ème arrondissement, 10 décembre

C’est ensemble qu’on est allé regarder la déclaration d’Edouard Philippe avec les copains et copines de Sud Rail. Ensemble qu’on encaisse les déclarations, ensemble aussi qu’on surnomme le ministre Edouard Flippe en débriefant dans un café. Ensemble qu’on décide de continuer, de se donner la force de tenir, qu’on se motive à aller aider les grévistes de la RATP à bloquer leur dépôt à quatre heures du mat’.

https://twitter.com/Toto_Mandarine/status/1204887240285020163?s=20

« Depuis que j’ai cessé le travail, je me sens beaucoup mieux dans ma vie, alors même que l’on a un métier formidable, porteur de sens et d’engagement. Ca montre quand même qu’il y a un problème dans nos conditions de travail… » remarque une collègue dans le cortège de la manifestation, jeudi dernier. Alors oui, on commence à culpabiliser pour nos absences auprès de nos élèves, à se poser des questions sur les retraits de salaire. Mais la grève, ce n’est pas juste l’arrêt du travail : c’est aussi une manière de retrouver du temps, de rencontrer du monde et de faire de la politique.


- cortège du 19ème, malgré le mauvais temps à la manifestation du 12 décembre.

C’est ma première grève reconductible, et je n’arrive pas à me séparer de ces lignes de Simone Weil à propos des grèves de 36 : « Indépendamment des revendications, cette grève est en elle-même une joie. Une joie pure. […] Joie de trouver tant de sourires, tant de paroles d’accueil fraternel ». Voilà.

La grève ne quitte pas mon esprit : je dors en grève comme je me réveille en grève. Mais, je ne suis pas seul : la grève est sur toutes les lèvres. Les instit’ du 15ème arrondissement, les secrétaires médicales, les employés de banque, les passant.es et les gardien.nes d’école : la grève est sur toutes leurs lèvres. Même les « galères » de transport n’arrive pas à retourner l’opinion. On scrute les visages et les conversations dans les cafés, interpelle les inconnus. « Grève le 17 décembre. Parlez-en autour de vous. »

Camarades et collègues, faisons de la semaine prochaine une semaine historique. Que tous et toutes, dans le public comme dans le privé, nous arrêtions de travailler le 17 décembre. Soyons solidaires.

Un prof des écoles grévistes

PS :
- On organise un départ commun à la manifestation du 17 décembre depuis le 19ème à 12h30, place Stalingrad.
- Un repas de soutien aux grévistes de l’éducation est prévu pour financer la caisse de grève : c’est à partir de 19h à La Nouvelle Rotisserie, le mercredi 18 décembre (4 Rue Jean et Marie Moinon, 75010 Paris ).
- Une caisse de grève parisienne est en train de se relancer. Vous pouvez dès aujourd’hui diffuser le lien de la cagnotte en ligne : https://www.helloasso.com/associations/arret-images/formulaires/1/widget

D’autres récits de lutte à découvrir ici...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586