mardi, 12 novembre 2019|

8 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Entretien avec Laélia Véron, enseignante en milieu carcéral

Version imprimable de cet article Version imprimable

Entretien avec Laélia Véron, maîtresse de conférences en stylistique et langue française à l’université, enseignante vacataire en milieu carcéral.

Suite à la publication du livre qu’elle a co-écrit avec Maria Candea, "Le Français est à nous, petit manuel d’émancipation linguistique", nous avons rencontré Laélia Véron qui nous a parlé de son travail d’enseignante en milieu carcéral. Nous avons souhaité en savoir plus…

1- Depuis combien de temps enseignes-tu en milieu carcéral ?
Ça doit faire une dizaine d’années (un peu moins) mais selon des rythmes et des investissements différents, avec une pause à la fin de ma thèse (pour finir ma thèse !) J’ai aussi enseigné selon des modalités différentes : d’abord avec le Génépi, de manière bénévole, puis en tant que vacataire de l’Education Nationale, car l’engagement bénévole, même s’il tout à fait louable par certains côtés, peut aussi servir de prétexte au désengagement de l’Etat.

2- Qu’est-ce qui t’a amenée à faire ce choix et qu’est-ce qui te fait rester ?

Il y a plusieurs raisons : pédagogiques, sociales, et plus personnelles ! Au niveau pédagogique, c’est important pour moi de me confronter à différents publics, différentes situations d’enseignement, pour ne pas rester dans une routine et continuer à apprendre et à me former. Ça me permet aussi d’interagir avec différents collègues, des collègues spécialisé·e·s dans l’enseignement en détention, des collègues profs en lycée pro, en primaire, etc, et de me former grâce aux échanges avec elles et eux. J’ai énormément d’admiration, par exemple, pour les collègues qui enseignent auprès des mineur·e·s, qui représentent un public très particulier en détention. Au niveau social, intervenir en prison peut permettre de ne pas rester dans une bulle sociale privilégiée, de mieux comprendre certains fonctionnements de la société qui nous concerne toutes et tous (la justice, la prison), de prendre conscience de certains parcours sociaux, etc. Enfin, il y a certaines raisons plus intimes, c’est sans doute une manière de gérer un rapport à la violence, à la résilience, à la réinsertion, etc.
Je continue parce que c’est une pratique fondamentale pour moi, qui peut être difficile mais qui m’apporte toujours beaucoup. C’est essentiel pour moi de ne pas enseigner qu’à l’université mais de garder un pied dans un monde très différent.

3-  Les Lettres, dans ce contexte, qu’est-ce que cela représente pour toi ?
...

La suite à lire sur le site du collectif Lettres vives
http://www.lettresvives.org/2019/08/07/entretien-avec-laelia-veron-enseignante-en-milieu-carceral/

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586