lundi, 23 novembre 2020|

15 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Enfants gardés à vue : éducation ou dressage

Version imprimable de cet article Version imprimable   2 commentaire(s)

En 2015, à Nice, un enfant de 8 ans avait été entendu par la police pour des propos qu’il aurait tenus dans son école lors de la minute de silence observée après l’attentat contre Charlie Hebdo. Au moins avait-il été convoqué seulement quelques jours plus tard et avec son père.

On ne peut que s’interroger sur la conception de la relation pédagogique que suppose, dans une situation de classe, la dénonciation à des instances extérieures d’une parole, si malvenue soit-elle, chez un élève de dix ans, et sur la rupture qu’elle entraîne avec la confiance et la possibilité d’émettre une idée même fausse dans le cadre d’un apprentissage.

En 2020, comme on n’arrête pas le progrès, c’est à l’aube que quatre enfants de 10 ans, élèves de la même classe de CM2, ont été interpellés chez eux, à Albertville, par une escouade de policiers, dont certains cagoulés, et emmenés, seuls, au commissariat où ils ont été retenus plusieurs heures pour « apologie du terrorisme », pour des propos qu’ils auraient tenus en classe après l’assassinat de Samuel Paty.

Outre la brutalité inédite de la procédure, et le traumatisme que cela a pu provoquer chez ces enfants (dont, en plus, l’une au moins a été mise hors de cause ultérieurement), ce qui interroge, c’est ce que cela traduit, d’une part, de la conception de l’enfance et de l’acte éducatif, et d’autre part, de la panique qui gagne la communauté éducative au point d’aboutir à de telles situations.

Certes, tout s’est déroulé légalement : de l’enseignant qui a fait le signalement au procureur qui a lancé l’opération policière en passant par le Dasen qui a déposé une plainte, chacun n’a fait que mettre en œuvre ce que la loi permet, et même ce qu’elle impose depuis les dernières mesures sécuritaires. Il n’est pas question ici de les incriminer individuellement, mais de se demander si nous pouvons accepter le type de société que ce fonctionnement représente.

On ne peut qu’être inquiet du climat de peur qui s’instaure si, parce qu’un enseignant a été assassiné, non pas par ses élèves mais par un terroriste étranger qui ne le connaissait même pas, les quelque 330 000 enseignant-e-s du premier degré de ce pays doivent désormais considérer leurs propres élèves, qu’ils et elles côtoient tous les jours, comme dangereux, au point de s’en remettre à la police au premier incident.

On ne peut que s’interroger sur la conception de la relation pédagogique que suppose, dans une situation de classe, la dénonciation à des instances extérieures d’une parole, si malvenue soit-elle, chez un élève de dix ans, et sur la rupture qu’elle entraîne avec la confiance et la possibilité d’émettre une idée même fausse dans le cadre d’un apprentissage. Et c’est encore plus prégnant dans un contexte d’évènements dramatiques surmédiatisés, porteurs pour l’élève de troubles émotionnels et cognitifs, voire d’un conflit de loyauté.

L’oublier, c’est oublier que ces élèves sont des enfants, que l’éducation n’est pas du dressage, et que le rôle d’un enseignant, d’une enseignante, c’est de les aider à penser, à réfléchir, à se confronter aux autres -et c’est en cela que le collectif de la classe est indispensable-, à développer un esprit critique qui fasse fi des idées préconçues pour construire une pensée autonome et affinée au contact des autres.

Alain Chevarin

2 Messages

  • Enfants gardés à vue : éducation ou dressage 18 novembre 18:49, par Barbara Bertozzi

    Bonjour,
    Je vous remercie pour ce texte. Je me pose les mêmes questions. Faire cela c’est nier tout le pouvoir de l’éducation. Oui, l’école est là "pour aider à apprendre à penser". Cet épisode en dit long, je trouve, sur ce que devient notre société, gouvernée par la peur, celle du terrorisme et du covid et qui a tendance, en même temps à oublier que d’autres dangers guettent : le climat qui s’affole, la démocratie qui s’effrite, les libertés qui s’amenuisent... Plus que jamais on a besoin d’école.

    repondre message

  • Enfants gardés à vue : éducation ou dressage 22 novembre 14:49, par JJ LATOUILLE

    si je me pose les mêmes questions que celles posées dans cet article, je m’’en écarte quand il est dit qu’il ne faut pas incriminer les fonctionnaires qui ont mis en oeuvre cette procédure disciplinaire. Je pense au contraire, et je l’ai écrit ailleurs, il faut sans leur jeter la pierre les mettre face à leurs actes et aux conséquences de ceux-ci. Je serai moins sévère avec les policiers et le procureur qu’avec les enseignants qui ont fait le signalement car ils se sont ainsi dérobés de leur parure d’éducateur pour ne devenir que des flicaillons de seconde zone, des délateurs comme il en exista en 1940-1945. Ouvrons les yeux sur la différence entre une loi, par ailleurs antidémocratique et la délation mortifère. Ces enseignants, ce DASEN peuvent-ils encore se dire EDUCATEURS ?

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586