dimanche, 8 décembre 2019|

8 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

En France comme au CHILI, le Service national, ce sera sans nous !

Version imprimable de cet article Version imprimable

Légende : les Flics et les militaires sont les sicaires mercenaires des riches !
“¡No queremos ser milicos !”, “nous ne voulons pas être des miliciens” clame la jeunesse chilienne contre le service militaire !

Le 20 novembre dernier , des centaines de jeunes chiliens se sont pressés devant la Direction Générale de la Mobilisation Nationale (DGMN) de l’armée Chilienne à Puente Alto, pour pouvoir être exempté de service militaire. En effet, ce jour-là était officiellement le dernier pour pouvoir demander à ne pas participer au tirage au sort de la conscription.

Au Chili l’inscription sur le registre du Service Militaire est automatique pour tous les jeunes de plus de 18 ans. Pour remplir ses casernes, l’armée fait appel à des volontaires parmi ces jeunes, et si il n’y en a pas assez alors d’autres jeunes sont tirés au sort parmi les non-volontaires.

Cette année encore il n’y avait pas assez de volontaires (1). Alors tandis que les bottes militaires patrouillaient dans les rues de différentes villes du Chili lors de l’état d’urgence décrété pour mater la flambée sociale, les forces armées ont convoqué tous les non-volontaires, soit 95% des jeunes en âges de faire le service (les 5% restant étant volontaires), pour le tirage au sort. Ceux qui contestaient leur participation au tirage au sort (pour motif familial ou d’étude) avaient jusqu’au 20 novembre pour se manifester.

C’est ce que n’ont pas manqué de faire des centaines de jeunes avec leurs familles, qui ont fait de longues files devant le centre de recrutement pour dire qu’il n’était pas question pour eux de faire leur service militaire, alors que l’armée réprime durement le mouvement social en cours. Sur les 23 morts officiels durant le mouvement au moins 5 ont été tués par des militaires selon Amnesty International.

Parmi la foule amassée, certains portaient des banderoles où on pouvait lire par exemple "tuer les pauvres pour donner aux riches". Tous scandaient “¡No queremos ser milicos !”, “nous ne voulons pas être des miliciens”.

Comme tous les jeunes qui voulaient déposer leur dossier n’ont pas pu le faire (d’autant plus que le centre a dû fermer plus tôt du fait du mouvement social), et pour éviter que la grogne ne dégénère, la date limite a finalement été reportée au 30 décembre.

Les compagnons du Projet Educatif Libertaire (PeL) par ailleurs aident les jeunes à trouver des solutions pour éviter le service militaire.

(1) Le nombre de volontaire diminue chaque année : 9 400 cette année (pour un besoin de recrue de 20 000), c’est 27,5% de moins qu’en 2018 et 45,7% de moins qu’en 2017. Pour ne pas perdre la face le Général Hugo Lo Presti met cela sur le compte d’un déficit démographique de cette tranche d’âge selon les années de naissance, alors que selon les statistiques officielles la différence n’est que de 1% …

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586