lundi, 18 novembre 2019|

12 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

École, Laurence De Cock

Version imprimable de cet article Version imprimable   2 commentaire(s)

Un double tour de force que ce petit livre d’étroit et élégant format : il aborde tous les sujets scolaires d’une façon synthétique, et défend de façon convaincante le projet d’une école commune, démocratique et émancipatrice.

Une histoire de la conjugaison de l’égalité et de l’école en dix pages, où les contradictions d’un Jules Ferry sont bien exposées, sans caricature ; une reprise rapide de ces mots qui font mal : égalité des chances, méritocratie, notation ; une réflexion posée sur la laïcité, pour que ce soit une ouverture à l’esprit critique, non un dogme qui en affronterait d’autres ; la question des pédagogies, avec des inflexions qu’on pourra parfois discuter mais où il est affirmé « la principale ligne de démarcation entre toutes les pédagogies réside dans les finalités qu’on lui assigne ».

Et pour Laurence De Cock, la finalité ne peut être que l’émancipation collective. Affirmation importante à l’heure où l’épanouissement individuel s’affirme tranquillement, sans les précautions longtemps d’usage. On ne peut que la rejoindre ici. On appréciera la façon nuancée dont sont analysées les réactions de parents qui cherchent un refuge pour leur enfant ou la reconnaissance de la sincérité d’enseignants d’écoles alternatives ; analyse et non condamnation, on retrouve ce ton quand l’auteure évoque « la pâle tentative de démocratisation de la réforme du collège en 2015 » : on est loin des hurlements corporatistes qui, tous syndicats unis, avaient vu un monstre en lieu et place d’un trop timide essai, certainement pas refondateur.

C’est que l’auteure prolixe mais jamais bavarde, garde le franc parler dont elle a fait preuve dans d’autres ouvrages (le récent L’histoire comme émancipation, en collaboration, chroniqué ici, par exemple). L’enseignante qu’elle est n’hésite pas à écrire que ses collègues doivent « accepter d’être bousculés […] en devenant conscients que nous en sommes [de l’émancipation] parfois les freins, non des moindres. »

On le voit, ce n’est pas une lecture convenue, pour personne. Une bonne lecture de rentrée, en tout cas, pour enseignant un peu débordé ces jours-ci.

Jean-Pierre Fournier

Laurence De Cock, École, Anamosa (coll. Le mot est faible), 2019, 92 p., 9 €.

2 Messages

  • École, Laurence De Cock 11 septembre 08:15, par Denis Paget

    On ne saurait trop recommander la lecture de ce livre bienvenu dans le climat morose de cette rentrée. Merci Laurence !

    repondre message

  • École, Laurence De Cock 24 septembre 19:57, par THIBAULT

    Ce livre est essentiel pour comprendre les déshérences et le malaise de notre système scolaire actuel. Sa lecture est plus que recommandable, elle est salvatrice !
    En tant que grand-mère ma curiosité a été éclairante. Bravo Laurence De Cook

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586