dimanche, 15 septembre 2019|

16 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Compte rendu plénière 2 Charlotte Nordmann : peut-on défendre l’école sans la critiquer ?

Version imprimable de cet article Version imprimable   3 commentaire(s)

Par Charlotte Nordmann :

Charlotte Nordmann est essayiste et membre de l’équipe éditoriale de la Revue des Livres. Elle a écrit notamment : Bourdieu/Rancière. La politique entre sociologie et philosophie (2006) et La Fabrique de l’impuissance 2. L’école entre domination et émancipation (2007).

Comprendre la transformation néolibérale de l’école nécessite de se poser quelques questions initiales et fondamentales. En se demandant : « Qu’est ce qui fait que l’école puisse être dangereusement subvertie par les principes du néolibéralisme ? », il serait bon de se demander conjointement « Quelles valeurs inhérentes à l’école permettent, de l’intérieur, cette subversion néolibérale ? »

Ce questionnement se fait en écho à la thèse défendue par l’ouvrage La Nouvelle École capitaliste de Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, et Guy Dreux, dans lequel l’’« autonomie » historique et initiale de l’école serait aujourd’hui mise en péril.

On peut tout d’abord faire le constat du fait que les évolutions néolibérales de l’école concernent l’Europe et pas seulement la France. De plus, elles ont été menées aussi bien par des gouvernements de gauche que de droite.
C’est en effet à la suite du libéralisme ; théorie fondée sur l’idée de non intervention, que sont arrivées les théories néolibérales. Ces dernières reposent sur le fait que si une concurrence entre les différents acteurs économiques n’existe pas spontanément, il faut alors de créer cette situation d’inégalité pour stimuler des enjeux de pouvoir. Et c’est en favorisant cette mise en concurrence des acteurs que l’état va jouer un rôle moteur pour créer artificiellement des inégalités.

La question posée est donc : « Comment a-t-on pu créer ces inégalités là où elles n’existaient pas au sein des établissements ? ».

L’effet le plus clair de l’impact du néolibéralisme sur l’école est le développement du privé, ainsi que le fait de pouvoir contourner la carte scolaire. On constate de fait une hiérarchie de plus en plus forte entre les établissements, ce qui conduit à une ségrégation croissante entre étudiants.

Autonomie et prolétarisation des usagers

Il est en effet constatable qu’un autre mode de gouvernement des individus, qui passe par un faux semblant d’autonomie, a vu le jour à l’école. C’est que l’« autonomie » a été présentée pour laisser une marge de manœuvre plus conséquente aux acteurs. Mais cela s’est traduit en réalité par une intensification du contrôle administratif , par le biais notamment des évaluations toujours plus précises et nombreuses.

Il n’y a qu’à comparer ce phénomène avec les analyses montrant les effets de l’évaluation dans l’entreprise, qui en font nettement baisser l’efficacité. Ce dispositif de l’évaluation joue un rôle majeur dans le désamorçage de l’autonomie. C’est un verrou à la libre réalisation d’une autonomie réelle, tant la notation occupe une place importante à l’école.

On peut rappeler le fait que Stuart Hall, figure majeure des cultural studies, a montré à propos du thatchérisme ,comment le discours néolibéral se fondait sur l’aspiration des individus à contrôler davantage leurs existences, ainsi que sur la frustration engendrée par une gestion centralisée « traditionnelle » des biens communs qui échappe au contrôle collectif. Le besoin d’autonomie est donc croissant. Mais le revers de ces modes de gouvernements néolibéraux aura été de déposséder plus encore les usagers de leurs biens, et d’empêcher toute émancipation. C’est ce que l’on constate par exemple avec les mesures concernant l’autonomie des universités. Il en va ainsi du rapport paradoxal de l’école à l’autonomie : elle la déclare valeur première, mais tout est fait pour la rendre impossible.

Reproduction des inégalités et hiérarchisation

Ce discours néolibéral sur la valorisation des compétences et du capital humain s’accompagne de fictions qui encouragent les inégalités. De façon récurrente sont mises en avant certaines filières de grandes écoles qui reposent sur le concept de « discrimination positive ». On permet ainsi à des jeunes « moins favorisés » d’entrer à « Science po » dans un cadre particulier... or cela ne fait que correspondre à une logique néolibérale mise en place par le système. Cette ségrégation est bien évidemment contraire à l’ambition démocratique affichée par l’école.

On constate aussi de plus en plus de dispositifs de contrôles au sein même des écoles : contrôle de l’assiduité, surveillance des mouvements potentiellement dangereux (certains élèves d’un établissement « sensible » n’ont pas le droit de mettre leurs mains dans les poches dans la cour de récréation.).

Segmenter le collectif

D’autre part, on met de plus en plus l’accent sur l’individualisation des parcours, il faut que chaque personne valorise son propre capital humain. Mais derrière le discours visant à mettre en exergue la valeur particulière de chaque individu, on le laisse seul face à l’employeur et on atomise le collectif. L’école est donc un moyen pour chaque personne de « révéler » sa pseudo valeur naturelle, qui est en fait fortement liée à son origine sociale. En promouvant les « capacités individuelles » et les parcours spécifiques on orchestre ainsi une hiérarchie des intelligences.

L’impératif de collectivité.

Parallèlement, ces injonctions visent non pas l’évolution de la qualification des individus. Tout d’abord les systèmes scolaires dits plus « égalitaires » sont plus « efficaces ». Ensuite, il s’agit d’aligner les résultats sous prétexte de faire semblant de maintenir les élèves dans le système scolaire. Mais l’effet de cet « alignement » est une dépossession du sens et une perte de maîtrise de sa pratique. Cela prolétarise les usagers de l’école en général.

Le but de ces stratégies est bien de régler les conduites, car comme la montré Foucault, l’école est un dispositif de contrôle. L’investissement de l’école par les théories néolibérales est insidieuse et difficile à combattre. En tant qu’enseignant on est motivé par la réussite de nos élèves, et on souhaite une valorisation de leur « capital humain », mais on doit garder à l’esprit le fait que ces outils sont proposés pour améliorer la productivité et vont de fait à l’inverse de ce qu’on peut leur souhaiter.

D’où vient cette néolibéralisation de l’école ?

On doit garder à l’esprit le fait que depuis le début, l’école a été mise en place pour faire marcher l’économie et faire taire les révolutions en cours. C’est un redoutable dispositif économique qui prépare au salariat. On peut renvoyer aux travaux de Jean Foucambert, notamment : « L’École de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure » ouvrage qui montre l’intention politique du projet éducatif de Jules Ferry. Projet qui souhaitait à l’origine « mettre fin à l’ère des révolutions ». 

L’école est donc aussi faite pour que l’état soit maître des processus d’apprentissages. Le but des « pédagogues » n’est donc pas l’émancipation intellectuelle des individus, qui viserait une autonomie, mais la paix civile. 

Des tentatives historiques : l’exemple de L’école mutuelle

Il y a déjà eu dans l’histoire de très intéressantes expériences éducatives visant l’émancipation des élèves. Le rapport au savoir n’a pas toujours été uniquement médiatisé par la figure du maître. On renverra à l’ouvrage d’Anne Querrien, « L’école mutuelle, une pédagogie trop efficace ? » qui raconte l’histoire de l’école mutuelle sous la Restauration. Mais l’école fut supprimée par les pouvoirs publics parce qu’elle allait à l’encontre du projet politique initial de l’institution. L’école mutuelle a été en effet fondée à l’origine pour les pauvres afin de leur donner un savoir conforme à leur classe sociale : lire, écrire, compter. Mais pour aller plus vite et instruire plus d’élèves, les individus étaient formés à travailler en petits groupes où ceux qui avaient compris expliquaient aux autres. Les professeurs déléguaient donc leur enseignement. Les différences de niveau deviennent alors un moteur intéressant. Mais l’école mutuelle a été fermée parce qu’on lui reprochait le fait que les élèves apprenaient trop rapidement. Surtout, le rapport au savoir et à l’autorité était complètement subverti !

La « méthode des frères » (issue de la communauté des Frères des écoles chrétiennes) était à l’époque la méthode concurrente. Le rapport au savoir était complètement différent : unilatéral et fortement hiérarchisé. Le maître englobait d’un seul regard l’assemblée d’élèves, organisée de façon à ce que le rapport de compétence, et de réussite de chacun, soit visible à l’œil nu dans la salle de classe. Ces exemples montrent comment des éléments et principes inégalitaires, renforcés par le néolibéralisme étaient déjà en germe dans les fondements de l’école républicaine.

Reproduction des inégalités.

La professionnalisation des élèves a quant à elle des effets majeurs sur nos pratiques. On part du principe qu’un certain déterminisme social empêche une société toute entière d’apprendre de la même façon. C’est d’autant plus important de comprendre que l’évaluation est une façon d’enlever du sens à la pratique pédagogique. L’évaluation est en effet omniprésente dans la culture scolaire où l’apprentissage est instrumentalisé et transformé en simple moyen d’être évalué. De fait, il perd tout sens. Des auteurs comme Jean Yves Rochex ont montré par ailleurs comment le positionnement des enseignants adaptant leurs méthodes et leurs contenus à certains publics en raison de leurs a priori peut induire et reproduire les inégalités. (Cf. « La construction des inégalités scolaires : au coeur des pratiques et des dispositifs d’enseignement »)

Il ne faut donc pas défendre l’école ancienne, car il est nécessaire d’être clairement conscient des ambiguïtés initiales de l’école. L’enjeu c’est comprendre la nécessité actuelle de diffuser des savoirs critiques, qui sont réformables et critiquables.

3 Messages

  • Ni Anne Quérrien ni Jean Foucambert ne sont historiens et pour l’un comme pour l’autre leur rapport aux sources est très discutables. C’est dommage. Dans leurs ouvrages l’école mutuelle y est idéalisée. Leur présentation de l’école mutuelle doit plus aux discours du clergé anti-école mutuelle qu’à une recherche sur ses écoles mutuelles, son fonctionnement, le nombre d’écoles, le nombre d’élèves enseignés et surtout les effets produits par cette école ne sont pas documentés mais imaginés par les auteurs (une école qui produirait des citoyens critiques et actifs, qu’ils le prouvent !).

    Si l’on gratte le sujet on découvre que la réalité de l’enseignement mutuel est tout autre et ce dès sa création.

    L’enseignement mutuel sera porté en France par Société pour l’Instruction élémentaire, association laïque d’enseignement primaire qui n’aura jamais,bien au contraire, comme objectif l’émancipation du peuple.

    Pour preuves (et oui il en faut).

    le comte Alexandre de Laborde promoteur de la méthode publie en 1815 Plan d’éducation pour les enfants pauvres
    le pauvre pourra « pousser avec fierté la charrue qui l’honore, et recevoir avec douceur la tâche que le Ciel lui impose (…) Il ne cherchera pas une meilleure destinée hors du cercle de ses devoirs(…) »

    Alexandre de Laborde, Plan d’éducation pour les enfants pauvres, d’après les deux méthodes combinées du docteur Bell et de M. Lancaster, Paris, Nicolle, 1815, préface, pages XVIII et XIX.

    Ou encore,

    De Gérando président de la Société pour l’Instruction élémentaire, association laïque d’enseignement primaire
    . Il en préside la première séance le 16 juin 1815. Dans son rapport inaugural, il dit

    « Loin de nous sans doute, l’idée absurde de vouloir convertir les enfants
    de l’artisan, du laboureur, en autant de savants, de gens de lettres, de philosophes ; de
    vouloir leur donner un genre et un degré de lumières qui, en leur rendant leur condition
    insupportable, ne leur inspireraient que le désir d’en sortir ! Nous désirons leur offrir
    précisément le genre et le degré d’instruction assortis à cette condition elle-même, pour les mettre en état de la mieux remplir, leur inspirer ces attitudes de travail et de régularité, cet attachement à tous les devoirs, qui sont les premiers garants de l’ordre social. Mais loin de nous aussi l’idée, non moins absurde et non moins funeste, de prétendre fixer par des limites absolues le perfectionnement moral et intellectuel de l’espèce humaine, et de maintenir systématiquement la dégradation du plus grand nombre sous le prétexte de l’intérêt de tous ;comme si l’intérêt de tous n’était pas que chacun, en restant à sa place, l’occupe le plus utilement qu’il est possible ! »

    Voilà il est clair que l’expérience de l’enseignement mutuel n’a jamais été une tentative historique visant l’émancipation des élèves comme le prétend le compte rendu.

    Il est curieux qu’un mythe en remplace un autre...

    quelques liens vite fait

    une très bonne critique du livre de Querrien dans les Actes de lecture

    une thèse sur l’enseignement mutuel en Bretagne

    Voir en ligne : http://edukritik.ouvaton.org/

    repondre message

  • Bonjour
    Je pense qu’il s’agit d’une lecture un peu rapide. Jamais l’enseignement mutuel n’est présenté comme un "idéal", instauré avant tout par le soucis de faire des économies, porté par les dominants sous Napoléon puis sous la Restauration, avec le soutien du roi lui-même, il est inspiré par le fonctionnement des fabriques et des manufactures... et fonctionne aussi avec une discipline militaire "à la baguette".
    L’intérêt de son histoire c’est bien que très vite ses promoteurs, les dominants, en deviennent les plus farouches opposants (à l’image de Guizot) et qu’ils vont tout faire pour éradiquer cette forme d’enseignement... Ce qu’il y a à en retenir, selon moi, c’est que le projet éducatif du pouvoir n’est ni les économies (l’enseignement simultané est plus couteux), ni "l’efficacité" (l’enseignement mutuel apprend à lire, à écrire et à compter aussi bien) mais "autre chose", le contrôle du peuple, le respect des hiérarchies et la légitimation des inégalités, un programme que l’enseignement mutuel ne semblait pas vouloir lui apporter...
    Voilà, de manière très rapide... et je vais voir ces liens qui semblent intéressants...
    Greg

    repondre message

  • Entièrement d’accord avec toi, mais ses nuances ne sont ni dans le compte rendu, ni dans le livre de Querrien ni dans le discours parfois un peu trop enthousiaste de Foucambert.

    Mais l’école mutuelle a été fermée parce qu’on lui reprochait le fait que les élèves apprenaient trop rapidement. Surtout, le rapport au savoir et à l’autorité était complètement subverti !

    reste à le prouver.

    Je voulais écrire une deuxième partie sur les effets réels de l’enseignement mutuel, mais faut du temps et les sources ne sont pas nombreuses.

    La dérive évidente est le caporalisme (on pourrait très bien dire que l’enseignement mutuel apprend la hiérarchie ce que ne permet pas l’enseignement simultané).

    Surtout, surtout ne construisons pas un nouveau mythe, nous n’en avons pas besoin.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586