mercredi, 17 octobre 2018|

33 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

« Béééé éhaaa… Bâ ! » : Quand maman parlait une langue étrangère...

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   5 commentaire(s)

Je suis entrée à l’école primaire à plus de six ans, sans passer par la case « école maternelle ». Née en 1940, j’étais très protégée par mes parents. Nous vivions à Paris et il y avait des alertes si nombreuses que la course dans les abris devenait un exercice presque quotidien. Mon père et ma mère avaient donc décidé de me garder près d’eux le plus longtemps possible.

Cependant, avant de me confier à l’école républicaine, ils ont voulu me préparer aux premiers apprentissages. Je semblais être une petite fille sensée, curieuse et intéressée et cela n’aurait pas dû poser de problèmes. Malheureusement, le résultat n’a pas été à la hauteur des espoirs de mes parents.

Je revois encore la scène. Maman vient vers moi, un sourire bienveillant aux lèvres et dans un climat de confiance partagée. Elle prend mes mains dans les siennes, s’assied en face de moi. L’heure semble solennelle. Elle ouvre la bouche : « Danièle, tu es grande maintenant, alors écoute moi bien. » Je la regarde, un peu impressionnée, et j’attends en tendant l’oreille avec application. Ma maman va-t-elle me dire un secret de grandes personnes ? C’est alors que j’entends Maman prononcer :

 « Béééé (silence) éhaaaa...(silence), Bâ ! »

Ce dernier son est sorti de sa bouche comme un cri de libération. Je la regarde, sidérée : mais en quelle langue me parle-t-elle ? D’habitude, elle s’exprime dans la langue que tout le monde utilise autour de moi. Parfois, elle a parlé patois avec mes grands-parents quand nous sommes allés dans le Limousin de nos ancêtres. J’ai entendu dans le métro des soldats qui parlaient allemand et, plus tard, à la radio, du jazz chanté en anglais, mais cette nouvelle langue utilisée par Maman, non je ne la connais pas.

Ma mère répète plusieurs fois sa formule secrète, puis elle ajoute « Maintenant à toi, répète « Béééé éhaaa… Bâ ! ». Je reste muette, abasourdie … « Mais répète enfin ! ». Je veux bien , mais je ne n’y arrive pas, cela ne veut rien dire, je ne peux pas répéter ce qui n’a pas de signification pour moi. Je reste là, devant elle, les mains dans ses mains, complètement hébétée, les yeux fixes interrogateurs et la bouche ouverte. Mais dans quelle langue me parle-t-elle ? Ma pauvre Maman aurait-elle perdu la raison ? J’ai un peu peur…Je n’ai que six ans. Elle recommence, mais je la sens s’énerver… « Répète, mais répète donc ! » « Béééé éhaaaa, safékoi ? » Je sens l’instant dramatique et je ne comprends pas ce que je dois faire pour soulager ma maman. C’est alors qu’arrive le geste fatal : la seule gifle que j’ai reçue de ma vie ! Avec un cri de désespoir : « Ce n’est pas vrai, tu le fais exprès ! » La gifle laisse une sensation douloureuse sur ma joue, mais je ne lui en veux pas. Par chance, je ne crois pas m’être sentie coupable des larmes que je voyais perler sur ses cils.

Cependant, l’événement m’a probablement profondément marquée puisque je m’en souviens encore, plus de 70 ans plus tard, comme si cela venait d’arriver. J’y pense un peu plus souvent en ce moment précis où un ministre, sans doute décérébré, veut imposer la méthode syllabique sans aucun recours autre. A moins que ce choix soit cyniquement volontaire. Quelle utilité d’apprendre sans comprendre ? Je me suis heurtée plus tard au même problème en cours de physique lorsqu’on m’a asséné qu’un fil de couleur positif qui touche un fil négatif allume une petite lampe sans m’expliquer avant ce qu’était l’électricité et en quoi c’était de l’énergie. Le même professeur a eu beaucoup de mal à me faire entrer dans le cerveau qu’en étudiant l’optique, l’œil et l’appareil photo, je devais admettre sans explication qu’une image se renversait. Apprendre sans comprendre, cela peut permettre de constituer des générations de cancres plus faciles à soumettre pour des dirigeants ou une classe autoritaire, oppressifs et toujours plus exploiteurs. Cependant, à six ans cette petite réflexion passe au-dessus de la tête et il ne reste qu’une petite blessure et le sentiment d’avoir énormément aimé ma maman.

Danièle Dugelay

5 Messages

  • Bravo, Danièle ! Ce texte est une merveille : je viens de le copier pour le relire et le faire connaître. Et merci à Question de Classe, pour nous l’avoir fait connaître.
    Il faut l’envoyer à monsieur Blanquer sans tarder !
    On a besoin de témoignages comme celui-là...
    Evelne Charmeux
    site : www.charmeux.fr/blog/index.php

    Voir en ligne : Bééé éhaaaa Bâ !

    repondre message

    • A Eveline Charmeux.
      Merci de ta gentillesse. Je suis une ancienne institutrice et j’ai eu le privilège, parfois un peu angoissant, de faire découvrir les apprentissages fondamentaux dans une classe de CP/CE1 pendant plusieurs années. Ce petit souvenir d’enfance a vraiment marqué mon parcours professionnel.
      Je suis allée sur ton blog que j’ai trouvé très intéressant même si je ne peux plus en appliquer moi-même les idées maintenant. Je te remercie de m’avoir donné la possibilité de le découvrir. Bien amicalement. Danièle.

      repondre message

  • Super ce texte, j’aime beaucoup parce qu’il dit presque tout du passé et du présent. Pour ce qui est de l’Avenir il l’ouvre au grand large de l’écoute véritable de l’Autre dans son incompréhension de ce que nous essayons de lui transmettre... L’incompréhension est mutuelle et la langue est là pour nous relier un peu au-delà de nos solitudes. Je pourrais écrire un livre à partir de votre texte en racontant mon histoire et notre histoire de groupe : Oinoleboso = Oiselles Oiseaux et Non-Leaders Solidaires. Jettez un coup d’oeil sur notre blogue oinoleboso.blogspot.fr. Merci Danièle. Pour l’instant nous ne pouvons mettre votre texte sur notre blogue parce qu’il y a pas mal d’annonces de dates mais si vous en êtes d’accord, nous pourrons le publier dès que possible. À bientôt. René Renato Croci Oinoleboso

    repondre message

    • A René Renato.
      Bonjour, je suis allée voir votre site et je le trouve très sympathique. Je m’y suis sentie un peu chez moi. Cela m’a
      permis aussi de retrouver Zouc avec beaucoup d’émotion et j’aime beaucoup votre texte sur les oiseaux migrateurs. Je vais d’ailleurs transmettre l’adresse de votre site à des amis de RESF et autres sensibles à la misère de nos migrants, qu’ils soient oiseaux ou humains. Pour moi, je l’ai mis dans mes favoris.
      En ce qui concerne mon petit texte-souvenir, je suis très partageuse et je vous le donne volontiers. J’ai envie de vous dire : très amicalement. Danièle.

      repondre message

  • Merci de votre réponse chaleureuse. Et à bientôt d’une manière ou d’une autre. Un bonjour à Evelyne Charmeux, nous sommes en famille d’esprit avec elle avec Suzanne Citron avec Jean Foucambert et tant d’autres... René Oinos.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1392