dimanche, 17 janvier 2021|

9 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Appel à contribution : disciplines hors socle, disciplines non essentielles ?

Version imprimable de cet article Version imprimable   3 commentaire(s)


Appel à contribution n°17 : disciplines hors socle, disciplines non essentielles ?

Que veut-on faire apprendre aux élèves  ? Quels savoirs, quels savoir-faire veut-on leur faire acquérir  ? On a laissé à l’institution le soin de régler ce problème, que ce soit à travers les corps d’inspection ou les grandes Directions du Ministère (Direction des Écoles, DLC, …). Pourtant, qu’on soit enseignant·e, parent d’élève, syndicaliste ou simple citoyen·ne, on ne peut se désintéresser de ce qu’apprennent les élèves à l’école.

En effet, le choix des disciplines enseignées dépend de multiples facteurs, mais reflète dans tous les cas les objectifs idéologiques de la classe dominante pour une population scolaire donnée.

Un travail réflexif sur ce sujet est d’autant plus important que les disciplines enseignées servent dans le système actuel non seulement à faire acquérir des connaissances – idéologiquement choisies – mais aussi à évaluer et à sélectionner.

La question à se poser est donc : quels savoirs socialement utiles et non discriminants doit-on enseigner à l’ensemble de la population scolaire ?

Le fait de distinguer des « disciplines fondamentales  » (couramment réduites au français et aux mathématiques, sous l’intitulé “lire, écrire, compter”) et les autres, considérées comme des catégories «  secondaires  », répond à une conception utilitariste adaptée à une société néolibérale organisant, de la concurrence entre établissements à Parcoursup en passant par les cours privés, le tri social des élèves

Pourtant, vue l’ignorance fréquente dans ces domaines, ne serait-il pas souhaitable d’aborder très tôt quelques notions de droit, d’économie ? Les domaines liés à l’écologie ne mériteraient-ils pas d’être l’objet d’un enseignement  ? Les arts plastiques, la musique, la pratique théâtrale, le cinéma sont-ils condamnés à rester des disciplines de seconde zone, enseignées là où on a la chance de disposer d’un professeur  ?

Le découpage même des disciplines enseignées contient une part d’arbitraire et de soumission aux impératifs idéologiques : la géographie par exemple est liée à l’histoire dans une conception géopolitique qui remonte à l’époque coloniale. Elle pourrait tout aussi bien être liée par exemple à l’écologie à travers la notion d’écosystème.

Poser ces questions, et bien d’autres, permet d’avancer dans la définition d’une école qui ne soit pas celle du tri social mais celle d’une solidarité sociale, d’une école égalitaire et émancipatrice.

Celles et ceux qui s’intéressent à l’enseignement ont souvent limité la réflexion au “comment ?” (la pédagogie et la didactique) au détriment du “quoi ?”. C’est à cette remise à plat des “évidences” en ce domaine que s’efforce de participer ce nouveau numéro de la revue, prévu pour le printemps.

Vous pouvez envoyer vos textes ou vos projets de contributions à "admin chez questionsdeclasses.org"
Délai : mi-février.

3 Messages

  • Pour avoir visiter des collectifs, m’être intéréssé aux écoles alternatives, dont les écoles démocratiques (mes 3 filles sont en instruction en famille après avoir été à l’école), et pour avoir été moi même à l’école et avoir du à maintes reprises prendre du temps pour déconstruire énormément de choses afin, enfin, d’aller explorer l’art d’oeuvrer, la joie de la réalisation, oeuvrer en conscience avec les matériaux utilisés et avec les humains alentours : J’en suis venu a me dire qu’il est nécessaire de préserver l’enthousiasme naturel des enfants. Aussi de proposer en libre accès une multitude d’outils, des matières diverses (scolaire ou avec des visions plus globales, des pédagogies différentes, beaucoup de manipulation), des ateliers (feronnerie, couture, électronique, écriture, cuisine, dessin, jardinage etc...), des instruments, des rencontres avec des artisants et autres corps de métiers et les laisser observer et évoluer avec. (une ouverture sur l’extérieur avec des rencontres de personnes de tous âges) Tout en étant disponible pour veiller à ce que chacun se sente en sécurité dans ces explorations (en répondant aux besoins lorsqu’ils se font sentir, et seulement si). Toute discipline peut être essentielle. Celle qui conviendra à certains ne conviendra pas à d’autres. Je pense que c’est la diversité et le libre accès qui permet à l’élan naturelle des enfants de s’épanouir à explorer leur voie. Et non plus passer leur temps à perdre leur vie pour soi disant la gagner ensuite, alors que tout est déjà là.

    repondre message

  • Ne pas confondre 24 décembre 2020 06:49, par lièvre

    Ne pas confondre disciplines d’enseignements et sélections des élèves. En effet les disciplines d’enseignement correspondent à des méthodes de connaissances du monde. Ainsi le français se distingue t il de l’anglais, les sciences dites naturelles se différencient elles des sciences physiques, l’algèbre se distingue t il de la géométrie, pour prendre des exemples simples, que l’on peut prolonger avec l’ensemble des "modes d’investigation du monde". Ces catégories de la "pensée du monde" peuvent être abordées à l’école de façons tout à fait différentes selon que vous souhaitez "instruire" ou "sélectionner". Ce ne sont pas les disciplines scolaires qui sont en elles mêmes "sélectionnantes" ou "instruisantes" c’est le traitement qu’on leur fait subir en les "présentant" aux élèves qui va permettre à certains ou a tous de parvenir à un degré identique de maitrise. C’est ce que défend en partie "la pédagogie de la maitrise" qui suppose une toute autre organisation de la conception de l’élève. Pédagogie qui suppose que tous les élèves n’apprennent pas au même rythme
    . Ce qui signifie que le temps d’investigation des élèves ne peut être égalitaire si celui ci est structuré par l’unité classe. ... C’est le temps qu’il faut pour un élève pour maitriser "une notion (par exemple) qui devient central et non plus "l’heure de cours". L’écologie, le droit, pour prendre vos propres exemples sont eux memes discriminants si vous ne laissez pas le temps à l’élève d’en faire la connaissance. C’est à dire de "naitre avec". Certains naissent et grandissent plus vite que d’autres. Il faut donc permettre à ceux qui sont plus lents de parvenir à naitre et à grandir à leur rythme. J’ai moi même participé en son temps aux classes 6ème 5ème en trois ans, une petite révolution, et une véritable réussite. Mais ce n’est pas la réussite qui compte en matière scolaire (libérale), c’est le coût financier du parcours. D’où la non poursuite de cette expérience, comme d’autres.

    repondre message

  • Bonjour,
    Je pense qu’aujourd’hui nous devons revoir l’éducation dans sa globalité. Les matières enseignées doivent être prorogées mais à plus faibles doses, pour laisser la place aux enseignements de la vie. J’entends par là, plus d’activités manuelles, plus de sorties en nature, plus d’échanges avec les artisans, plus d’heures à pratiquer la vie courante (cuisine, couture, jardinage). Plus d’heures à rêver.
    Partager la journée de nos enfants entre cours de la vie et cours de "culture générale".
    Notre monde va changer, il faudra s’adapter, et cela passe par l’apprentissage de nos enfants à être plus résilients.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586