jeudi, 13 août 2020|

10 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Antisémitisme : que faire ?

Version imprimable de cet article Version imprimable   2 commentaire(s)

Que peut penser, dire, faire un enseignant égalitaire : engagé dans la sincérité pédagogique pour des apprentissages avec et pour tous, engagé dans les luttes sociales au-delà des corporatismes ? Je ne suis pas le seul à me poser la question suite à la multiplication des manifestations de haine antisémite.

Le respect des élèves oblige : si on peut se raconter des histoires, pas aux élèves s’il vous plaît. Enseigner le temps long de l’antisémitisme (de l’antijudaïsme puis de l’antisémitisme, disent les spécialistes, ce distinguo est-il fondamental ?) me semble nécessaire. Si, contrairement à ce que dit une enquête, il me semble que la quasi-totalité des élèves entend parler de la Shoah (presque toute une génération passe en CM2 puis en Troisième), les très nombreuses persécutions voire pogroms chrétiens, les vagues de persécution moins fréquentes mais bien réelles du monde musulman médiéval, la montée de l’antisémitisme racial au 19° siècle, rien de tout cela n’est vraiment enseigné avant le lycée : est-ce vraiment par manque de temps ? Pour le monde contemporain le conflit israélo-palestinien est souvent jugé trop brûlant par bien des collègues : il y a pourtant matière à ce que les élèves construisent connaissances de base et points de vue en mettant à leur disposition des cartes, des textes, en fournissant des lexiques : israélien n’est pas synonyme de juif, sioniste non plus – même s’il y a des liens : une année, des élèves de Troisième y ont consacré un numéro du journal du collège pour l’expliquer largement.

Bien sûr, c’est difficile, et remonteront inévitablement des affirmations furieuses qui viennent du fait que les versions 2 (christianisme) et 3 (islam) du judaïsme ont toujours vécu très concrètement la volonté de meurtre du père. Eh bien, parlons-en, Bible et Coran en mains, car si l’école n’est pas le lieu ont l’on discute en respectant les règles du débat démocratique (tour de parole, démarche argumentaire, respect des interlocuteurs), où l’apprendra-t-on ?

L’engagement pédagogique est lié à la conviction démocratique : on peut parler de tout, « pas avec n’importe qui » certes, mais avec tous les esprits en devenir, si. Il y a des connaissances à avoir – le génocide n’est pas tombé du ciel, mais un peu du Ciel des Eglises catholique et protestantes. Il y a des choix que l’on fait en connaissance de cause mais qui ne sont pas la conséquence des faits : on peut s’indigner du traitement des Palestiniens en Israël, on peut vouloir une solution permettant qu’une terre héberge pacifiquement deux peuples., on peut… mais ce n’est pas l’enseignant qui préconise, il donne les éléments, les moyens de les ordonner et d’en faire quelque chose pour soi, il pose des garde-fous. C’est déjà du travail !

Le militant peut aussi se poser ce genre de questions (ces deux mots voisins en gras, n’est-ce pas incongru ?). Quitte à se dire que beaucoup de temps a été perdu en proclamations auto-satisfaites : ah, ces lieux parsemés des affichettes proclamant fièrement« pas de quartier pour les fascistes, pas de fascistes dans nos quartiers » sans empêcher la montée des voix de l’extrême-droite ni la persistance des noyaux durs de la haine…
Quitte à se dire que l’importance donnée au conflit israélo-palestinien est étrangement démesurée – peu de lignes dans la presse militante sur les massacres religieux ou ethniques au Yémen, en Birmanie, en Afrique de l’Ouest, au Soudan, voire en Syrie… Dans ce domaine, il y a des routines et des complaisances à interroger. Il est vrai que nous sommes souvent des spectateurs impuissants, mais est-ce la seule explication ?

L’antisémitisme, on le voit plus clairement encore en Allemagne, s’abreuve à la double source des héritiers du nazisme et de l’islamisme. Il a du succès, et l’audience d’un Soral ou d’autres me semble plus inquiétante encore que les graffitis et les insultes. Nous ne pouvons pas nous permettre de tourner la tête parce que nos représentations et nos habitudes sont mises en cause. Nous ne pouvons bien sûr pas non plus nous satisfaire des indignations fabriquées et sans effet (voire contre-productives) de nos responsables (à l’Education nationale comme à la tête des partis et du pays). Il nous faut faire nautre chemin, même si ce n’est pas facile avec toute cette boue.

Quel autre service à rendre à nos collègues, à nos élèves ?

Jean-Pierre Fournier, membre du comité de rédaction de N’Autre école

2 Messages

  • Antisémitisme : que faire ? 19 février 2019 21:14, par Arthur

    Salut,

    Enseigner le temps long de l’antisémitisme bien entendu, mais aussi enseigner le temps long de la diversité religieuse en France (ce qui fait se confronter immédiatement à l’antijudaisme présidant aux multiples expulsions des Juifs et Juives en France).
    L’année dernière, en CM1, j’avais construit une séquence thématique en histoire "Diversité religieuse dans le royaume de France" qui permettait d’introduire l’idée d’une religion majoritaire, celle du roi, et de ses interactions avec d’autres religions : le judaïsme et le protestantisme (l’Islam a la marge, cela permet d’évoquer qu’il y a très peu de musulman.e.s dans le royaume de France, mais qu’il y a circulations de textes et d’idées).
    Même si in fine, l’histoire scolaire du judaïsme est surtout une histoire de ses persécutions, il me semble important d’évoquer un rôle des populations juives qui ne soient pas toujours celui de martyr.

    De même, je suis d’accord sur l’importance de pouvoir parler de religions à l’école, si on veut pouvoir faire une véritable pédagogie à la tolérance, ou "pédagogie de la laïcité" comme certaines disent.
    Là dessus, il y a l’asso Enquêtes, qui fait un sacré travail => http://www.enquete.asso.fr/

    A.

    repondre message

  • Nous sommes juifs et nous sommes antisionistes 20 février 2019 15:49, par François Spinner

    Le point de vue de l’UJFP me semble faire une bonne mise au point bien que je n’utilise plus le mot "antisionisme" trop lourd et trop instrumentalisé (je préfère colonialisme, occupation voire apartheid) :
    http://www.ujfp.org/spip.php?article6938

    Nous sommes juifs, héritiers d’une longue période où la grande majorité des Juifs ont estimé que leur émancipation comme minorité opprimée, passait par l’émancipation de toute l’humanité.

    Nous sommes antisionistes parce que nous refusons la séparation des Juifs du reste de l’humanité.

    Nous sommes antisionistes parce la Nakba, le nettoyage ethnique prémédité de la majorité des Palestiniens en 1948-49 est un crime qu’il faut réparer.

    Nous sommes antisionistes parce que nous sommes anticolonialistes.

    Nous sommes antisionistes par ce que nous sommes antiracistes et parce que nous refusons l’apartheid qui vient d’être officialisé en Israël.

    Nous sommes antisionistes parce que nous défendons partout le « vivre ensemble dans l’égalité des droits ».

    Au moment où ceux qui défendent inconditionnellement la politique israélienne malgré l’occupation, la colonisation, le blocus de Gaza, les enfants arrêtés, les emprisonnements massifs, la torture officialisée dans la loi …
    préparent une loi liberticide assimilant l’antisémitisme qui est notre histoire intime à l’antisionisme,

    Nous ne nous tairons pas.

    La Coordination nationale de l’UJFP, le 18 février 2019

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586