mercredi, 20 mars 2019|

40 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert

Version imprimable de cet article Version imprimable   4 commentaire(s)

Un peu partout en France, dans les nombreuses manifestations lycéennes, des jeunes se sont mis à genoux, mains derrière la tête, en solidarité avec les 152 interpellé·e·s de Mantes-la-Jolie.

« Voilà une classe qui se tient sage. On va faire voir ça à leurs profs », peut-on entendre dans la fameuse vidéo tournée par un policier et qui est devenue le symbole de la répression de la jeunesse en lutte.




Pourtant, les images tournées ne montrent pas tout, à commencer par le fait que les jeunes sont restés au moins deux heures dans cette position avant d’être transportés dans des commissariats à plusieurs dizaines de kilomètres, au mépris parfois des procédures légales.

Elles ne disent pas non plus que ces lycéens et lycéennes portent des revendications légitimes, à commencer par le droit à la même éducation, partout et pour tous et toutes, mais aussi le droit de s’exprimer, de contester… Ce n’est pas juste « un jeu », « une folie » ou « une rage », comme le pouvoir voudrait nous en persuader…
Face à une telle situation, on ne saurait s’en tenir à une simple condamnation. Il convient d’agir, de se mobiliser et d’être aux côtés de celles et ceux qui luttent et qui sont réprimé·e·s.

Ni la fermeture des établissements scolaires ni la répression ne sauraient répondre aux enjeux du moment.

Ni, non plus, la poursuite des blocages improvisés auxquels nous avons pu assister et qui engendrent une violence qui pourrait conduire à un drame.

Les lycées doivent au contraire être ouverts afin que se tiennent des assemblées générales pour que les lycéen·ne·s puissent s’organiser et rendre plus audibles et lisibles les revendications et ne pas se laisser déposséder – par le pouvoir, par la violence pour la violence ou par des médias avides d’images sensationnelles – d’un combat qui est le leur et qui est aussi le nôtre.

Jacqueline Triguel et Grégory Chambat, collectif Questions de classe(s) et enseignant·e·s à Mantes-la-Ville.

Un comité de défense est en train d’être créé, nous vous tiendrons au courant via le site Q2C.

4 Messages

  • Je soutiens le mouvement lycéen et condamne la violence quelle qu’elle soit.
    Merci pour votre comité.
    Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur. Prévert a toujours raison.

    repondre message

  • Lorsque j’étais enseignant, si j’avais eu la folie d’un tel comportement à l’égard de mes élèves, les parents auraient eu raison de me traiter comme une bête nuisible, et les élèves de cesser de me considérer comme leur instituteur. Il faut que le fascisme ait pénétré profondément le corps social, et jusque dans les paroles de ceux qui commandent ses fonctionnaires, et les couvrent, pour que de tels comportements ne déclenchent pas une émeute. Au secours !
    Les lycéens qui partout se sont agenouillés volontairement ont apporté la seule réponse digne, manifestant leur solidarité et le mépris le plus profond de cette caste de robots qui se croient tout permis.
    Toni retraité de l’Éducation nationale

    repondre message

  • Totalement solidaire de la position de Jacqueline et Grégory.
    La fascisation de ce pouvoir est à l’oeuvre : le libéralisme armé jusqu’aux dents ! Répression policière, armes de guerre, violences, violation des libertés fondamentales, humiliations, pratiques dignes de la rafle du Vel d’hiv... tout ça soutenu par les médias aux ordres dans le plus pur style ORTF. On se croirait revenu au temps de Marcellin, aux tirs à bout portant, aux voltigeurs, aux brigades mobiles. Le gaullisme dans toute sa hargne de la jeunesse ! C’est que Macron s’arc-boute sur cette constitution qui est bien le vecteur d’une dictature en filigrane via tous les pouvoirs du prince-président. C’est en ce sens qu’il est gaulliste.
    Les images tournées par le policier nous donnant des conseils de gestion de classe rappellent fortement la photographie du petit gamin juif, mains derrière la tête, dans le ghetto de Varsovie : les méthodes sont les mêmes.

    repondre message

  • En tant qu’enseignante, mère et militante je soutiens les lycéens qui s’opposent à ce gouvernement.
    Faisons-nous entendre et voir. Disons non à la violence policière

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1512