lundi, 1er juin 2020|

11 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

A la rentrée, et si on changeait nos pratiques ?

Version imprimable de cet article Version imprimable

Une contribution postée sur le site Pedasolidaires.org :

Des collègues – et pas qu’un peu – ont fait le choix ici et ailleurs, parfois forcé·es par le bac ou par des raisons qui sont les leurs, d’avancer vaille que vaille dans le programme même si tou·tes les élèves ne peuvent pas suivre, ne peuvent pas travailler correctement, ne sont pas connecté·es. Bon, on peut le déplorer mais c’est un fait et il n’y aura sans doute pas de retour en arrière.
Nous mêmes, nous proposons du travail, des activités de révisions, de découvertes culturelles ou de consolidation qui ne sont pas accessibles à tout le monde.

Une fois ce constat fait, que pouvons-nous proposer comme modalités pédagogiques, à la reprise, pour que les écarts qui se creusent de jour en jour s’atténuent ?
Il nous est possible de nous tourner vers la pédagogie coopérative, forcément, avec toutes les formes de tutoral et d’enseignement mutuel qui l’accompagnent. On peut imaginer une reprise d’une semaine ou deux sous cette forme et y préparer les élèves sur la fin du confinement car ils et elles seront expert·es sur des notions travaillées pendant le confinement et pourront les expliquer à leurs camarades.
Quelles modalités ?
– enseignement mutuel : plusieurs pôles dans la classe, un point de leçon donné de manière plus ou moins magistrale, mise en groupe pour bosser des mises en pratiques, des exercices ou travailler sur une tâche complexe, avec des élèves expert·es en soutien.
– tutorat : un·e élève expert·e accompagne un·e élève en difficulté, ou décrocheur·euse dans l’acquisition des savoirs et des compétences (il y a des modalités plus précises, faut que je recherche dans mes archives)
– faire faire des exposés, des fiches, des QCM ou encore des capsules audio ou vidéos sur les notions travaillées, afin de les diffuser aux autres élèves.- mettre en place un « marché aux connaissances » (voir une explication ici https://www.icem-pedagogie-freinet.org/notre-marche-des-connaissances) et ce qui est génial ici, c’est que même les élèves qui n’ont pas pu bosser pendant le confinement peuvent s’inscrire pour dispenser des connaissances.
– il y a d’autres pistes : à nous de les mutualiser, voire de les inventer !

Un autre avantage là-dedans serait de recréer le collectif classe qui est bien mis à mal par ce confinement et de sensibiliser les élèves à la solidarité dans les apprentissages parce que là, dans le genre chacun·e pour soi, on est bien avec la continuité pédagogique.
Jacqueline

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586