mercredi, 29 mars 2017|

25 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque

   Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   2 commentaire(s)

[rouge] « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s’habitueront » [/rouge] [rouge](René Char)[/rouge]

Quelles sont les conditions, quelles sont les situations qui expriment l’homme, la personne ? Comment allons nous apprendre à devenir nous mêmes dans un environnement qui nous pousse à la prudence , à la suppression de tout risque et à la conformité et l’appauvrissement des modèles de réussite ?

Ceux qui ne parviennent plus à trouver de place dans un système économique, social, culturel et politique, semblent osciller entre deux manières de retarder une prise de conscience inévitable.

Ou bien ils semblent retarder encore et toujours le moment de la prise de conscience de leur extériorité et de leur exclusion ; ils voyagent, retardent leurs projets , remettent à plus tard de se confronter à un problème dont ils ne voient pas le début d’une première solution. Plutôt que de se sentir exclus, ils préfèrent se sentir jeunes, pas encore concernés … et, ce, de plus en plus tard . Tout pseudo statut de jeunesse est le prix de consolation de ceux que l’on a rejetés. Il serait encore trop tôt… Dans un an peut être, on se mettra à rechercher quelque chose, …dont on sait qu’on ne le trouvera pas.

Ou bien , d’autres , plus âgés, font eux, semblant que rien n’aurait changé depuis leurs rêve sde jeunesse, leurs premiers plans ; à l’inverse des premiers, ils anticipent leur fin ; ils attendent et comptent les jours qui les séparent dune retraite improbable. Ou bien encore, ils excusent leur inachèvement en se projetant sur la génération d’après. Ils se précipitent dans le renouvellement des générations. Ils ne souhaitent que conclure au plus vite, un chapitre dont ils n’ont pas trouvé la fin.

Entre ceux qui ne veulent (peuvent) plus y rentrer et ceux qui veulent en sortir au plus vite, nous,voici pris dans un système social, économique et éducatif que plus personne n’habite et dans lequel plus personne ne croit.

Mais le statut d’extériorité a touché ses limites ; il ne peut y avoir plus longtemps et pour longtemps encore absence de vie, absence d’implication, absence d’habitation. On ne peut toujours être en vacances de soi ; on ne peut pas toujours vivre entre parenthèses. On ne peut pas toujours retarder le projet de soi même.

Alors on doit inventer de nouveaux verbes pour contourner les empêchements de tous les jours. Ceux qui n’ont plus de lieu pour habiter vont devenir des sur-habitants. Ils vont occuper tous les espaces libres, s’accrocher à la moindre friche. On les traitera de nomades tandis qu’ils reviendront toujours dans les mêmes endroits d’où on croyait les avoir exclus.

Et il en est de même de ceux qui ont été rejetés de la réussite scolaire, de ses parcours et de ses cursus sibyllins ; ailleurs, ils vont devenir des « sur-apprenants » ; ils vont apprendre une , deux , trois langues différentes ; ils vont apprendre à vivre et à survivre en milieu hostile. Ils s’astreindront à lire et à écrire tous les jours le peu qu’ils déchiffrent ; avec les mots qui leur manquent ils vont écrire notre histoire de demain.

Et il en est encore de même de tous ceux quo’n a exclus des institutions, qu’on a tenus éloignés de tout lieu de pouvoir, d’installation, d’autorité et de légitimité. Ils ont été soigneusement écartés des institutions, auxquelles ne s’accrochent plus que ceux qui veulent en faire leur radeau, leur planque, leur retraite . Et bien ce n’est pas grave ; ils vont sur-instituer tous les moments qui comptent. Moments de rencontres, de partage, d’amitié ; moments arrachés au vide et à la normalité. Moments de surprise, moments de création, moments de vie parfois trop débordante…

Et voici que ce qui était extérieur , périphérique et exclu devient justement le centre, là où tout se passe , là où on s’invente ; Il y a une pédagogie pour cela ; c’est celle du moment de la rencontre et du risque. Elle est le contraire de ce qu’on nous a vendu ; elle est le nécessaire car elle est ce qui manque.

Extrait de la lettre d’Albert Camus à René Char :

[fuchia]« Je parle d’abord pour moi qui ne me suis jamais résigné à voir la vie perdre de son sens, et de son sang. A vrai dire, c’est le seul visage que j’aie jamais connu à la souffrance. On parle de la douleur de vivre. Mais ce n’est pas vrai, c’est la douleur de ne pas vivre qu’il faut dire. Et comment vivre dans ce monde d’ombres ? »[/fuchia]

Lire la suite

Association Intermèdes-Robinson

2 Messages

  • Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque 15 mars 2015 13:52, par Denis Tanghe

    Très intéressant, à analyser et à essayer de décrypter…pour pouvoir effectivement en envisager une application pédagogique ( c’est, je crois ne pas me tromper, la finalité du site alternatif ‘Questions de classe’ : aider à changer et améliorer les pratiques de classe en observant, questionnant et réagissant aux évolutions de la société ) ; parce que ce qui y est écrit est très dense et ce qu’on doit en faire est possiblement énorme…

    Entre Char et Camus, les références sont énormes et si riches de sens ; ce post ( article ? essai ? réflexion ? comment nommer .. ?) est selon moi passionnant.

    Je serais juste nuancé sur les trois paragraphes que l’on peut mettre, je crois, en lien avec les actions de l’Association Intermèdes Robinson ( de ‘Alors on doit inventer de nouveaux verbes‘ à ‘moments de vie parfois trop débordante…’ ) qui déplace, par la preuve, l’argumentation à l’extérieur de l’école, en illustrant – et c’est tout à l’honneur de l’Association’- par des exemples d’actions concrètes menées en dehors de l’école et auprès d’exclus du système.Génial que l’association existe ; plus génial encore si l’école pouvait donc s’en inspirer !

    Retenir, focaliser et surtout concentrer par conséquent l’énergie novatrice de cet article vers la classe, comme le signifie le dernier paragraphe – cf celui qui précède l’extrait de la lettre de Camus à Char- : c’est la "pédagogie du moment et du risque" qui doit/devrait prévaloir…en classe !

    Je veux croire, pour le vivre et l’expérimenter dès que possible en classe, que cette pédagogie du moment et du risque est aussi – et d’ores et déjà- applicable dans nos classes et peut ‘impacter’ très fort les apprenants que nous tâchons d’éduquer de façon citoyenne et responsable…

    Merci en tout cas pour l’article et les liens, c’est bon pour le moral et ça donne de la matière à réflexion et à expérimentation…je me permettrais même peut-être d’étudier en classe ce billet pour en voir la réception et la compréhension, discuter, réagir interagir dessus, dans le cadre donc d’une "pédagogie du moment et du risque" … ! ( cette formule/formulation me plaît bien & fait décidément fort écho en moi …)

    Denis Tanghe
    PS : n’arrêtons pas le Char ! pédagogie inter-réactive, le risque et le moment pour que le Char m’agisse !

    repondre message

    • Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque 15 mars 2015 14:26, par Chloé Martin

      Je trouve qu’il y a une convergence très intéressante entre L.Ott (pédagogie sociale) et B.Collot (école du 3ème type), tous deux étayant leurs propos sur leur expérience, hors l’école pour Ott, dans l’école pour Collot.

      On les retrouve sur Q2C (avec d’autres convergences).

      C’est cette convergence qui me semble féconde.

      repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1008