samedi, 16 décembre 2017|

15 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Matins bruns...

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   5 commentaire(s)

« Si un jeune sort de l’école obligatoire persuadé que les filles, les noirs ou les musulmans sont des catégories inférieures, peu importe qu’il sache la grammaire, l’algèbre ou une langue étrangère. L’école aura raté son coup dramatiquement, parce qu’aucun des enseignants qui auraient pu intervenir à divers stades du cursus n’aura considéré que c’était prioritaire. »

(Philippe Perrenoud, Dix nouvelles compétences pour enseigner)

Au lendemain du 1er tour des élections régionales, c’est la vague "brune Marine" qui nous submerge.
On se souviendra que la 1ère mesure des municipalités FN élues l’an passé concernait l’école et la suppression des menus sans porc dans les cantines annoncé par la présidente du FN en personne.

L’école et l’extrême-droite, c’est une longue histoire que nous avons retracée dans le nouveau numéro de la revue papier de Q2C N’Autre école n° 2, ce texte est à présent en ligne sur le site (Petite histoire de l’extrême droite contre l’école : une éducation à reculons).

Le programme éducatif du FN, concocté par son officine le "Collectif Racine" est une synthèse du discours réac-publicain, deux billets -« L’école du FN : régression, ségrégation, tradition » (Grégory Chambat) et « Le programme du FN sur l’école : Plus indigent que sinistre ou plus sinistre qu’indigent ? » (Jean-Michel Zakhartchouk) - y reviennent et décryptent les enjeux que représente l’école pour la droite extrême.

Face au FN, nous avons besoin d’en finir avec « les passions tristes » (Jean-Pierre Fournier) et de renouer avec « une éducation au politique par l’école » (Laurence de Cock).

Nous relayons aussi le communiqué de Visa (Vigilance et initiatives syndicales anti-fascistes) publié au lendemain des résultats :« Face au FN, informer et résister, syndiquer et militer ! » ainsi qu’une petite revue de presse le FN et l’école, là où ils sont déjà au pouvoir.

Surtout, nous attendons vos réactions, commentaires et réflexions pour continuer à faire de notre site un espace d’échanges et de résistance.

5 Messages

  • Matins bruns... 9 décembre 2015 12:59, par Phychi

    Avec près de 50% d’abstention il conviendrait peut-être plutôt de se poser la question "Pourquoi les français ne votent plus ? Et ceux qui votent, pourquoi le font-il pour un parti réactionnaire" !

    Je n’ai pas toutes les réponses. En revanche, pour l’entendre beaucoup autour de moi, je sais pourquoi une grande majorité d’enseignants ET leur familles (soit plus de 1 millions d’électeurs), ne votent PLUS PS ! Et la réponse est toute simple : réforme du collège 2016 !

    Cette réforme inique, décidée par des politiciens parisiens totalement déconnectés de notre société, uniquement pour satisfaire le MEDEF et l’OCDE est vomie par les enseignants ! Le PS le paye aujourd’hui très cher par un vote blanc (nombreux bulletins "non à la réforme du collège") et une abstention qui renforce ceux qui sont allé voter.

    Tant que le gouvernement traitera les enseignants avec le mépris affiché par notre ministre : "les élèves s’ennuient à l’école", "les enseignants ne font pas ce métier pour l’argent" alors pas la peine de les augmenter depuis 5 ans ! ... Ils n’auront plus le soutien de leur électorat traditionnel !

    repondre message

    • Matins bruns... 10 décembre 2015 10:22, par Dominqiue Pernoux

      Phychi a écrit : "Le PS le paye aujourd’hui très cher par un vote blanc (nombreux bulletins "non à la réforme du collège") et une abstention qui renforce ceux qui sont allé voter."

      Faire passer des intérêts corporatistes avant l’intérêt général ne correspond pas, mais alors vraiment pas, à l’idée que je me fais de la démocratie surtout à un moment où l’extrême-droite frappe aux portes du pouvoir. Ce comportement relève d’un aveuglement suicidaire.

      J’ajouterai que, par ailleurs, comme un nombre non négligeable d’enseignants, je suis favorable à cette réforme du collège qui a bien besoin d’être réformé pour devenir un collège pour TOUS les élèves.

      repondre message

      • Matins bruns... 10 décembre 2015 10:58, par phychi

        C’est vrai que les "pro" collège 2016, qui ne représentent, au mieux, que 20% des enseignants, ont des leçons de démocratie à donner à leurs collègues à qui ils ont imposé cette réforme (par un intense lobbying du SGEN CFDT (note : la cfdt a d’ailleurs été récemment épinglée pour ne pas être représentative des travailleurs puisque défendant uniquement les patrons !!) et des "pédagogos" genre Merieux qui ne doivent plus avoir fait cours à des élèves depuis de nombreuses années) !!

        Ce n’est pas une lutte "corporatiste", mais éminemment politique que de vouloir le meilleur pour nos élèves et pas de la "garderie-épi" et des aides "personnalisées" à 30 élèves par classe ! La suppression de nombreuses options pour satisfaire un besoin comptable est également un choix politique que le PS à copié sur l’UMP-LR ! A un moment il faut assumer que ses choix, fait au profit des banques, d’une Europe purement financière et au détriment des élèves et des citoyens, se paye dans les urnes !!

        J’ajoute qu’une vraie négociation avec les enseignants et TOUS les syndicats (représentatifs !) de la part du ministère de l’éducation nationale, aurait sans doute permis de faire une réforme équilibrée, juste et soutenue par l’ensemble des acteurs (parents, élèves, enseignants) !

        ...Mais le dialogue ne semble pas dans la culture du PS !

        repondre message

        • Matins bruns... 10 décembre 2015 12:22, par Etiennette Vellas

          Qu’est-ce que cette attaque contre le pédagogue, alors que la pédagogie est cette précieuse recherche de cohérence de l’éducateur entre ses valeurs, ses théories de référence et ses pratiques ? Cette honnêteté de l’éducateur à révéler ce qui le fait agir, en disant aussi les difficultés de son action ?
          Il me semble très intéressant de partager nos pédagogies pour rechercher ensemble, dans nos valeurs, nos théories (scientifiques et pédagogiques) ce qui peut enrichir au mieux nos pratiques.

          Je me demande si l’attaque de la pédagogie ne vient pas de la confusion faite entre une pédagogie et une théorie scientifique... A creuser !

          Quant à écrire le nom de Philippe Meirieu avec deux erreurs dans le seul nom, cette question : comment croire que l’auteur de cette réaction a-t-il pu le lire sérieusement ?

          repondre message

  • Matins bruns... 10 décembre 2015 11:14, par François Spinner

    "pédagogos" genre Merieux

    Meirieu est très certainement critiquable mais pas du tout pédagogo... Il porte à mon sens un regard progressiste sur l’éducation avec les limites de son courant politique.
    F Spinner

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1152