mercredi, 23 août 2017|

20 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Reprenons Sivens au pouvoir et à l’extrême droite

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

L’édito de l’Émancipation syndicale et pédagogique n°8, avril 2015

On ne peut que s’insurger contre l’expulsion de la Zone à Défendre(ZAD) du Testet qui – une semaine avant le premier tour des cantonales – a conforté les lobbies à l’oeuvre à Sivens. À peine trois mois et demi après l’assassinat de Rémi Fraisse et sans même attendre que toute la vérité soit faite sur les conditions et les responsables de sa mort (voir Médiapart : Sivens, Rémi Fraisse : la justice sur les freins), ces lobbies se lâchent selon un scénario bien rodé. Sous couvert de répondre aux besoins de moins d’une dizaine d’agriculteurs le conseil général PS du Tarn s’est empressé de confirmer le passage en force sur son projet de barrage démesuré (mais à la mesure des appétits de Vinci). Des “groupes d’intervention” de la FNSEA ont agressé les ZADistes qui osent défendre la zone naturelle et une agriculture durable. Et des nervis d’extrême droite sont venus renforcer ces milices “productivistes” et fascisantes. Sur cet aspect, les sites “Reporterre” et “Tant qu’il y aura des Bouilles” (notamment l’article “Qui veut la peau des ZAD ?”) fournissent des exemples édifiants.

Les forces dites de l’ordre ont laissé faire et accompagné les exactions de ces milices. Et ça leur a permis de procéder à l’expulsion des ZADistes. Avec l’aval appuyé des Valls et Cazeneuve, qui ont ainsi rappelé la piteuse attitude qui fut la leur suite au meurtre de Rémi Fraisse. Et S. Royal s’est bien sûr abstenue de contrarier ce passage en force électoraliste.

Il est significatif que ce soit le 6 mars, jour où Valls déplorait devant la montée de l’extrême droite“le silence de la société et des intellectuels” (cf. Le Monde du 7 mars), qu’a eu lieu l’expulsion de Sivens, à l’initiative de son gouvernement et avec la complicité active de nervis de cette extrême droite. Le Pouvoir espérait certainement en procédant ainsi faire montre de sa fermeté et récupérer des votes dans les campagnes. On a pu voir combien c’était vain. On constate que le PS a continué ainsi à faire fuir les électeurs-trices qui n’auraient pas encore été découragéEs par sa politique au service du libéralisme, l’austérité, le pacte de responsabilité, la loi Macron. Quant au vote des campagnes… C’est là que la progression du FN est la plus nette et particulièrement dans le Tarn, où il arrive en tête.

Ce n’est pas avec de tels “coups” ni avec les coups de gueule de Valls,que l’on peut espérer combattre l’extrême droite, ses idées et leur contagion aux autres partis (et pas seulement l’UMP). La bérézina électorale du PS est la conséquence des trahisons des promesses de campagne de Hollande et des reniements de tout ce qui pouvait encore ressembler à des valeurs progressistes. Mais c’est aussi l’incapacité à entendre les exigences des millions de manifestants de janvier comme autre chose que union nationale en caution aux politiques sécuritaires et répressives vis-à-vis des travailleurEs immigréEs, de la jeunesse et des mouvements sociaux… C’est d’ailleurs époustouflant de voir que le Pouvoir utilise les lois liberticides antiterroristes pour tenter de criminaliser l’action de celles et ceux qui défendent à Sivens, à Notre-Dame-des-Landes, à Roybon ou ailleurs, l’environnement et un avenir plus soutenable et qui après Rémi Fraisse continuent à être soumis à la violence d’État et des milices fascisantes.

Nous devons défendre partout, et notamment lors du printemps deSivens les 25 et 26 avril :
- l’arrêt de la répression et des poursuites contre les ZADistes et la condamnation rapide de tous les responsables de la mort de Rémi Fraisse ;
- l’abandon définitif du projet de barrage et la concertation la plus large sur les mesures à prendre pour remettre le site en état ;
- l’abandon de tous les projets inutiles et la mise en œuvre de réelles consultations démocratiques pour tout nouveau projet ;
- l’arrêt de la répression de celles et ceux qui combattent la politique gouvernementale, des mouvements sociaux et le désarmement de la police.

Olivier Vinay

L’Émancipation syndicale et pédagogique - 7/04/2015

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1086