lundi, 29 mai 2017|

21 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

« Droit à » et « droit de »

   Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

"M’enfin, j’ai bien le droit !"

En 1948, la Déclaration universelle des Droits de l’Homme proclamait (article 23) : « Toute personne a droit au travail ».

En 2000, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, proclamée en 2007 en même temps que le traité de Lisbonne, stipule (article 15) : « Toute personne a le droit de travailler ».

Entretemps, la pensée libérale a étendu son emprise.

Il y a en effet entre ces deux formulations une différence fondamentale : « droit au travail » signifie que celui qui n’a pas de travail est fondé à en réclamer car son droit n’est pas respecté. « Le droit de travailler » signifie au contraire que celui qui n’a pas de travail en est seul responsable puisque travailler ne lui est pas interdit. D’ailleurs l’alinéa suivant précise que « tout citoyen de l’Union a la liberté de chercher un emploi ».

Le droit à indique qu’il s’agit d’un droit garanti par la loi. Le droit de indique seulement que ce n’est pas interdit.

Le droit à implique l’engagement de la société à pourvoir ce droit ; il se défend par des luttes collectives pour le faire respecter. Il est égalitaire : j’ai le même droit que les autres à un emploi, à un revenu décent, à un toit, à l’éducation, à la protection sociale, etc.

Le droit de signifie que chacun est autorisé à faire ce qui n’est pas interdit, et se défend par des recours individuels aux tribunaux. Il renvoie à un principe de liberté individuelle, que les libéraux de tout poil ne manquent pas de mettre en avant.

La société libérale se manifeste ainsi dans le domaine du droit de deux manières. L’individualisme accru entraine une judiciarisation des questions sociales, au détriment des luttes collectives. D’autre part, le développement de politiques de contractualisation dans tous les domaines substitue peu à peu les garanties individuelles aux garanties collectives, et in fine le « droit de » libéral au « droit à » égalitaire.

Réclamer le droit de, c’est se situer dans une démarche individualiste ; revendiquer le droit à, c’est défendre une conquête sociale.

Alain Chevarin

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1062