mardi, 28 janvier 2020|

25 visiteurs en ce moment

 

Moi, Albert Jacquard, ministre de l’Éducation, je décrète :

Préambule : L’Éducation nationale ne doit pas préparer les jeunes dont l’économie ou la société ont besoin. La finalité de l’éducation est de provoquer une métamorphose chez un être pour qu’il sorte de lui-même, surmonte sa peur de l’étranger, et rencontre le monde où il vit à travers le savoir. Moi, ministre de l’Éducation nationale, je n’ai qu’une (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

4 Messages

  • génial, dommage que des personnes comme ça ne soient pas plus nombreuses ..... en plus pour les formateurs comme les élèves, ce n’est que du bonheur ! ! !

    repondre message

  • Quel génie cette homme....si seulement tout ceci se produisait !!!!Nous te regretterons !!!!! repose en paix....

    repondre message

  • Autant j’applaudis au préambule, autant je trouve démagogique de dire :

    « La sélection, corollaire nécessaire de la concurrence, et qui régissait l’entrée dans ces établissements, ne produisait que des personnalités conformistes, incapables de créativité et d’imagination. »
    Ben c’est pas vrai. Je connais au moins deux X- corps des mines (et c’est un peu un summum de normalisation) qui font des livres très critiques de notre société.

    Par contre, j’applaudis à découpler l’école de la société. L’Ecole n edoit pas préparer les enfants au monde tel que _nous_ estimons qu’il sera (ou qu’il devrait être).

    Mais tout ce qu’il dit revient au discours des pédagogistes qui veulent révéler la "connaissance immanente" chez l’enfant et patati et patata (parce que les tables de multiplications sont innées peut-être ?). Le pire est que ca peut marcher pour des enfants dont les parents sont CSP++. Mais je connais plein d’enfants de milieux défavorisés (pas qu’eux d’ailleurs) à qui il fait du bien d’apprendre par coeur et d’avoir des échéances. Parce que la vie ne dure pas infiniment ...

    Apprendre sans contrainte de temps. Là aussi c’est bien joli. Mais ca peut marcher pour les enfants dont les parents peuvent les suivre (en gros les enfants de profs !). Pas les autres. N’est-ce pas ce pédagogisme qui explique la reproduction des élites ?

    C’est là où le discours gauchiste des pédagogistes revient à enfoncer les enfants de pauvres et sauver les enfants de riches. Et ils s’affublent des oripeaux de la bien-pensance pour condamner ceux qui sont en désaccord ...

    repondre message

    • Faut-il polémique une fois de plus à partir de termes biaisés et hostiles ("pédagogistes") et sans lien avec le texte de Jacquard, qui ne devient qu’un simple prétexte ?
      Aucun pédagogue n’a dit qu’à un moment ou un autre il ne fallait pas acquérir des automatismes ou se donner des contraintes - à condition qu’on sache pourquoi, que cela ait du sens. Et pour beaucoup d’enfants des classes populaires, les apprentissages n’ont pas de sens.
      Quant au fait qu’il y ait des polytechniciens critiques... c’est justement le cas d’Albert Jacquard. Mais de rares exceptions ne justifient pas un système qui permet aux élites de se reproduire avec un sentiment de totale légitimité - et dans des lieux où les prétendus "pédagogistes" sont complètement absents.
      Relisons Albert Jacquard et, au-delà de ce texte magnifique, ses livres sur l’égalité humaine, ses combats pour les droits sociaux.

      repondre message

A propos de Questions de classe(s)
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586

 
Soutenir par un don