dimanche, 23 février 2020|

19 visiteurs en ce moment

 

Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! (déjà 450 signatures...)

Vous pouvez nous soutenir en signant en bas de l’appel ce texte de soutien... À ce jour, nous avons collecté plus de 450 signatures. Appel à soutenir le lancement du site coopératif d’informations sociales et pédagogiques « Questions de classe(s) » Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

38 Messages

  • Je soutiens cette initiative ! je me reconnais totalement dans votre approche et la volonté de lier questions d’éducation, de pédagogie et questions et luttes sociales. je serais honorée de compter parmi vos signataires :
    Corine Lefort, directrice d’école d’application, militante associative.

    repondre message

  • Enseignant en collège, éditeur associatif

    repondre message

  • Je confirme mon soutien

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! 3 février 2013 14:02, par royer jean-charles

    forte initiative : pour un savoir qui donne du pouvoir. Je suis militant du GFEN en philosophie, et prêt à toutes les coopérations émancipatrices.

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! 3 février 2013 18:54, par le Marchand Arnaud

    maître de conférence en économie

    repondre message

    • Bonjour,
      En tant qu’enseignant dans le primaire, j’ai tenu à transmettre à mes élèves des notions d’économie intégrée au cours d’histoire. Ci-dessous, la présentation de mon blog personnel où tu trouveras des textes concernant cette approche, ainsi que le lien du blog Libérons La Monnaie.

      vidal.mothes chez wanadoo.fr

      De la lutte contre l’échec scolaire à l’abolition des intérêts bancaires ...l’élève ne doit pas masquer l’enfant

      Instituteur jusqu’en 2007, la plus grande partie du temps en cité de banlieue. A Gennevilliers, à Nanterre puis à Colombes (17 ans à l’école Buffon, ZEP du Petit-Colombes), à Nantes, les sept dernières années.
      Progressivement, j’ai réalisé que la lutte contre l’échec scolaire était indissociable de celle contre les intérêts bancaires, première cause de la misère du monde...

      Du féodalisme au capitalisme, une minorité garde un pouvoir de domination sur le reste de la population par l’exercice de la violence. Violence visible à l’époque de l’esclavage et du servage, violence invisible et d’autant plus efficace, dans la construction et le développement du salariat dans les sociétés pré-capitaliste puis capitaliste.

      Du guerrier au banquier, de l’épée aux intérêts sur la monnaie, les paysans et artisans qui croyaient être libérés de la tutelle du seigneur féodal, sont passés sans s’en rendre compte de la servitude pour le seigneur féodal à celle pour le seigneur du capital.
      Par les intérêts, les banquiers depuis presque mille an, exproprient les populations qui se croyaient affranchies. Des intérêts illégitimes sans aucun lien avec le travail des banquiers, des intérêts de la même nature que la taxe sur l’essence. Ce n’est pas l’essence qui coûte cher, c’est la taxe déconnectée des coûts de production.

      Résultat, les petits producteurs indépendants s’endettent et finissent par faire faillite, ces gens deviennent chômeurs. La dette a deux fonctions, placer les populations en état de nécessité pour les réduire au salariat (pour le plus grand profit des grands actionnaires). Au passage, bien évidemment les banquiers s’enrichissent en s’emparant des biens des producteurs.

      Et l’échec scolaire dans tout ça ? Il provient du refus des grands actionnaires de laisser le temps libéré par les machines (dans la production des biens matériels), se déverser dans les services, écoles, hôpitaux etc...

      Milliardaires et millionnaires, ayant, pour assouvir leur addiction au luxe quotidien, un besoin permanent de profits provenant d’armées de salariés, préfèrent abandonner au chômage ceux qui ne sont plus utiles dans l’industrie et l’agriculture plutôt que de les voir utiliser ce temps disponible, pour développer des services publics, premiers facteurs de prospérité d’un pays.

      L’avenir de la jeunesse, dépend de la mise en place, d’un service public bancaire, avec une monnaie sans intérêts, alignée sur des quantités de production, ouvrant ainsi la voie à une société respectant les êtres humains et la nature.

      http://alain-vidal.blogspot.fr/

      Pour comprendre la nature et le rôle de la monnaie, pierre angulaire de tout progrès digne de ce nom, visiter le blog Libérons La Monnaie, association dont je suis l’un des membre-fondateurs :
      http://liberonslamonnaie.blogspot.fr/

      repondre message

  • (prof de français dans un lycée à marseille, CNT 13)

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! 3 février 2013 21:05, par Francis Pallarés Aran

    Je confirme. Ancien enseignant. Bon courage.

    repondre message

  • (Designer interactif, CNT-Solidarité Ouvrière, association Autre Futur, enseignant en design interactif)

    repondre message

  • animatrice de l’association Les Mots de Jossy à Sadirac (33)

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! 4 février 2013 17:50, par fred tchektchekian

    pour une education de classe et de masse qui permette que la libre condition de chacun soit la libre condition de tous

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! 8 février 2013 15:28, par Cécile Lecointre

    Poursuivons les actes de résistance en faveur des enfants malmenés par des circulaires ineptes.Tous ensemble, nous réussirons à faire appliquer et respecter le Droit de tous les mineurs à l’Education, aux savoirs. Leur place est à l’école pas dans les centres de rétention , ni dans les commissariats.

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! 9 février 2013 16:34, par Etiennette Vellas (GREN)

    Je soutiens cette initiative qui va dans le sens mon travail avec le Groupe Romand d’Education Nouvelle (mouvement pédagogique de Suisse) et du Lien International d’Education Nouvelle.

    repondre message

  • Je travaille comme enseignant spécialisé (rééducateur) depuis presque 15 ans maintenant. Il est temps de lancer un énorme cri d’alarme sur les situations des familles qui se dégradent +++ , même en zone semi-rurale (Aude). Un élève en difficulté à l’école maternelle (eh oui, déjà !), c’est très souvent des familles en "décrochage" : pas de boulot, pas d’argent, une chambre pour 4 ou 5, pas d’accès ou peu ...aux soins (lunettes, dents), la honte de venir à l’école....L’Ecole de la République marginalise de plus en plus certaines familles ! la mode est à la mise à l’index : CMPP, équipes éducatives, évaluations +++ de leur enfant et j’en passe....il faut plus de RASED dans les écoles mais aussi des services sociaux efficaces, plus nombreux et avec des moyens décuplés !

    repondre message

  • Ancien PEG lettres puis agent général d’assurances à la retraite,passionné de Lettres et d’Histoire, je soutiens votre initiative avec enthousiasme !

    repondre message

  • Pour mémoire : "Il faut que l’école cesse de porter toutes les lâchetés du reste de la société" Jacques Julliard ( Nouvel Obs au moment du déboulonnage de Claude Allègre)..
    Plan B :

    http://ethnologique.canalblog.com/archives/2013/01/27/26258544.html

    http://jeblogguesolidaire.com/?La-cartographie-du-quotidien-le

    http://jeblogguesolidaire.com/?Reapprendre-l-eau-et-les-savoirs

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! 9 février 2013 18:12, par Houria Chafai-Salhi

    Je suis professeur de Pédopsychiatrie et fondatrice d’une
    Association ;" l’ Arpeij"qui lutte contre l’exclusion scolaire. Ce site
    coopératif est vraiment le bienvenu. Pour info je viens d’écrire un petit
    livre : " Le métier d’éducateur ; arpéger". Bravo et bonne continuation.

    repondre message

  • ... je salue cette initiative " pour décoloniser l’enfant " ...

    repondre message

  • Les questions de classe(s) se posent au niveau mondial et je suis convaincu qu’elles peuvent trouver des enrichissements - à défaut de réponses - par les contacts entre individus libérés de l’enfermement dans le cadre limitatif et oppresseur de la pensée nationale. Se départir de ce conditionnement insidieux est un travail long - et l’Espéranto en cela m’est une aide précieuse - et enrichissant. Au travers de mes pratiques d’enseignement, j’essaie d’ouvrir des terrains de réflexion sur le “nous et les autres“ comme outil de division et d’oppression du genre humain (“nous“ étant un supposé collectif national, tribal etc, et “les autres“ étant l’Étranger inconnu et donc menaçant), et de proposer de nouveaux terrains d’expérimentations autour de la notion “je et nous“ : je suis sur la Terre et j’y ai le même droit à l’existence que mon prochain et je peux construire des expériences relationnelles, collaboratives et égalitaires par une langue neutre, équitable, et simple à apprendre. En un mot, je tente de contribuer - à ma modeste mesure - à l’émancipation du genre humain de sa condition de soumission aux intérêts de ses “gouvernants“ autoproclamés même démocratiquement.

    repondre message

  • J’approuve entièrement cet Appel, qui consiste d’abord à rappeler ce que cela fait, ou devrait faire, de "savoir". J’approuve entièrement un Appel qui veut rappeler pour le savoir ses effets attendus sans pour autant préjuger de son horizon. L’horizon du savoir : jusqu’où le savoir peut aller, à la fois s’étendre et faire de l’effet. Oui, savoir c’est ressentir les effets du savoir, c’est être affecté par le goût, par la valeur du fait de savoir, sa saveur donc. C’est, pour commencer, sentir la différence entre savoir et ne pas savoir et, par conséquent, vouloir faire quelque chose de ce qu’on sait.
    C’est vouloir "changer" - ce qui veut dire, pour le moins, être changé : être changé du fait de savoir, par le seul fait de savoir, ne pas rester le même ... comme si, justement, on ne savait pas. C’est donc vouloir traduire le savoir en acte et le transmettre.
    Traduire et transmettre, l’un et l’autre inséparablement. Car, quand on agit, on montre déjà ce qu’on sait, jusqu’où on sait, c’est-à-dire les limites aussi de ce qu’on sait : l’exposant dans l’action, on le transmet. Et, inversement, dans la transmission, dans la publication, dans la mise en commun, c’est déjà le savoir qui fait faire, qui fait qu’on veut que d’autres sachent, c’est le savoir qui fait qu’on saura avec eux - en un seul mot, qu’on prendra "conscience". Le "savoir" n’est coupé ni de l’action ni de la relation. Savoir engage, savoir promet. Merci à celles et ceux qui lancent cet Appel de le montrer aussi clairement.

    repondre message

  • Professeure de lettres à la retraite, j’adhère à la CNT 31 et soutiens les enseignants qui ne se plient pas aux conformismes mais cherchent à promouvoir des pédagogies innovantes convenant aux élèves de notre temps.

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! (déjà 400 signatures...) 28 février 2013 23:56, par Alain Vidal, ancien professeur des écoles

    De la lutte contre l’échec scolaire à l’abolition des intérêts bancaires ...l’élève ne doit masquer l’enfant

    Instituteur jusqu’en 2007, la plus grande partie du temps en cité de banlieue. A Gennevilliers, à Nanterre puis à Colombes (17 ans à l’école Buffon, ZEP du Petit-Colombes), à Nantes, les sept dernières années.
    Progressivement, j’ai réalisé que la lutte contre l’échec scolaire était indissociable de celle contre les intérêts bancaires, première cause de la misère du monde...
    Du féodalisme au capitalisme, une minorité garde un pouvoir de domination sur le reste de la population par l’exercice de la violence. Violence visible à l’époque de l’esclavage et du servage, violence invisible et d’autant plus efficace, dans la construction et le développement du salariat dans les sociétés pré-capitaliste puis capitaliste.
    Du guerrier au banquier, de l’épée aux intérêts sur la monnaie, les paysans et artisans qui croyaient être libérés de la tutelle du seigneur féodal, sont passés sans s’en rendre compte de la servitude pour le seigneur féodal à celle pour le seigneur du capital.
    Par les intérêts, les banquiers depuis presque mille an, exproprient les populations qui se croyaient affranchies. Des intérêts illégitimes sans aucun lien avec le travail des banquiers, des intérêts de la même nature que la taxe sur l’essence. Ce n’est pas l’essence qui coûte cher, c’est la taxe déconnectée des coûts de production.
    Résultat, les petits producteurs indépendants s’endettent et finissent par faire faillite, ces gens deviennent chômeurs. La dette a deux fonctions, placer les populations en état de nécessité pour les réduire au salariat (pour le plus grand profit des grands actionnaires). Au passage, bien évidemment les banquiers s’enrichissent en s’emparant des biens des producteurs.
    Et l’échec scolaire dans tout ça ? Il provient du refus des grands actionnaires de laisser le temps libéré par les machines (dans la production des biens matériels), se déverser dans les services, écoles, hôpitaux etc...
    Milliardaires et millionnaires, ayant, pour assouvir leur addiction au luxe quotidien, un besoin permanent de profits provenant d’armées de salariés, préfèrent abandonner au chômage ceux qui ne sont plus utiles dans l’industrie et l’agriculture plutôt que de les voir utiliser ce temps disponible, pour développer des services publics, premiers facteurs de prospérité d’un pays.
    L’avenir de la jeunesse, dépend de la mise en place, d’un service public bancaire, avec une monnaie sans intérêts, alignée sur des quantités de production, ouvrant ainsi la voie à une société respectant les êtres humains et la nature.
    http://alain-vidal.blogspot.fr/
    Pour comprendre la nature et le rôle de la monnaie, pierre angulaire de tout progrès digne de ce nom, visiter le blog Libérons La Monnaie, association dont je suis l’un des membre-fondateurs :
    http://liberonslamonnaie.blogspot.fr/

    repondre message

  • Signez l’appel à soutien au lancement de "Questions de classe(s)" ! (déjà 400 signatures...) 28 février 2013 23:59, par Alain Vidal, ancien professeur des écoles

    Une erreur s’est glissée, lire : l’élève ne doit pas masquer l’enfant

    repondre message

  • SUIS SOLIDAIRE DE VOTRE INITIATIVE ALTERNATIVE

    repondre message

  • je soutiens cette initiative nécessaire.
    bon courage à ses promoteurs. !

    repondre message

  • Parmi les initiatives, celle-ci se donnera-t-elle les outils pour "changer de mode de pensée" ?
    Pourvu qu’elle ne se bloque pas dans un clan idéologique et verbaliste, et que les enrayeurs professionnels ne vous récupèrent pas. Ils sont déjà à l’affût ! AR

    repondre message

  • Sur Lyon, je travaille sur un projet de création d’une structure petite enfance, périscolaire et maison sénior en collaboration avec la création d’un collège à pédagogie différente. Je me nourris de lectures, rencontres... que je peux faire grâce à des initiatives comme celles de "Questions de classe(s). Alors merci, et cela intéresse ...... : tamisieralexandra chez gmail.com

    repondre message

  • Que dire de plus ? sinon qu’il est plus que temps d’agir !

    repondre message

  • On distingue un bon blog grâce à son contenu et sa présentation. Indiscutablement le votre s’avère être de ceux-ci.

    repondre message

  • [Salut, j’ai réellement adorer faire le tour de ce website !
    Je vous adresse en conséquence mes remerciements, il s’avère d’ordinaire ardu de dénicher des explications claires.

    J’oubliais : j’ai découvert des erreurs par endroit, peut-être des info sur des web sites comme comparateur-antivirus .net/.
    Murielle.

    repondre message

  • La composition de vos pages fait montre d’exemplarité, je risque de repasser bientôt !
    Ça n’est pas toujours évident de repérer de la documentation de qualité, bravo.

    Zut, j’allais zapper : defender me signal quelques soucis sur certaines zones, éventuellement de la doc au sein de sites web tels www.comparateurantivirus.com/ (antivirus avast gratuit).
    Pauline.

    repondre message

A propos de Questions de classe(s)
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586

 
Soutenir par un don