Chaque semaine : l’actualité sociale et pédagogique - inscrivez-vous ici à la lettre de Q2C

Jean-Paul Brighelli

« M. Brighelli avait trouvé dans la ruine de l’école une mine d’or à exploiter au moyen de livres faciles », c’est en tout cas l’avis de son ex-compagnon d’armes Laurent Lafforgue.
Après avoir rédigé les ouvrages de différents hommes politiques (Jean-Louis Borloo, Patrick Balkany), Jean-Paul Brighelli s’est effectivement spécialisé dans les pamphlets réactionnaires sur l’école (La Fabrique du crétin en 2005, À bonne école en 2006, Une école sous influence ou Tartuffe-Roi à nouveau en 2006 puis Fin de récré en 2008) et des billets (Causeur, Le Point) au vitriol contre la pédagogie, le féminisme, les musulmans, etc.
Plus attaché à sa médiatisation qu’à ses convictions, il a fréquenté le mouvement maoïste, puis le milieu syndical enseignant (Snes) avant d’être élu sur une liste du Snalc, de se rapprocher du Modem, de soutenir Nicolas Sarkozy pour finalement rejoindre Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan en janvier 2015, en tant que « délégué national à l’École de la République ». Dans un entretien au Figaro du 30 septembre 2015, il affirme « adhérer à 80 % au programme du FN sur l’école ». Le 16 mars 2016, il était l’invité de la Ville de Béziers pour une conférence sur son livre Voltaire ou le Jihad.

(Extrait de L’école des réac-publicains, la pédagogie noire du FN et des néo-conservateurs, Libertalia, 2016)

Billets

Inscription
à la newsletter
du site


Mots-clés