mercredi, 23 octobre 2019|

8 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Malala Yousafzaï

Version imprimable de cet article Version imprimable   5 commentaire(s)

La Pakistanaise Malala Yousafzaï, rescapée d’une agression sauvage en 2012 menée par des talibans, et militante pour le droit à l’éducation a reçu le Prix Nobel de la paix 2014 avec l’activiste indien Kailash Satyarthi.

Grièvement blessée par balles en 2012, Malala avait été soignée au Pakistan puis transférée au Royaume-Uni, où elle a poursuivi ses traitements et vit aujourd’hui, à 17 ans, avec sa famille à Birmingham.

Son combat commence en 2007, lorsque les talibans imposent leur loi dans la vallée de Swat, jusque-là paisible région touristique. Du haut de ses 11 ans, Malala, fille d’un militant pacifiste et directeur d’école et d’une mère illettrée, alimente un blog sur le site de la BBC en ourdou, la langue nationale. Sous le pseudonyme de Gul Makai, elle y décrit le climat de peur régnant dans sa vallée et sa privation d’école par les talibans.

Le nom de cette gamine pleine de sang-froid, amoureuse des livres et du savoir, commence à circuler à Swat, puis dans le reste du pays lorsqu’elle remporte le premier prix pakistanais pour la paix. Les talibans, délogés de la vallée par l’armée en 2009 décident alors d’éliminer celle qu’ils accusent de véhiculer "la propagande occidentale".

L’attaque contre l’écolière aura l’effet inverse : elle choque au Pakistan et à l’étranger

Les cercles islamistes voient en elle un "agent des Etats-Unis" ou "de l’Occident", créé pour corrompre la jeunesse et propager une culture anti-islamique.

L’adolescente, dont le coin de la bouche demeure paralysé, répond avec dignité à ses détracteurs, affirmant, comme en été 2013 au siège de l’ONU, que "la plume est plus forte que l’épée".

5 Messages

  • Malala Yousafzaï 11 octobre 2014 16:46, par Jean Agnès

    Cela rappelle où se trouve l’essentiel, et relativise toutes les petitesses à courte vue des idéologues scolaires français.

    JA

    repondre message

  • Malala Yousafzaï 18 octobre 2014 09:44

    Malala got the Nobel peace prize ; here’s why Nabila won’t

    by Staff , Firstpost of India

    Last week, the Nobel Peace Prize committee announced two winners : Pakistan’s Malala Yousafzai and India’s Kailash Satyarthi for their struggle for the rights of children. While for most Indians K Satyarthi’s name was a bit of a mystery, Malala was already a widely known international figure, her personal story documented on magazine covers around the world.

    The celebration of Malala in the West has long inspired conspiracy theorists who view her as a CIA stooge — and that she is now the youngest recipient for the Nobel Peace Prize is likely to prove more fodder for the same. But you don’t have to be paranoid to ask the question raised by Murtaza Hussain in Al-Jazeera : What about Nabila Rehman ?

    ’Nabila who ?’ great many will ask of the other Pakistani girl who has been casting light on a far more uncomfortable truth : drones strikes in the North Waziristan.

    Nabila’s story is no less moving. The 10-year-old girl survived a drone attack in 2012 (she was eight then) and has testified before the US Congress to describe the horror of these attacks. Hussain notes that the strike killed Nabila’s grandmother Momina Bibi, severely injured seven children.

    Nabila, along with her 13-year-old brother who survived the attack and her father Rafiq ur Rehman, a Pakistani primary school teacher, appeared on Capitol Hill last November to testify against the US drone strike and demand justice. But where the US Congress was sufficiently moved by Malala’s heroism to award her a Congressional gold medal, only five out of 430 representatives showed up for Nabila’s testimony, as the Al-Jazeera report points out.

    The Guardian report describes Nabila’s account of the attack, "Everything was dark and I couldn’t see anything. I heard a scream. I think it was my grandmother but I couldn’t see her. All I could think of was running." Her testimony was so moving that even the translator broke down in the midst of the hearing. But none of it could quite compare to the power of Malala’s story which has a far more palatable villain, ie the big, bad Taliban.

    Husain argues this vast discrepancy between the reception of the two Pakistani girls reflects the United States’ priorities, where Malala "was seen as a potential tool of political propaganda to be utilised by war advocates," to justify the war on terror, which can then be portrayed as crusade to liberate Muslims from their oppressors.

    Nabila’s story, on the other hand, turns the spotlight on the actual human costs of the war on terror, and puts a face to what is otherwise dismissed as ’collateral damage’. She puts the focus on the tough questions about civilian deaths in drone strikes (close to 900 people according to an Amnesty International report last year), about torture, illegal imprisonment and more.

    Where Malala allows Americans to play the role of the knight in shining armour, Nabila’s tale casts Americans inevitably in the role of villains. Last year when Malala wasn’t given the Noble peace prize, Max Fisher in the Washington Post argued that "the entire West [was] trying to co-opt Malala, as if to tell ourselves : ’Look, we’re with the good guys, we’re on the right side. The problem is over there.’"

    "While Malala was feted by Western media figures, politicians and civic leaders for her heroism, Nabila has become simply another one of the millions of nameless, faceless people who have had their lives destroyed over the past decade of American wars," writes Hussain.

    There will be no Nobel prizes for Nabila, no fawning acknowledgements of her heroism, no tears of sympathy for the plight of Pakistani girls like her, who leave alone the right to education, are not even accorded the right to life. FirstPost , India, Oct 13, 2014

    repondre message

  • Malala Yousafzaï 18 octobre 2014 10:26, par Valérie Guiffrey

    Je mets la traduction en français du dernier commentaire un article du journal indien FirstPost :
    http://www.firstpost.com/world/the-other-pakistani-girl-malala-got-the-nobel-peace-prize-heres-why-nabila-wont-1754033.html

    Malala a obtenu le prix Nobel de la paix ; voici pourquoi Nabila ne sera pas
    par le personnel, Firstpost de l’Inde
    La semaine dernière, le comité du prix Nobel de la paix a annoncé deux gagnants : Malala Yousafzai du Pakistan et de l’Inde Kailash Satyarthi pour leur lutte pour les droits des enfants. Alors que pour le nom de la plupart des Indiens K Satyarthi était un peu un mystère, Malala était déjà une figure internationale largement connu, son histoire personnelle documenté sur les couvertures de magazines à travers le monde.
    La célébration de Malala en Occident a longtemps inspiré les théoriciens du complot qui la considèrent comme un laquais de la CIA - et qu’elle est maintenant le plus jeune récipiendaire du Prix Nobel de la Paix est probablement plus de fourrage pour le même. Mais vous n’avez pas besoin d’être paranoïaque pour poser la question soulevée par Murtaza Hussain Al-Jazeera : Qu’en est-il Nabila Rehman ?
    "Nabila qui ? Grand nombre va demander à l’autre fille pakistanaise qui a été coulée en lumière une vérité beaucoup plus mal à l’aise : les drones grèves dans le Waziristan du Nord.
    L’histoire de Nabila est pas moins émouvant. Le 10-year-old girl a survécu à une attaque drone en 2012 (elle avait huit ans à l’époque) et a témoigné devant le Congrès américain pour décrire l’horreur de ces attaques. Hussain note que la grève a tué la grand-mère de Nabila Momina Bibi, gravement blessé sept enfants.
    Nabila, avec son 13-year-old frère qui a survécu à l’attaque et son père Rafiq ur Rehman, un enseignant de l’école primaire pakistanaise, est apparu sur la colline du Capitole Novembre dernier à témoigner contre l’attaque de drone américain et demande justice. Mais là où le Congrès américain a été suffisamment déplacé par l’héroïsme de Malala à lui accorder une médaille d’or du Congrès, seulement cinq des 430 représentants ont montré pour le témoignage de Nabila, que le rapport Al-Jazira souligne.
    Le rapport Gardien décrit le compte de Nabila de l’attaque, « Tout était sombre et je ne pouvais pas voir quoi que ce soit. J’ai entendu un cri. Je pense que c’était ma grand-mère, mais je ne pouvais pas la voir. Tout ce que je pouvais penser était en marche. »Son témoignage était si émouvante que même le traducteur est tombé en panne au milieu de l’audience. Mais rien de tout cela pourrait tout à fait comparer à la puissance de l’histoire de Malala, qui a un méchant bien plus agréable au goût, à savoir le grand méchant talibans.
    Husain affirme ce grand écart entre la réception des deux filles pakistanaises reflète les priorités des États-Unis, où Malala « était considéré comme un outil potentiel de la propagande politique pour être utilisé par les défenseurs de la guerre », pour justifier la guerre contre le terrorisme, qui peut alors être dépeint comme croisade pour libérer les musulmans de leurs oppresseurs.
    L’histoire de Nabila, d’autre part, met en lumière les coûts humains réels de la guerre contre le terrorisme, et donne un visage à ce qui est contraire rejeté comme « dommages collatéraux ». Elle met l’accent sur les questions difficiles sur la mort de civils dans les frappes de drones (près de 900 personnes, selon un rapport d’Amnesty International l’an dernier), au sujet de la torture, l’emprisonnement illégal et plus.
    Où Malala permet aux Américains de jouer le rôle du chevalier en armure étincelante, le conte de Nabila jette Américains inévitablement dans le rôle de méchants. L’année dernière, quand Malala n’a pas eu le prix de la paix Noble, Max Fisher dans le Washington Post a fait valoir que « l’ensemble de l’Occident [a été] tente de coopter Malala, comme pour nous dire :« Regardez, nous sommes avec la bonne les gars, nous sommes sur le côté droit. Le problème est là-bas. »
    « Alors que Malala a été fêté par des personnalités des médias occidentaux, les politiciens et les dirigeants municipaux pour son héroïsme, Nabila est devenu tout simplement un autre des millions de sans nom, des personnes anonymes qui ont eu leur vie détruite au cours de la dernière décennie de guerres américaines, » écrit Hussain.
    Il n’y aura pas de prix Nobel de Nabila, pas de remerciements serviles de son héroïsme, pas de larmes de sympathie pour le sort des filles pakistanaises comme elle, qui laissent seul le droit à l’éducation, ne sont même pas accorder le droit à la vie. Firstpost, l’Inde, le 13 octobre 2014

    repondre message

  • Malala Yousafzaï 18 octobre 2014 12:09

    Le "contre-texte" précédent est une illustration, habituelle et triste, de la "concurrence des victimes". Ce qui pourrait être un contrepoint utile est aussi l’argument classique des islamistes et de ceux qui sont complaisants à leur égard (et il n’en manque pas à l’extrême-gauche) : "mais vous aussi" -sous-entendu, ça efface les crimes de mes amis ou des gens que je refuse de condamner.
    Les bavures criminelles et imbéciles dont les armées occidentales ont fait preuve de façon répétée en Afghanistan et dans la région n’excusent pas la barbarie anti-femmes et anti-éducation des islamistes dans ces mêmes lieux. Il aurait été bon de le rappeler.

    Le journal qui a publié cet article annonce ce matin que quatre femmes ont été exécutées par les talibans au Pakistan pour adultère.

    JP Fournier

    repondre message

  • Malala Yousafzaï 18 octobre 2014 17:45, par Questions de classe(s)

    Bonjour

    Si la rumeur d’une "Malala" marionnette de la CIA circule, une autre est aussi diffusée sur le net :

    Ni seulement cette jeune fille n’a rien à voir avec la CIA, mais elle serait même une sympathisant marxiste d’IMT au Pakistan .

    International Marxist Tendency

    In 2012 the IMT published an article denouncing the attempted assassination of Malala Yousafzai, claiming she is an IMT sympathizer and showing a picture of her speaking at an IMT school in Swat, Pakistan.[20] Woods’s statement has been used to interpret Yousafzai’s politics[21][22] and to speculate on whether she has a communist or anti-religious agenda.[23][24] Yousafzai sent greetings to the 9 March 2013 congress of the Pakistani section of the IMT.[25]

    http://en.wikipedia.org/wiki/Intern...

    La traduction

    En 2012, l’IMT a publié un article dénonçant la tentative d’assassinat de Malala Yousafzai, affirmant qu’elle est un sympathisant de l’IMT et montrant une photo d’elle dans une école d’IMT dans la vallée de Swat, au Pakistan. [20]

    ......... Yousafzai a envoyé ses salutations le 9 Mars 2013 au congrès de la section pakistanaise de l’IMT. [25]

    Je ne peux pas savoir quelle est la bonne version, en tout cas, pour beaucoup, il semble que cette jeune fille ne puisse pas défendre ses positions elle-même et pour elle-même...

    Greg

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »