mardi, 19 novembre 2019|

20 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Lutter contre la reproduction des inégalités sociales à l’école.

Version imprimable de cet article Version imprimable   1 commentaire(s)

Les comparaisons internationales PISA mettent en avant que le système scolaire français reproduit plus que d’autres les inégalités liées à l’origine sociale et géographique des élèves. De même, si les filles réussissent mieux que les garçons, les orientations scolaires restent fortement genrées en fonction des filières.

Il me semble que la lutte contre la reproduction des inégalités sociales à l’école et par l’école ne pourra pas avancer tant qu’il n’y aura pas une réelle prise de conscience au sein des équipes éducatives de ces questions. Cela suppose des enseignants formés, un volontarisme contre la reproduction des inégalités et une pédagogie visant l’apprentissage des compétences méthodologiques.

Être enfant issue de l’immigration et des classes populaires dans le système scolaire français.

Devenue aujourd’hui enseignante, je mesure le désajustement entre les exigences du système scolaire et les compétences que la réussite scolaire suppose de mettre en œuvre d’une part et d’autre part l’ethos des familles des classes populaires en particulier immigrés.

Le monde scolaire apparaît ainsi comme remplis de demandes que ne comprennent même pas les parents issus de ces groupes sociaux. Je me souviens ainsi, par exemple lors de ma rentrée en sixième, de la difficulté à faire comprendre à mes parents l’importance qu’accordait le collège au fait que j’amène des enveloppes timbrées. Il me fallut près de trois semaines pour donner ces enveloppes sous la pression du professeur principal et du CPE.

Mais surtout, j’eus le sentiment progressivement de ne pas être suffisamment équipée en habitudes de travail pour réussir. Si les emplois des classes populaires supposent des compétences, ce ne sont pas celles qu’implique le travail scolaire : s’avancer, planifier son travail dans le temps… C’est par la suite, en particulier au lycée, que j’empruntais des ouvrages à la bibliothèque pour améliorer mes compétences scolaires et compenser par moi-même ce que ni mon milieu familial et ni suffisamment l’école ne m’avait apporté.

Formation des enseignants et volontarisme dans la lutte contre la reproduction des inégalités.

L’organisation scolaire, sans volontarisme, tend à reproduire les inégalités. « Naturellement », dans une terminale technologique « communication », il n’y a que des filles et une terminale scientifique, option « sciences de l’ingénieur » est principalement composée de garçons.

Il me semble par conséquent qu’éviter la reproduction des inégalités suppose des enseignants qui soient conscients de la sociologie scolaire des inégalités et qui aient donc été formés à cela.

Cela suppose non seulement des enseignants formés à la sociologie, mais également de la part des équipes éducatives et des personnels de direction la volonté de ne pas reproduire ces inégalités. Cela passe par exemple par la promotion des filières scientifiques et techniques auprès des filles. Cela suppose par exemple une analyse comparée des propositions d’orientations faites aux élèves en fonction de leurs résultats scolaires et de leur origine sociale…

Mon expérience actuelle du système scolaire en tant qu’enseignante me conduit à constater que la prise de conscience des inégalités et de l’importance de les résorber, le niveau de formation nécessaire pour l’effectuer fait malheureusement en grande partie défaut. Il faut bien avouer que pour ma part, je dois consacrer une grande part de mon temps personnel à me former sur ces questions sans avoir reçu de la part de l’institution scolaire l’aide nécessaire.

La lutte contre la reproduction des inégalités à l’école implique également un travail d’encapacitation (empowerment) des élèves issus des milieux les moins dotés scolairement. Cela signifie qu’il est nécessaire que les enseignants reçoivent une formation initiale et continue sérieuse en pédagogie. Il s’agit en effet de pouvoir les aider à doter les élèves des compétences nécessaires pour pouvoir apprendre à l’école.

1 Message

  • j’ai aimé ce texte et je comprends bien la difficulté qui est ici abordée, déconstruire nos représentations alors que nous les reproduisons, sans même nous en rendre compte parfois, est un travail qui, à mon avis ne peut se faire de façon isolée.
    Si nous voulons construire une analyse renouvelée des espaces d’apprentissages, et tenter de les harmoniser entre eux autant que faire se peut, ce pourrait être en entendant à plusieurs la parole des enfants (et des parents) les premiers concernés.
    Faire le pari des capacités de chacun ( familles, enfants) c’est l’accompagner progressivement dans une prise de parole sur ses vécus, ses ressentis, ses représentations, ses attentes... Mais la plupart des enseignants ont-ils appris ces postures d’accompagnements, je dirais "d’accouchement" de soi, de ses vécus, de ses désirs... Cette façon de "se dire", d’exister, de comprendre ses propres potentiels d’apprentissage, ses singularités... Et puis de les investir dans l’action ?
    Ensemble, par petits groupes "d’interconnaissances", en confiance avec des volontaires prêts pour l’aventure je crois que la démarche est possible.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1586