vendredi, 15 décembre 2017|

9 visiteurs en ce moment

 

Montfermeil : la face cachée d’Espérance banlieues (entretien)

Espérance banlieues : entretien avec deux membres du collectif « Pour l’école de la République » de Montfermeil En 2012, la fondation Espérance banlieues (1) ouvrait sa première école (2) (le cours Alexandre-Dumas) dans la ville de Montfermeil avec l’appui du très réactionnaire maire Xavier Lemoine, vice-président du Parti Chrétien-démocrate de Christine (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

2 Messages

  • A propos du « retour des élèves (…) avec un niveau catastrophique », ce n’est sûrement pas un hasard, si, à ma connaissance, le réseau EB ne scolarise au total qu’une seule classe de 3e. S’il est facile d’attirer les médias avec de tous jeunes élèves en uniforme saluant le drapeau, entretenir la flamme sur la durée de toute une scolarité relève de l’illusion, de l’escroquerie plus exactement.

    Autant qu’on puisse le savoir – l’information distribuée par EB sur le sujet est particulièrement indigente – ces établissements ne sont pas évalués ; une auto-évaluation sommaire semble leur suffire.
    Par exemple, les items retenus par l’institution, censés quantifier le progrès des élèves et donc la qualité de l’environnement éducatif, ne brillent ni par leur pertinence ni par leur précision, faisant plutôt fonction d’écran de fumée pour masquer le fait que, finalement, le travail et les acquis des élèves, leurs performances et donc l’efficacité de la structure relèvent plus de l’auto-persuasion que de la rigueur statistique : ainsi, lorsque le cours Charles-Péguy de Sartrouville avance crânement ses taux de « 0% d’absentéisme, 100 % d’élèves réconciliés avec l’institution scolaire, 100 % des enfants sortent en sachant lire, écrire, calculer », on peut de fait s’interroger sur la méthodologie choisie. Même flou artistique avec la rubrique « investissement dans le travail » au collège Alexandre-Dumas : « En 2014-2015, au début du premier trimestre, 19 élèves (17% des effectifs) ne faisaient preuve d’aucun investissement dans leur travail. Au début du 2ème trimestre ils n’étaient plus que 4 (9%). » Avec la rubrique « retard » on n’est pas loin de l’enfumage : « Entre le 1er et le 2ème trimestre le nombre de collégiens régulièrement en retard a été divisé par 3 et celui des élèves de primaire en retard, par 10. »

    Espérance banlieues a certes tout l’air d’une arnaque. Mais lorsque cette arnaque fait l’objet d’un matraquage publicitaire obstiné en direction de l’opinion publique, cela prend des allures de projet politique.

    https://blogs.mediapart.fr/b-girard/blog/070217/esperance-banlieues-mais-ou-sont-passes-les-eleves

    Voir en ligne : Espérance banlieues : mais où sont passés les élèves ?

    repondre message

  • "de tout jeunes élèves..."

    Désolé, j’ai encore oublié les fondamentaux.

    repondre message

A propos de Questions de classe(s)
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1152

 
Soutenir par un don