mercredi, 13 décembre 2017|

33 visiteurs en ce moment

 

Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?

Nous publions en billet de Une ce texte de Françoise Lorcerie, Directrice de recherches au CNRS (IREMAM), Aix-en-Provence, paru précédemment dans l’Antidote n° 20 du site des Cahiers pédagogiques*. L’enseignement de la langue arabe en France a fait l’objet d’une vive polémique au printemps 2016. Il n’y a pourtant rien de nouveau à cet enseignement, (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

3 Messages

  • Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ? 21 mars 10:38, par François Spinner

    Moins de 200 professeurs d’arabe certifiés ou agrégés pour enseigner dans le second degré dans l’EN... Tout est dit !

    Il faut enseigner l’arabe dans le service public
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/02/11/il-faut-enseigner-l-arabe-dans-le-service-public_4364171_3232.html?h=11

    L’enseignement de l’arabe en France
    https://hommesmigrations.revues.org/870

    Résultats des concours d’arabe - Session 2016 [8 admis]
    http://www.langue-arabe.fr/resultats-des-concours-d-arabe-session-2016

    repondre message

    • Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ? 30 mars 07:46, par Fabienne Thomas

      J’aimerais commenter un peu cette phrase :
      Le djihadisme violent a fait des centaines de morts à Madrid bien avant Paris et Nice, les Espagnols ne s’en sont pas pris aux façons de vivre des musulmans. En France, il alimente un sursaut d’assimilationnisme. On demande aux musulmans de disparaître de la vue.
      Les espagnols se sont habitué à l’Islam qui a été la religion de la classe dominante pendant des siècles. Ce qui n’empêche pas certains espagnols (surtout les andalous) de rejeter -parfois violemment- les populations immigrées du Maghreb.
      En France, tout communautarisme visible est vécu comme un échec de la République. Cela tient sans doute à la construction particulière de notre identité nationale. Les particularismes régionaux, religieux et autres ont été effacés de l’espace public. Quand j’étais gosse, les gamins qui arboraient une médaille de saint étaient montrés du doigt et les professeurs les priaient régulièrement de la cacher sous leurs vêtements. Ca n’avait rien à voir avec l’Islam ou le Jihadisme.
      Maintenant le problème de l’apprentissage de l’arabe à l’école ? Je ne suis pas sûre que le problème soit tellement différent de celui de l’apprentissage de l’italien ou du russe ou autre également marginal : un problème de gros sous tout simplement non ? C’est plus facile et moins coûteux d’organiser un apprentissage massif de l’anglais, de l’espagnol et de l’allemand et des réserver l’arabe, le russe, le chinois, japonais et autres à une poignée de privilégiés.

      repondre message

  • Il n’y a pas longtemps, les meilleurs étudiants arabes, venaient parachever leurs étudies en langue et civilisations arabes en France où des professeurs et savants éminents arabisants, dispensaient leurs cours à la Sorbonne et au Collège de France, pour ne citer que deux d’entre eux, je nommerai : Jacques Berque et André Miquel qui ont formé des générations de docteurs es Lettres et Sciences humaines.
    Ces docteurs retournaient chez eux répandre non seulement l’enseignement de leurs disciplines mais aussi les valeurs de la France des Lumières.
    Entre guerre et paix, des siècles ont tissé des relations et des liens profonds entre les Arabes et l’Occident. Grâce aux traductions des œuvres arabes et aux échanges de tout ordre (commerciaux, culturels, scientifiques, sanguins, etc.) une civilisation occidentale est née et est devenue florissante.
    L’apprentissage de l’arabe ne doit pas être laissé aux charlatans auxquels recourent, faute de mieux, des familles qui désirent que leurs progéniture apprenne leur langue d’origine et de leur religion. Il doit être pris en charge de façon systématique par l’école de la République et cela dans l’intérêt de tous. C’est, contrairement à ce qu’avancent à grands cris, les tenants d’une haine tenace, un élément moteur de l’intégration des enfants d’origine maghrébine "de n génération".
    Merci à l’auteur de l’article qui a suscité ma réaction. C’est d’hommes et de femmes comme lui que la France a besoin aujourd’hui pour former des citoyens qui s’inter-respectent, conscients de leurs droits et de leurs devoirs. Que se réactivent et vivent dans les écoles, dans les institutions et dans toute la société, les réelles valeurs d’Egalité, de Fraternité et de Liberté. Que l’école sauve ce pays riche entre autres de langues, de cultures, de jeunesse et d’idéaux.

    repondre message

A propos de Questions de classe(s)
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1152

 
Soutenir par un don