dimanche, 30 avril 2017|

27 visiteurs en ce moment

 

Sous la haine de la pédagogie, celle de l’égalité

Nous relayons la tribune signée Laurence de Cock (collectif Aggiornamento Histoire-géo) et Grégory Chambat (collectif Q2C) publiée dans le journal Le Monde le 20 octobre 2016. « Une nébuleuse nostalgique d’un ordre scolaire ancien étend son influence sans qu’on s’en alarme » La charge du retour à l’ordre dans l’école est telle, à la veille de (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

8 Messages

  • Sous la haine de la pédagogie, celle de l’égalité 27 octobre 2016 12:34, par Roche Pierre

    Excellent article qui lie questions scolaire et sociale et définit une ligne progressiste pour l’action.
    Mais si on peut comprendre l’éloge de C.Freinet on ne doit pas restreindre le mouvement en le réduisant à l’ICEM.

    repondre message

  • Je termine à l’instant le livre de Céline Alvarez. Parler de ce livre comme étant aussi une attaque en règle de l’école publique et de ses enseignants ne me semble pas représentatif de ce que je viens de découvrir. Cette personne est, à mes yeux, une pédagogue qui, comme Freinet à son époque, a le mérite de décrire ses pratiques, en les mettant en lien avec ses valeurs et ses références théoriques. Ainsi est-elle une vraie pédagogue. Qui peut bien sûr nous plaire ou pas, nous inspirer ou pas.

    Ce sont justement de tels ouvrages qui nous manquent, pour voir comment aujourd’hui des enseignants tentent de prendre en compte des recherches actuelles sur l’apprentissage et le développement de l’enfant. Comme l’avait fait Freinet en son temps ! Et comme d’autres continuent à le faire ! Ce qui m’étonne dans votre approche de son travail est de faire croire qu’elle est contre les enseignants alors qu’elle me semble, au contraire, faire exactement le contraire. Elle les qualifie comme étant au contraire les experts, elle les voit comme un levier déterminant pour relever une institution qui ne va pas si bien que cela. Elle plaide pour un soutien des enseignants pour, dit-elle, que nous ne perdions pas ce que nous avons de plus cher, leur force et leur enthousiasme. Je ne comprends pas, ce passage de votre article, par ailleurs auquel j’adhère.

    repondre message

    • Sous la haine de la pédagogie, celle de l’égalité 28 octobre 2016 06:29, par Bernard Collot

      La comparaison avec Freinet est pour le moins curieuse ! Si j’avais une comparaison à faire je le ferais plutôt avec Rachel Boutonnet (faisait partie du trio avec Le Bris, Brighelli) qui, il n’y a pas si longtemps, occupait aussi les médias : deux ans d’école (donc seulement deux ans de pratiques), et hop ! elle déverse sa vérité.

      Je préfère évidemment que ce soit C. Alvarez qui ait du succès plutôt qu’une Rachel Boutonnet. Mais pour toutes les deux c’est le phénomène médiatique que l’on dénonce par ailleurs. Il ne faut pas s’étonner que ceux qui, eux, n’ont jamais quitté le "terrain" soient quelque peu dubitatifs !

      repondre message

    • Sous la haine de la pédagogie, celle de l’égalité 1er novembre 2016 09:22, par Denis Tanghe

      L’article ne déplore pas, je crois, l’existence de ce livre ( et des pratiques innovantes qu’il décrit ), mais plutôt l’utilisation qui en est faite politiquement (et donc dans les médias ) : le parcours de cette vraie pédagogue comme la preuve que l’institution refuse de changer ( puisque Céline Alvarez, semble-t-il peu suivie & soutenue lorsqu’elle était sur le terrain, a eu maille à poursuivre l’aventure plus avant).
      Toutes les bonnes idées sont/seraient à prendre. Elles mettent simplement du temps à faire leur chemin dans l’esprit des gens. Quant à l’action et/ou l’écho dans les pratiques sur le terrain, ils suivent un temps malheureusement plus lent encore...

      repondre message

  • Sous la haine de la pédagogie, celle de l’égalité 29 octobre 2016 12:50, par Emmanuel Duchier

    Juste pour info, dans un département où le FN n’est pas si fort, ils ont eu l’idée sournoise de bombarder un prof d’histoire géographie- M Lecaillon qui sévit au lycée Lachenal à Argonay près d’Annecy, comme secrétaire départemental du FN.
    Ce sinistre personnage tracte occasionnellement avec le bloc identitaire et a organisé ce matin un rassemblement contre l’accueil de migrants venant de Calais en Haute Savoie.
    Heureusement, les militants humanistes de la tolérance et de la solidarité se sont trouvés plus nombreux qu’eux même si les FHaineux locaux avaient fait appel à tout le ban et l’arrière ban de ce que compte la région de racistes, nostalgiques de la France coloniale ou encore de l’état français ainsi que des militants réactionnaires qui n’ont pour obsession que l’ordre et la pureté la France.
    Le plus inquiétant n’est pas à ce jour leur nombre mais bien le fait qu’ils ne se cachent plus comme le dit si bien l’article.
    Et comme ils trouvent un écho médiatique, et bien leurs idées s’installent et se répandent.
    Il est grand temps que les progressistes reprennent le devant de la scène.

    repondre message

  • Sous la haine de la pédagogie, celle de l’égalité 31 octobre 2016 11:26, par Nicolas

    Si ma directrice pouvait cesser de m’envoyer votre verbiage indigeste, j’en serais heureux et même très heureux. Une collègue, exigeante envers ses élèves - oui je sais, c’est une insulte, c’est de la ségrégation sociale, me confiait il y a peu : les mails question de classe ? Je vois Question de classe, je supprime directement...

    On peut être pour l’école exigeante et contre la folie du collège unique en 2016 et ne pas avoir sa carte au front national.
    Et je vais vous faire un aveu : un ami et collègue, anciennement à la CNT et élu communiste (toujours) me confiait qu’il mettrait ses propres enfants dans un collège privé à partir de la sixième tellement l’enseignement dans ses collèges de secteur était devenu mauvais.
    Je pense que les ayatollahs de l’égalitarisme, ceux qui rédigent ici leur prose pédagogiste, sont presque aussi dangereux que l’extrême droite qu’ils prétendent pourtant combattre et contre laquelle je suis aussi.

    Moi aussi dorénavant, je vois "Questions de classes", je supprime directement.
    Salut.

    repondre message

  • Sous la haine de la pédagogie, celle de l’égalité 1er novembre 2016 09:47, par Philippe

    Cet article se résume à amalgamer anti-pédagogisme et réacs et ne pas définir les termes pour caricaturer les positions de ceux qui ne se retrouvent ni dans l’école réactionnaire, ni dans le pédagogisme, les premiers étant élitistes, les seconds égalitaires. L’alternative est réductrice.
    Et les concepts d’"ordre", d’"autorité", d’"égalité" semblent aller de soi pour les auteurs de cet article.
    Il ne s’agit pas d’être nostalgique de l’école du passé, qui procédait à une sélection et un compétition, mêlant violence physique et psychologique. Mais il ne faut pas non plus courir après tous les lièvres du pédagogisme, qui, malgré une bonne intention, n’en est pas moins aussi élitiste que l’ancienne.
    L’ordre n’est pas nécessairement "nouveau", l’autorité n’est pas autoritarisme. Il serait judicieux de lire ce qu’écrit Hannah Arendt dans "La crise de la culture".

    repondre message

  • Sous la haine de la pédagogie, celle de l’égalité 1er novembre 2016 17:40, par anne-marie Doly

    Cet article fait en effet beaucoup d’amalgames (la pédagogie n’est pas un bien en soi et sa valeur dépend notamment des fins auxquelles elles est promise et/ou utilisées) et de confusions (l’autorité n’est pas le pouvoir ni l’autoritarisme, relisons en effet H Arendt qui met en cause, entre autres, la perte d’autorité, çàd de sens et de valeurs des actes humains et choix politiques et sociaux, dans l’émergence du totalitarisme) qui cachent la vraie question.

    Quelle est la volonté politique qui utilise (je ne veux pas croire à une "volonté mauvaise" des pédagogues... dont je suis !) les pédagogies et la recherche -voire certains chercheurs- en éducation, pour les mettre en oeuvre dans les réformes de droite et de gauche -puisqu’elles vont toutes dans le même sens depuis 2005 en particulier) ? Réponse : Une volonté politique néolibérale qui vise à adapter l’école et les élèves à la demande socio-économique du monde actuel.
    Pourquoi par exemple les compétences plutôt que des connaissances en guise d’objectifs depuis le rapport Télot (+Dubet = Mr. "Smic culturel" pour diminuer l’échec scolaire) mis en place par Fillon .. et tous ceux qui ont suivi ? Pour rendre les élèves, non pas émancipés, mais employables et flexibles, capables de manager de leur propre travail, les préparer à travailler en équipe, selon des projets décidés en commun, co-évalués, et pilotés par les résultats, etc.
    Relisons pour comprendre cette dérive libérale de l’école et des pédagogies qui les ont soutenues les analyses de C. Laval & Al. ("l’école n’est pas une entreprise", "La grande mutation", "la nouvelle école capitaliste"). Peut-on continuer à se préoccuper de rechercher plus "d’efficacité" pédagogique sans se demander à quelle fin ? Il s’avère que depuis 20 à 30 ans, cette recherche est utilisée (mais comment peut elle ne pas le savoir ?) pour faire glisser l’école républicaine émancipatrice vers une école libérale socialisante et adaptatrice. L’école républicaine était en effet destinée à ouvrir les esprits à ce qui est la marque de l’humanité en l’homme que Platon appelait le "dialogue de l’âme avec elle-même" qui deviendra ensuite la conscience dont la liberté est le 1er objet d’enseignement pour Jaurès. En quoi est-il réactionnaire de vouloir une école qui "élève" les enfants à une liberté de conscience ( le rendant ainsi indépendant "du père, du prêtre, et du maître d’école" comme disait Hugo) ? Car c’est cela le principe humaniste de l’école publique. Alors que l’école réelle, celle de Ferry et de tous ceux qui ont suivi (qui ont fait pire que l’école à deux vitesses) n’ait pas réussi, ou du moins pas complètement (elle a quand même alphabétiser un peuple) c’est d’accord. Mais cela vaut-il que l’on éradique le principe émancipateur pour le remplacer par une volonté d’adaptation çàd d’aliénation. Et notons que ni l’échec scolaire, ni les inégalités n’ont régressé d’un iota depuis les années 90, et qu’on cesse de dire que rien n’a changé dans les classes : "constructivisme" et "pédagogie active" liés au "débat" s’y sont largement instillés sinon installés, surtout et le plus souvent sans en comprendre les prémisses et les fondements, ce qui aboutit à ce que J-Y Rochex nomme une "convivialité vide" .
    La question est alors de bien savoir ce qui dans l’acte d’enseigner forme à la pensée critique (que tout le monde dit viser) qui est une pensée qui d’abord "se" critique, qui est capable de revenir sur elle-même pour examiner ses propres raisonnements, fondements et limites : ce n’est certainement pas la pédagogie à elle seule qui, sans les connaissances rationnelles qui portent en elles et développent "l’ordre de leurs raisons", est vide, et de plus, place l’enfant sous la seule et entière dépendance du maître devenu une personne comme une autre (puisqu’il n’est plus là pour transmettre les connaissances qui font son autorité et fonde son pouvoir).

    Par contre, que la pédagogie soit clairement au service des connaissances qui forment en même temps la raison et le socle de notre culture, alors oui, et que vive une telle recherche. Je ne suis pas sure que ce soit l’orientation actuelle majoritaire des pédagogies innovantes et des recherches en éducation. Pourquoi en effet aucun laboratoire de recherche ni aucune association pédagogique ne s’élève contre les diverses réformes, de l’école et du collège (qui livrent l’école à l’économie de marché), de la formation des enseignants devenue peau de chagrin ? Je ne suis pas favorable à ces mises en cause ad hominem qui sont davantage un effet journalistique qu’une véritable analyse. Et je ne suis pas non plus du tout favorable à un règlement de compte de "la" pédagogie qui a toujours un relent totalitaire : le choix de moyens pédagogiques est indispensable à la transmission des connaissances (encore faut-il qu’il y ait bien "choix"). Mais à l’inverse, une école ou une pédagogie qui renonce à transmettre les connaissances organisée de façon rationnelle en discipline au profit de modalités pédagogiques qui auraient leur fin en elles-mêmes, livre ses enfants au monde comme il va., et il n’et pas en train de progresser pas en humanité !
    Mais ce rejet d’un journalisme en quête de sensationnel, ne doit cependant pas nous interdire l’examen critique des pédagogies qui, qu’elles l’aient voulu ou non (et certaines l’ont en effet voulu), depuis les années 80 et plus particulièrement avec l’accélération de l’école des compétences" (terme issu de travaux de la recherche pédagogique) et de l’efficacité des années 2000 ont participé du glissement néolibéral de l’école républicaine. On peut vouloir ce glissement, ostensiblement, (comme certains candidats aidés par certains pédagogues ) mais on a pas le droit de le laisser s’installer dans un consensus mou et coupable.

    repondre message

Soutenir par un don