dimanche, 19 février 2017|

10 visiteurs en ce moment

 

A l’école, la répression ne doit pas remplacer l’éducation Communiqué de la CGT éducation

Au lendemain des attentats des 7, 8 et 9 janvier, dans un climat "d’union nationale" instrumentalisé par le pouvoir, et sur fond de psychose collective contre "ceux qui ne sont pas Charlie", l’école a montré un visage répressif qui tourne le dos aux valeurs qui sont les nôtres. Le gouvernement a abondé dans ce sens, notamment François Hollande lors (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

2 Messages

  • A l’école, la répression ne doit pas remplacer l’éducation : remarque 8 février 2015 11:27, par janine casevitz-weulersse

    Non seulement
    "L’école seule ne changera pas la société..." mais c’est la BASE de tout changement, l’origine de toute évolution des esprits :
    une école apprenant aux enfants, depuis la maternelle jusqu’au bac, à réfléchir, à exercer un juste sens critique et à tirer personnellement les leçons de ce qu’ils apprennent, par l’observation, l’analyse, la lecture etc..., leur apprenant aussi le respect de l’autre, la tolérance,la diversité des cultures, etc.etc.

    repondre message

  • La minute de silence que les établissements scolaires ont dû respecter ne suffisait évidemment pas pour dénoncer cette odieuse tentative d’atteinte à la liberté d’expression. C’est une authentique vie scolaire démocratique qui aurait été nécessaire pour prendre le temps de mener de vraies réflexions sur un sujet aussi fondamental. En sachant entendre les recherches de réponses de tous et les défiances de certains, cet autre monde éducatif aurait été en capacité d’entraîner nos jeunes au-delà de la provocation et de l’ignorance.

    Mais hélas la dure réalité est celle d’une institution qui se conforte dans sa traditionnelle logique autoritaire et réactionnaire. Les personnels de direction, en supplétifs des services de renseignements, sont désormais chargés de détecter « des signes précurseurs des pratiques de repli et de radicalisation ». Et l’impensable arrive ...

    1 De jeunes enfants sont incriminés sans discernement !.. Le 15 janvier dans l’Aisne un écolier de 9 ans est auditionné par la gendarmerie pour « apologie du terrorisme » après que les responsables de la cantine aient signalé des propos rapportés par un camarade. Le 28 janvier à Nice, un enfant de 8 ans, est convoqué au commissariat suite à un dépôt de plainte du directeur et la ministre le justifie par l’attitude de son père furieux de l’absence de bienveillance de l’école. Le 3 février, à Cagnes, une élève de CM2 a été entendue par la gendarmerie pour des propos "inquiétants".

    2 Et les enseignants subissent aussi !. A Poitiers, le 21 janvier, un professeur de philosophie, pourtant clairement soucieux dans sa pratique professionnelle de s’appuyer sur la réflexion de ses élèves, est suspendu sur la base de dénonciations dont il n’a toujours pas eu connaissance.

    Soyons réactifs pour contrer ces pratiques qui n’ont rien à voir avec l’éducation. Tout d’abord au moins signer cette pétition d’indignation contre l’islamophobie :

    https://www.change.org/p/faisons-toute-la-lumi%C3%A8re-sur-l-affaire-ahmed8ans-najatvb-chtaubira-islamophobie.

    Mais surtout oeuvrons pour que soit mis en œuvre dans les établissements scolaires un vécu concret de la citoyenneté..

    Et pour le prof victime de l’arbitraire signons aussi la pétition qui circule en sa faveur : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2015N47300

    repondre message

Soutenir par un don