Chaque semaine : l’actualité sociale et pédagogique - inscrivez-vous ici à la lettre de Q2C

Collectif Racine

La création du Collectif Racine des « enseignants patriotes » est officialisée en octobre 2013 à grand renfort de communication et en présence de la présidente du Front national. L’organisation, émanation du Rassemblement Bleu Marine, se définit comme « un groupe d’enseignants amoureux de l’école et déplorant son déclin ». Une première tribune, publiée dans Le Figaro le 2 mai 2013 sous la forme d’un « Appel au redressement de l’école » avait lancé le mouvement. Les quatorze signataires sont issus des rangs du FN mais aussi de la droite traditionnelle, du monde syndical (FO) ou, pour une grande partie d’entre eux, du chevènementisme.
Ballon d’essai de la stratégie d’implantation du FN dans la « société civile », il est le premier des collectifs lancés sous l’impulsion de Florian Philippot (suivront le collectif Marianne « le porte voix de la jeunesse patriote » pour les étudiants, le Collectif Audace des « jeunes actifs patriotes » pour les entrepreneurs, le Collectif Nouvelle écologie « pour une écologie patriote », le Collectif CLIC, Culture liberté et création, le Collectif Mer et Francophonie et le Collectif « Banlieues patriotes »).
Médiatiquement, c’est un succès : le Collectif a suscité une grande curiosité. Sur le terrain, cela semble plus compliqué, l’implantation dans les départements est assez lente et semble surtout rassembler des militants FN déjà convaincus (17 sections départementales annoncées en janvier 2016). Politiquement, le Collectif peut se prévaloir de l’hommage que lui a rendu publiquement Jean-Paul Brighelli*, même si son rêve de rallier autour de lui les figures de l’anti-pédagogisme (Natacha Polony*, Marc Le Bris*, Laurent Lafforgue*, etc.) ne s’est, pour l’instant, pas concrétisé.

(Extrait de L’école des réac-publicains, la pédagogie noire du FN et des néo-conservateurs, Libertalia, 2016)

Billets

Inscription
à la newsletter
du site


Mots-clés