mardi, 12 décembre 2017|

58 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

être ou ne pas être Charlie : un éclairage sur le fossé qui nous sépare des jeunesses populaires

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

[fuchia] Ni dieu, ni maître, ni idole [/fuchia]

Les boucheries fascistes de ce mercredi meurtrier ont un effet collatéral terrible : elle donne aux camps ultra-réactionnaires rivaux les justifications de leurs propres violences. Le 11 septembre meurtrier a conduit à des guerres assassines sur lesquels prospèrent des groupes fascistes qui perpétuent de nouveaux attentats qui généreront de nouvelles guerres défensives etc. etc.

J’apporte aussi ma contribution au débat (contribution déjà postée sur pe18 et la liste CNT-éduc ; désolé donc pour ceux qui l’ont déjà reçu par ce biais).
Quant aux copains libertaires qui pensent devoir être quand même un peu charlie, je leur dis que parfois dans le milieu militant nous demandons aux autres de renoncer à leurs idoles, à leurs prophètes, à leurs curés, imams, rabbins &co. Peut-être que de notre côté, il faut plus que quiconque aussi faire ce travail de désacralisation, de déboulonnages de nos statuts sur ceux qu’on a pu aimer quand ils virent réac. Cavanna himself parle de ce tournant régressif de Charlie qu’il a vécu de l’intérieur :
"En cet été 92, quand, dans l’enthousiasme, fut relancé Charlie Hebdo, l’accord était unanime, le propos clair et sans ambiguïté : l’esprit "bête et méchant" renaissait dans toute sa fougue, dans toute sa virulence, et s’interdisait, entre autres, toute complaisance envers quelque faction politique que ce fût (...) L’ambition, cette gueuse papelarde, était tapie au coeur même de cette joie. Charlie Hebdo est aujourd’hui ce qu’il est. Sûrement pas un journal "bête et méchant". Pas encore bon chic bon genre, mais déjà estimé des gens en place. Des gens qui placent".

Enfin question : matez dans le message les caricatures que charlie a été capable de publier, le pedigree des auteurs de ces dessins (gare aux remontées gastriques, préparez les anti-vomitifs). A combien de rassemblements, de descentes antifas (locaux de l’uni &co), d’arrachages d’affiches ou de tracts avons-nous légitimement participé pour des expressions ou des sbires de la même teneur ? Admettez qu’il faut une sacrée dose de sacralisation et d’irrationnel pour que Charlie conserve ce stock d’impunités. C’est dans l’air du temps, les principes antifa, antisexistes etc. sont rebaptisés "tabous" ; un principe bafoué nous fait passer de l’autre côté, un tabou soulevé renforce notre sentiment de rébellion : beau tour de passe-passe. Si on exonère charlie de ce travail critique, qu’est-ce qui nous distingue du porc dieudonné qui utilise les mêmes mécanismes (capital de sympathie pas illégitime lié à son passé de comique pas trop mauvais, lui aussi soulève des tabous, lui aussi se contente de choquer la bonne société et la bien pensance, lui aussi subit la censure et des attaques liés à ses discours perpétrés parfois par des gens bien et d’autres fois par des réacs rivaux type LDJ).
[fuchia]
L’affaire "je suis charlie", l’affaire dieudonné et ce qu’elles révèlent sur l’irrationnel triomphant
[/fuchia]

Une des clés à mon avis qui permet de décrypter le phénomène dieudonné c’est le triomphe d’une pensée irrationnelle pour laquelle les arguments, les démonstrations sont des choses à vérifier pour les valider ou les invalider même partiellement mais des émotions brutes liées à la nostalgie (charlie c’est beaucoup ça), la flippe d’une pensée rival, la paranoïa etc. Car autour de dieudonné il y a un premier cercle ouvertement ultra-facho mais il ne serait pas aussi populaire si il n’y avait pas autour de ce cercle un deuxième cercle plus vague, plus large de gens bercés dans une pensée irrationnelle et qui si ils jugeaient les propos, les agissements, les fréquentations de cet ignoble personnage pour ce qu’ils sont ne pourraient pas les assumer. Mais fonctionnons-nous différemment dans nos milieux militants de gauche avec charlie. Prenez le temps de lire le passage sur la chronologie de l’affaire des caricatures, voyez qui sont ces dessinateurs parfois mis à l’honneur. J’ai posté ce message sur les différentes listes sur lesquels je suis inscrit. J’ai eu le droit à tout (en bien et en mal) mais les critiques venaient surtout de nostalgiques mettant en avant le vieux charlie hebdo... mais rien et je vous assure pas le moindre propos sur ces dessins publiés et leurs auteurs par mes détracteurs qui reconnaissons-le doivent être bien gênés par ces "créations" assumées par charlie. Vous jugerez sur pièces.

[bleu]J’ose donc une hypothèse que révèlerait selon moi cette affaire (pas la tuerie qui n’attend que commémoration mais la campagne "je suis charlie" et la manif ump/ps/OTAN etc.) : et si le décrochage de pans entiers des populations d’enfants d’ouvriers et d’immigrés (les racailles quoi !) trouvait aussi sa source dans notre incapacité à remettre en cause nos idoles, nos traditions militantes françaises bref à débusquer les résidus d’évaluation coloniale qui enrayent notre lucidité ?
[/bleu]

[vert fonce]Je pense qu’il s’agit de la GRANDE question que nous militants et éducateurs devons-nous poser en ayant la clairvoyance de constater que dans nos cercles de réflexion et d’action il y a trop de mecs (plus on s’éloigne des tribunes et plus vous trouverez des femmes), trop de blancs, trop de classe-moyenne pour que mon constat ne sonne totalement faux. Sinon cette complaisance relève forcément de quelque chose qui ne doit pas faciliter la possibilité pour ces jeunes de se reconnaître dans nos combats ; d’ailleurs nous reconnaissons-nous dans les leurs ? Qu’on n’étonne pas que quelques fascistes islamistes réussissent dans ce désert politique à s’improviser comme seuls éducateurs populaires qui sachent leur parler d’eux et qu’on n’étonne pas qu’au milieu de cette immensité boudée voire criminalisée y compris par la gauche au sens large de temps en temps on réussisse à fabriquer un bourreau fasciste. i[/vert fonce]

Je suis un de ces enfants-là, un Arabe, un fils de musulman, un ancien galérien de ces cages d’escaliers pleines de potes et d’humanités dans lesquels j’ai plus appris à penser qu’à l’école. Et bien croyez-moi quand on démarre dans les milieux militants étudiants, libertaires, anarchistes, révolutionnaires, syndicaux etc. etc. faut parfois s’accrocher pour ne pas se sauver.

[fuchia]
avez-vous réellement lu charlie ces dernières années ? (ou savez-vous multiples charlie qui vous dites être ?
[/fuchia]

Je ne suis pas Charlie si cela doit conduire à manifester derrière des chefs d’état, des décideurs qui guerroient aux 4 coins de la planète, ne laissant plus que ravages, misères et désolation à des populations prises alors en otage entre les bombardements ordonnés par certains chefs de guerre qui tiendront certaines banderoles demain et qui eux seront Charlie - c’est un fait avéré par la constitution de la 5è république rédigée en pleine guerre d’Algérie (1958), le président est le chef des armées (il faut balayer devant sa porte et avant de faire le procès de ces jeunes mâles arabes de banlieue admettre que peut-être le cadre même de nos institutions a été façonné dans une logique de cassage de bougnoules/fellagas qui sont pour certains les parents et grands parents de nos "sauvageons").

Alors c’est sûr vous pourrez vous attendre qu’à la suite de l’immense défilé de demain qui verra une immense foule sincère marcher derrière (et non pas à côté) de nos décideurs suprêmes, on tournera les projecteurs et les micros en direction de ces jeunes mâles arabes de banlieue (et pas que... mais la combinaison de ces critères attise mieux la psychose) pour relever tous les propos qui valideront la thèse d’une empathie psychologique et d’une complicité morale de ces derniers avec les assassins, les bêtes sanguinaires de mercredi ("le monde" a commencé et sans doute d’autres mais je n’ai pas tout lu avec des reportages dans des lycées pleins de jeunes mâles arabes de banlieue disant "bon c’est pas bien de tuer des gens mais quand même ils se sont moqués du prophète et ça Ouhala ça se fait pas" etc.). Ces propos justifieront un peu plus les descentes de flics dans les cités, masqueront encore plus les contrôles au faciès, exposeront la ghettoïsation non plus comme l’effet d’une logique de ségrégation sociale voulue et organisée mais comme un phénomène entretenu par ceux là même qui s’en plaignent.

Le poète palestinien Mahmoud Darwich dans un autre contexte (celui de la résistance palestinienne) résumait magnifiquement ce mécanisme de propagande par lequel le pouvoir en place justifie l’injustifiable en focalisant sur les propos supposés des dominés pour faire oublier les agissements des dominants :

[vert]"On nous somme de corroborer l’image qu’ils ont tracé de nous afin que les paroles que nous n’aurons pas prononcées soient plus féroces et plus barbares que l’acte qu’ils ont commis."
[/vert]

Enfin je ne suis pas Charlie aussi parce que Charlie s’est égaré lorsqu’il a oublié cette ligne de conduite humoristique édictée par Pierre Desproges : "On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui."

Et force est de constater que ces dernières années Charlie s’est mis à rire avec n’importe qui. Expérience, prenez cette vanne drôle de Woody Allen "Le jour de ma naissance lorsque ma mère m’a aperçu pour la 1è fois elle a failli devenir antisémite." Imaginez maintenant cette vanne sortie de la bouche de lepen, faurisson, dieudonné ou soral et là cette vanne ("le jour où woody allen est né etc.") si vous êtes humainement bien constitué devrait vous glacer le dos.

Petit rappel : l’affaire des caricatures sur le prophète musulman a démarré lorsque charlie a décidé de publier les caricatures d’un journal le jyllands-posten proche de l’extrême droite danoise qui défendait dans les années 30 les opinions nauséabondes des différents régimes fascistes Le caricaturiste danois Kurt Westergaard mis à l’honneur par charlie l’a aussi été par le congrès du parti ouvertement nazi Mogens Camre où il a été très applaudi.

En juin 2006, charlie par le biais de Caroline Fourest mettait à l’honneur un caricaturiste hollandais Gregorius Nekschot avec ces entres autres 2 caricatures jalousées par minute et national hebdo.

Caricatures visibles ici : http://www.les-crises.fr/charlie-hebdo-pas-raciste-si-vous-le-dites-par-olivier-cyran/

- 1è caricature : Ali assis sur son pouf déclare « Le Coran ne dit pas s’il faut faire quelque chose pour avoir trente ans de chômage et d’allocs ». Pas besoin de vous faire un dessin, celui-là se passe de commentaire. A noter que l’excuse "on se moque d’une religion pas des étrangers" fonctionne moins bien car rien n’indique ici qu’il ne s’agisse d’un religieux. Certes ce monsieur pourrait être un mollah fanatique qui tabasse sa femme, voile ses filles, prépare en catimini des djihads par-ci par-là entre 2 rendez-vous à la CAF et à l’école de l’un de ces 14 mômes pour une synthèse réseau (car vous pouvez parier sans risque de perdre que son môme en CE2 pète la gueule à tous ses camarades de classe, refuse les apprentissages, insulte sa maîtresse depuis la moyenne section). Mais bon il pourrait être ouvrier à Renault. On ne sait pas.

- La 2è caricature est plus terrifiante encore : un pauvre homme blanc en plein effort qui porte sur son dos un gros monsieur nègre bras croisés lui avec une tétine à la bouche (car vous le savez si l’Arabe est fourbe, le Nègre lui c’est pire, il n’a même pas les moyens intellectuels qui lui permettrait d’être sournois). Voici le commentaire qui accompagne ce chef d’œuvre : "monument à l’esclavage du contribuable autochtone blanc". Notez que ce caricaturiste a aussi ses entrées dans les sauteries de partis d’extrême droite danois.

Donc là si on suit encore la ligne éditoriale de charlie qui dit vouloir se moquer des religions islam inclus une chose coince : un homme noir ? elle est où la religion là-dedans ?
Caroline Fourest tentait de se justifier en disant que cet humour voyageait mal et avait un autre sens dans le contexte néerlandais. A vous de juger mais moi ça ne me donne toujours pas envie d’être ce charlie. Après, on peut considérer que je chipote, que je suis un père la morale, un coincé donneur de leçons mais si il faut accepter que charlie offre ses pages à cet humour nauséabond sorti du crayon de pourritures nazies j’assume ces qualificatifs. C’est d’autant plus un choix politique réel de la part de Charlie Hebdo que des caricaturistes qui se moquent de l’islam, des théocrates, des imams le monde arabe et les pays dits musulmans n’en manquent pas, certains croupissent en prison, d’autres après tortures, tabassages et humiliations par les polices et ou autres milices de religieux musulmans de leurs pays ont réussi à venir en France ou ailleurs et auraient adoré que Charlie leur propose une page pour permettre à leur sens de la dérision d’exister.

Enfin je ne suis pas charlie et je ne défilerai pas derrière (et non pas à côté car c’est comme ça que les organisateurs ont prévu les choses : nos dirigeants devant les autres derrière... bel esprit de subversion) en criant aux loups avec ceux qui les excitent. Le qatar a amorcé une politique d’investissement lourde en milliards d’euros en France depuis quelques années avec entres autres le sport le foot et son fleuron le psg (mais pas que). Valls, Hollande, Sarko &co qui tiendront des banderoles devant (et pas à côté) des indignés sincères sont dans des rapports de séduction avec ce régime ultra-sexiste, théocratique et esclavagiste classé par le journal The economist derrière la Chine en terme de respect des droits de l’homme. Ce régime entretient des liens troubles avec des groupes jihadistes notamment en Syrie mais aussi ailleurs.

http://www.courrierinternational.com/article/2014/09/30/le-club-med-des-terroristes

Est-ce vraiment faire honneur à la mémoire de ceux qui ont été abattus ce mercredi noir que de marcher à l’appel et avec (euh je voulais dire derrière) nos dirigeants qui pactisent avec ceux qui leur ont mis une arme dans les mains ? Ce sont les mêmes qui fustigent des gamines qui portent le voile et privent d’éducation, de scolarité celles qu’il veulent émanciper et fricotent dans le même temps avec les industriels du voile.

Voilà les raisons qui font que je ne peux être charlie. Je suis solidaire donc des victimes abattues par des bêtes sanguinaires fascistes et je refuse que cette solidarité conduise à une adhésion à ce que charlie est devenu et à l’union nationale avec nos dirigeants qui demain condamneront les loups alors qu’ils n’ont fait que les exciter. Posées ainsi sur d’autres forums, on ne m’a répondu que sur l’attitude que supposait ma prise de position (condescendance, besoin de se démarquer de la foule, refus suspect de l’émotion légitime etc.) C’est compréhensible ce besoin de déporter ce débat sur des choses extérieures aux éléments posées dans le débat car assumer les éléments soulevés de ce charlie me parait difficile.

Sinon heureusement qu’ils ont stoppé les barbares fascistes avant qu’ils ne s’en prennent à eric zemmour car une foule d’un million de personnes qui scande "je suis éric zemmour" ça doit être bien flippant.

Amar

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1152