vendredi, 28 juillet 2017|

6 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Solidarité de Palestine envoyée aux enseignants syndicalistes de France

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Le texte ci-dessous a été envoyé aux organisations syndicales de l’éducation par les camardes palestiniens.

Un paragraphe digne de la pensée "solaire" d’Albert Camus dans "L’Homme révolté" :

"Aujourd’hui, les gouvernements envoient leurs soldats pour exporter « la démocratie » au Moyen Orient et en Afrique, mais dans le même temps, ne permettent pas à leurs peuples de faire vivre cette démocratie dans leur propre pays. Ici comme ailleurs, nous devons donc nous battre pour nos droits, rester audible et à l’écoute, faire preuve de pédagogie, être présent-e- et agir chacun-e à notre échelle, sans quoi les groupes comme DAESH, les idées d’extrême droite, les projets haineux et des « va t’en guerre » continueront à faire échos auprès de nos jeunesses, représentant l’avenir de toutes nos sociétés, de ce monde."

Merci aux camarades palestiniens.

Frank, 16.11.15

Laylac the Palestinian Center of Youth Action for Community Development

http://fr.laylacdo.org/

Message en français envoyé au Syndicat de l’Éducation de la CNT Solidarité ouvrière ; reçu le 16.11.15

Cher-e-s ami-e-s,

Tout d’abord, nous exprimons tout notre soutien aux proches des victimes des attentats de Paris, ainsi qu’à tout-e-s les français-e-s qui vivent des temps difficiles.

Nous souffrons avec vous, notre émotion est grande et les mots difficiles à trouver.

Ici en Palestine, le peuple, aujourd’hui à vos côtés, lutte au quotidien pour ses droits en vue de garantir aussi les vôtres. Nous tendons sans hésitation nos bras ici pour une collecte de sang chez vous.

En France, en Syrie, au Liban, en Palestine et dans tant d’autres régions du monde, nous souffrons des mêmes maux et derrière eux du même système que nos dirigeants s’efforcent de protéger, celui d’un capitalisme effréné qui est le dénominateur commun à toutes nos souffrances, nos pertes humaines… Il nous semble important de garder en tête que nous avons les mêmes ennemis et parmi eux, les terroristes de DAESH. Nous devons et allons lutter ensemble, résister ensemble, faire un front humain commun et ce en mémoire et en hommage à tout les êtres chers que nous avons perdu, que nous continuons à perdre et que nous continuerons à perdre si nous ne faisons rien.

Leur but est de nous diviser, ici, en France, et dans le reste du monde, mais nous devons rester solidaires et fort-e-s. Nous le répétons encore. Nous nous battons pour les mêmes valeurs : le droit à la liberté, le respect des droits humains, les droits des peuples à disposer d’eux mêmes…

Nous aspirons à l’application d’une justice sincère qui amènera la paix, son seul garant.

Ces actions ne doivent pas nous affaiblir mais au contraire nous renforcer, et nous devons rester certain-e-s que notre combat pour les droits humains et la liberté est juste.

Aujourd’hui, les gouvernements envoient leurs soldats pour exporter « la démocratie » au Moyen Orient et en Afrique, mais dans le même temps, ne permettent pas à leurs peuples de faire vivre cette démocratie dans leur propre pays. Ici comme ailleurs, nous devons donc nous battre pour nos droits, rester audible et à l’écoute, faire preuve de pédagogie, être présent-e- et agir chacun-e à notre échelle, sans quoi les groupes comme DAESH, les idées d’extrême droite, les projets haineux et des « va t’en guerre » continueront à faire échos auprès de nos jeunesses, représentant l’avenir de toutes nos sociétés, de ce monde.

DAESH est un groupe international, c’est une menace globale qui reçoit par ailleurs du soutien et ce, par différentes formes... Leurs membres sont français-e-s, anglais-e-s, irakien-ne-s, allemand-e-s, syrien-ne-s, états-unien-ne-s, palestinien-ne-s, belges… Face à une menace globale, nous devons apporter une réponse globale. C’est pour cela que nous devons renforcer notre travail en réseau, tous ensemble et ce internationalement.

Nous profitons de cette lettre pour apporter tout notre soutien et notre solidarité à la campagne de Boycott Désinvestissement Sanction, et en particulier à Bernard, Jean-Pierre, Loïc et Yamann, victimes de la criminalisation des actions militantes, citoyennes et non violentes du mouvement BDS en France mais qui participent pourtant bien à cette grande lutte citoyenne à mener internationalement.

Plus que jamais, nous devons continuer à lutter et résister ensemble.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1084