jeudi, 20 juillet 2017|

11 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Répression du Mouvement Social en Ariège : Une enseignante condamnée suite à une journée d’action contre la LOI TRAVAIL

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Lors de l’audience au Tribunal Correctionnel de Foix du mardi 11 octobre dernier, nous étions nombreux syndiqué-es, lycéen-nes, citoyen-nes aux côtés de l’enseignante et militante poursuivie par la justice à la demande du Procureur de la République de Foix.

Les chefs d’inculpation étaient particulièrement graves : incitation à la rébellion, outrages à policiers et organisation d’une manifestation non déclarée.
En fait, il lui était reproché d’avoir accompagné une manifestation de lycéen-nes le 24 mars dernier, journée de grève et d’action nationale dans le cadre de la mobilisation contre la Loi Travail à l’appel ici en Ariège des organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES et SGL (Syndicat Général des Lycéens). A l’appel de ces mêmes organisations et suite aux répressions subies par les lycéens et les étudiants partout en France, il avait été convenu que les jeunes devaient être accompagnés par des adultes afin d’éviter tout débordement. Ce qui fut fait par l’enseignante incriminée et d’autres adultes ce jour là.

Lors de l’audience en octobre nous avions relevé l’absence d’éléments de preuves pour étayer les accusations et les faits reprochés. Le représentant de l’État s’était attaché à vouloir accabler l’enseignante uniquement sur ses opinions supposées ou réelles syndicales et politiques sur lesquelles il voulait qu’elle s’exprime devant le tribunal.
C’est donc bien une condamnation politique que le Tribunal a prononcé à Foix le mardi 6 décembre : peine de prison de 3 mois avec sursis, amendes prohibitives de 3000 € + 500 € pour chacun des deux policiers qui se sont dits outragés (sans témoin et sans preuve malgré la présence de dizaines de personnes).

Pour notre part cela ne fait que renforcer notre colère et notre détermination face à ces poursuites et condamnation répétées de syndicalistes et de citoyens engagés. C’est bien une politique délibérée et inacceptable visant à criminaliser l’action syndicale et intimider les militant-es du mouvement social et au delà, tou-te-s les salarié-e-s et citoyen-nes.
Nous continuons à exiger le respect des libertés syndicales, l’arrêt des poursuites judiciaires pour toutes et tous les camarades incriminés injustement, une loi d’amnistie pour celles et ceux déjà condamnés.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1084