mardi, 22 août 2017|

12 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Pour l’enseignement des langues berbères

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Bonjour

Éditeur entre autres de documents historiques sur l’Algérie et la Kabylie (Poésies traditionnelles de Kabylie ; Notes de Monique Hervo sur les bidonvilles), je vous adresse ci-joint un appel reçu pour l’enseignement des langues berbères en France, au titre des "langues d’origine".

L’enjeu est celui-ci :

- le Maghreb est majoritairement peuplé de Berbères et non d’Arabes, et ce même s’ils ont été diversement et plus ou moins arabisés selon les temps et les pays ;

- l’arabisation linguistique et administrative effectuée autoritairement par l’Etat algérien depuis longtemps a été menée à l’origine par complaisance envers le pan-arabisme de Nasser puis pour contrôler la population algérienne au moyen de l’islamisation (police des mœurs, représentation idéologique rétrograde pour contenir l’insatisfaction sociale) ;

- en France, où l’immigration maghrébine a très longtemps été majoritairement Kabyle, elle était perçue, par une société ignorante de cette histoire, comme "arabe" ;

- ces dernières décennies, la politique de la France à l’égard de l’Algérie a été faite de complaisance envers les passeurs de marchés corrompus, et d’indifférence totale envers le sort réservé à la société algérienne ;

- cette complaisance, qui passe sous silence l’énorme responsabilité du pouvoir algérien dans les menées terroristes en Algérie et même en France (1995), s’accompagne aussi d’une validation de la prétendue "arabité" de la "nation algérienne". Un exemple comique : lorsque l’Institut du monde arabe à Paris expose des bijoux traditionnels "arabes du Maghreb", il va les chercher en Kabylie ; ils sont très beaux et réputés, mais leur réputation est travestie.

On peut penser que c’est dans ce contexte que s’inscrit la résistance curieuse du ministère de l’Éducation nationale en France pour ne pas faire enseigner les langues berbères, mais seulement l’arabe. Cette belle langue vaut assurément d’être enseignée. Mais c’est une erreur que de lui assurer un monopole de "langues originelles" pour l’enseigner à des Berbères. Tandis que les traditions culturelles plurimillénaires de ces derniers (au carrefour de maintes civilisations) ont été faites d’ouverture, d’assimilation et de transformation des éléments rencontrés, d’exigence de liberté aussi, la mise en avant de la seule culture arabe, même si elle ne favorise pas automatiquement une "islamisation" dommageable, renforce un monopole idéologique et politique extrêmement pernicieux, puisqu’il bafoue et bâillonne les revendications culturelles et démocratiques berbères dans le Maghreb.

Dès lors un soutien solidaire de l’appel ci-joint ne semble pas dénué d’enjeu en France.

Bien cordialement

Jean-Louis Paul

PDF - 116.9 ko
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1086