samedi, 21 octobre 2017|

18 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Pédagogie entrepreneuriale et pédagogie syndicaliste : deux cultures en conflit...

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Le monde de l’entreprise considère que l’école doit avoir pour fonction de former aux compétences requises par l’économie capitaliste : employabilité, entrepreneuriat... De fait, un courant se développe, c’est celui de la pédagogie entrepreneuriale.

Introduire la pédagogie entrepreneuriale dès l’école primaire

Caroline Verzat, dans son dossier d’Habilitation à diriger des recherches en 2012, expose les évolutions en matière de pédagogie entrepreneuriale. Certes ce courant n’est pas nouveau, mais il s’agit désormais d’être plus sensible à son application dans le primaire et le secondaire depuis la publication en 2009 de l’ouvrage Pédagogie et esprit d’entreprendre. Cet esprit d’entrepreneuriat pourrait non seulement aider à forger une mentalité d’entrepreneur, mais également à former des compétences favorisant l’employabilité. Cela se justifierait car : « Les conséquences à un niveau individuel sont (pourraient être) que chacun est considéré comme un « marchand de compétences », le marchand de ses propres compétences » (Alain Fayolle et Sénicourt Patrick) . Il s’agit ainsi d’être entrepreneur de soi-même.

- Les compétences entrepreneuriales

Caroline Verzat expose les compétences qui sont celles qui caractérisent, selon les études en psychologie, la personnalité entrepreneuriale. Il est possible d’y reconnaître des éléments communs avec la psychologie des créateurs en général (scientifiques, artistes...) comme la « confiance en soi » ou « la tolérance à l’ambiguïté »…. Mais certaines caractéristiques sont plus spécifiques telles que : l’« argent comme mesure de performance ».

Elle élabore d’ailleurs un référentiel des compétences de la formation de l’entrepreneur où les « soft skills » tiennent une place non négligeable (p.59).

L’enseignement transmissif, avec un enseignant expert qui structure les connaissances, est perçu comme trop rationnel. Il étoufferait les qualités que doit développer l’entrepreneur : la débrouillardise, l’imagination...

- Une pédagogie active et socioconstructiviste avec des spécificités

Caroline Verzat y insiste, selon elle et d’autres promoteurs de la pédagogie entrepreneuriale, pour construire les compétences des futurs entrepreneurs, rien ne vaut les méthodes actives et socio-constructivistes.

Citant Patrick Molle, directeur de l’Ecole de Mangement de Lyon, elle rappelle que le système scolaire tel qu’il existe est inadapté à ce projet : « En France, nous sommes sous la coupe d’un modèle qui va à l’encontre de l’entrepreneuriat. Le système éducatif nous prépare dès l’enfance à être conformistes, à réciter et obéir. Il ne favorise ni la prise de risque, ni l’imagination. » (p.79).

Elle voit dans l’Éducation nouvelle, aussi bien Montessori, Ferrière que Freinet par exemple, une première étape qui allait dans le bon sens, mais qui n’a malheureusement n’a pas eu un impact suffisant pour transformer les pratiques et les mentalités.

Citant Surlemont et Kearney, elle rappelle que l’enseignant en pédagogie entrepreneuriale doit être obsédé par cette question : « qu’est-ce que je fais actuellement que les apprenants pourraient faire eux-mêmes ? ».

Il s’agit en particulier de promouvoir un apprentissage à partir de projets innovants en lien avec des situations concrètes. Les élèves doivent apprendre à élaborer des projets à partir de besoins qu’ils auront déterminés.

Le travail en groupe favorise l’émergence de leaders, et par l’apprentissage vicariant, il est possible d’encourager les élèves les plus timorés à acquérir l’esprit d’entrepreneuriat. Pour ces raisons, l’apprentissage coopératif est encouragé.

Néanmoins, la pédagogie entrepreneuriale, si elle prend appuie sur les méthodes actives et socioconstructivistes, doit aller plus loin pour faire valoir ses spécificités. Il s’agit de former certaines compétences qui sont plus particulièrement nécessaires à l’entrepreneur : « mode de penser-action projectif », « visionniste », « créatif », « effectual », « apprentissage progressif du rapport au risque » (dimension sensible avec l’investissement des capitaux)...

- Les « ruses » de la pédagogie entrepreneuriale

Néanmoins, Caroline Verzat, et d’autres promoteurs de la pédagogie entrepreneuriale, sont conscients que les enseignants en France risquent d’avoir des réticences relativement à cette pédagogie. C’est pourquoi, il s’agit d’être un peu rusé pour l’introduire dans le primaire et le secondaire…

Ainsi, comme elle le rappelle, Bernard Surlemont et Paul Kearney conseillent certaines stratégies : « mettre en avant les activités entrepreneuriales non-commerciales comme entrepreneuriat social et solidaire », « « parler de « projet » […] plutôt « d’entreprise » ou « d’affaire » ».

Une autre piste évoquée par l’auteur, en s’appuyant sur les réflexions de Philippe Perrenoud sur la pédagogie de projet, consiste à dégager des heures de projet libre. Ainsi, il serait possible de commencer à développer une pédagogie de projets entrepreneuriaux au sein de l’Education nationale.

Riposte pédagogique syndicaliste

Que penser de cet usage de la pédagogie active et socioconstructiviste par la pédagogie entrepreneuriale ?

Il est possible d’écarter deux attitudes opposées.

La première consiste à attribuer un caractère consubstantiellement libéral aux pédagogies nouvelles. Certes, on peut faire référence aux œuvres d’Herbert Spencer et d’Edmond Demolins pour montrer que les liens entre pédagogies nouvelles et libéralisme économique sont anciens. Mais, Caroline Verzat le souligne, la pédagogie entrepreneuriale emprunte la voie des pédagogies actives car celles-ci lui permettent de favoriser efficacement certaines compétences entrepreneuriales, mais la pédagogie entrepreneuriale ne se réduit pas au socioconstructivisme.

Cependant, à l’inverse, il serait naïf de se contenter d’affirmer qu’il est de la nature du capitalisme de tout récupérer, y compris les pratiques pédagogiques progressistes.

Il y a dans la figure de l’entrepreneur, comme nous l’avons vu, des compétences qui sont communes avec d’autres créateurs. Howard Gardner a dégagé dans son ouvrage Les formes de la créativité, plusieurs types de personnalités créatives : les scientifiques (comme Einstein), les artistes (comme Picasso), les leaders de mouvements sociaux (comme Gandhi). Mais, il existe également des compétences spécifiques.

Lorsque Célestin Freinet élabore sa pédagogie, il veux contribuer à doter les enfants de travailleurs de capacités d’agir qui leur permettraient de pouvoir s’organiser pour effectuer une révolution communiste libertaire et assurer l’autogestion des entreprises.

Ainsi, un militant syndicaliste possède des savoirs-faire communs avec ceux identifiés par Caroline Verzat pour l’entrepreneur : « communiquer », « travailler en groupe », « apprendre en faisant », « résoudre des problèmes de manière créative »… De même, il possède certains savoir-être communs : « avoir le sens des responsabilité », « savoir faire preuve d’autonomie », « faire preuve d’optimisme »….

Néanmoins, cela serait insuffisant si on s’en arrêtait là. En effet, une pédagogie syndicaliste doit permettre à l’élève de développer des capacités de critique sociale, de résistance à l’autorité et d’engagement dans l’action collective.

Les capacités critiques sociales supposent de mettre à disposition des savoirs critiques et d’entraîner les élèves à la pensée critique.

Les capacités de résistance impliquent de favoriser les situations où les élèves sont capables de défendre une position face à un groupe ou d’étudier des cas historiques de désobéissance à l’autorité injuste par exemple.

Les capacités à l’engagement collectif supposent, entre autres, d’accorder une place à l’histoire du syndicalisme et des mouvements sociaux dans les exemples étudiés en cours.

Conclusion :

L’instituteur, syndicaliste et libertaire, Albert Thierry écrivait au début du XXe siècle dans un texte intitulé « L’action directe en pédagogie » : « Jadis je croyais qu’il fallait faire d’eux des hommes. Mais cette tâche est bien au-dessus du pouvoir d’un maître. (Tant mieux, d’ailleurs.) Je me consolerais si j’en faisais seulement des domestiques critiques. Par exemple (il y en a d’autres), des fonctionnaires syndicalistes ».
Aujourd’hui, on se réjouirait déjà, si à défaut de faire des élèves de futurs révolutionnaires, les enseignants les aidaient à être des travailleurs critiques, capables de résister à la « banalité du mal » en entreprise.

Bibliographie :

Textes universitaires :

Surlemont Bernard et Kearney Paul, Pédagogie et esprit d’entreprendre – Développer les capacités d’entreprendre dès la classe -, De Boeck, 2009.

Caroline Verzat, Eduquer l’esprit d’entreprendre, Université de Montpellier, Dossier de HDR, 2012. URL :http://www.entrepreneuriat.com/fileadmin/theses/HDR_Verzat_.pdf
 
Bayad Mohamed et al., « Pédagogie par projet et enseignement de l’entrepreneuriat ». URL : http://www.entrepreneuriat.com/fileadmin/ressources/actes02/BAYAD.pdf

Fayolle Alain et Verzat Caroline, « Pédagogies activité et entrepreneuriat : quelle place dans nos enseignements ? », Revue de l’entrepreneuriat, vol.8, n°2, 2009. URL : http://www.entrepreneuriat.com/fileadmin/user_upload/revue/RE0802AFCV.pdf

Fayolle Alain, Sénicourt Patrick, « Peut-on former des entrepreneurs ?. », L’Expansion Management Review 1/2005 (N° 116) , p. 34-41 
URL : www.cairn.info/revue-l-expansion-management-review-2005-1-page-34.htm. 

Peppin Matthias, « L’éducation entrepreneuriale au primaire et au secondaire : gros plan sur la micro-entreprise scolaire », Revue canadienne de l’éducation, N°34, 2011. URL : http://journals.sfu.ca/cje/index.php/cje-rce/article/viewFile/756/1071

Kits pédagogiques :

Guide de pédagogie entrepreneuriale (Belgique) - URL : http://as-e.be/sites/default/files/public/fichiers_publics/petites_lecons.pdf

Developper une culture entrepreneuriale au primaire et au secondaire (Quebec). URL : http://inforoutefpt.org/entrepreneuriat/documents/PrimSecond.pdf

Videos :

La pédagogie entrepreneuriale et l’intégration du programme de formation (Quebec).
URL :https://www.youtube.com/watch?v=OaKo7Xx9WNI

L’ABC du projet entreprenariale (Quebec)
URL : https://www.youtube.com/watch?v=AEJ2PkumutI

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1114