lundi, 11 décembre 2017|

28 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Montessori n’est pas une marque !

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   6 commentaire(s)

Un article de Martine Plisson présenté par Frank

Maria Montessori fait partie du mouvement de l’Ecole Nouvelle créé après la première guerre mondiale, qui s’appuyait sur les récentes découvertes dans le domaine de la psychologie. Les pédagogues de cette époque défendaient certains principes communs : le respect de l’enfant, la coopération, le tutorat entre pairs, les méthodes actives, une égale importance pour les différents domaines intellectuels, artistiques, manuels, physiques…
A l’exception de célestin Freinet, les pédagogies issues du mouvement de l’école nouvelle, sont restées à la marge de l’éducation nationale. Une expérience menée à la Villeneuve de Grenoble de 1973 à 1989 et celle de Vitruve (Paris 20e) encore en vigueur, permirent de faire vivre une recherche-action s’inspirant de différentes pédagogies alternatives.
Aujourd’hui, le rejet massif de l’école sélective, compétitive et pointée du doigt par des enquêtes internationales, laisse émerger des aspirations pour une éducation alternative. Une vidéo très bien faite circule sur la toile et montre une expérience menée par une jeune professeure des écoles, Céline Alvarez, dans une école maternelle publique à Gennevilliers. On y présente une classe Montessori dont la méthode « actualisée » séduit tous ceux qui aspirent à une éducation alternative où l’enfant est respecté dans ses besoins et ses rythmes et où un matériel riche et de qualité permet une réelle autonomie des jeunes enfants. Et, cerise sur le gâteau, on nous montre des enfants de 5 et 6 ans qui savent lire et compter !! L’expérience s’est arrêtée brutalement et des deux côtés les explications sont assez vagues. On accuse bien sûr l’éducation nationale de rejeter vers le privé ce genre de pratique alternative…
Pas si simple ! Tout d’abord, l’enseignante affirme sur Lemonde.fr que son intention était la suivante : « infiltrer le système et parvenir à le changer, pas pour enseigner. Je me laissais trois ans pour proposer un environnement de classe faisant l’effet d’une bombe pédagogique ». Son projet est « soutenu » par l’association Agir pour l’école, liée au Think tank Institut Montaigne. Celui-ci est financé par plus de 80 entreprises, telles que Total, Areva, EADS, Vivendi, Axa, RATP... Un budget qui frise les 3 millions d’euros. La force de frappe de ce think tank n’est pas seulement financière. Sa proximité avec de puissantes entreprises qui apprécient d’être valorisées par des actions sociales, éducatives ou écologiques, lui permet d’influer sur les décideurs politiques, de droite comme de gauche.
La stratégie de ce think tank classé à droite n’est pas de développer des pédagogies alternatives. Loin s’en faut ! Selon son directeur, Laurent Bigorgne, il s’agit d’ « encadrer la liberté pédagogique » en proposant des « outils pédagogiques » évalués de façon scientifique. Il prône même un « recentrage sur les fondamentaux cognitifs » dès 5 ou 6 ans.
Et pour donner une valeur « scientifique » à son projet, l’Institut Montaigne s’appuie sur les recherches en sciences neurocognitives menées par le très reconnu Stanislas Dehaene, psychologue cognitif et neuroscientifique et professeur au Collège de France, que le think tank ne manque pas de mettre en avant dans ses différents articles et publications sur l’éducation. La psychologie fait place à la science…
On comprend mieux le malaise de l’Education Nationale ! Et celui des enseignantes de cette école, non consultées pour la mise en place de ce projet au sein de leur établissement. Avec une classe transformée en laboratoire, un matériel et un mobilier spécifique, une dérogation pour les activités obligatoires (récréation, motricité…), une classe multi-âges en nombre réduit, une personne choisie par l’enseignante Céline Alvarez pour l’aider dans sa tâche….et une expérience non partagée en interne mais diffusée largement sur internet !
Après l’arrêt de l’expérience, Céline Alvarez (militante ou faire-valoir de l’Institut Montaigne ?), continue sur le site Classe maternelle, Genneviliers de partager avec nous les résultats des récentes expériences de S.Dehaene sur la plasticité du cerveau….histoire de nous convaincre de la nécessité d’apprendre à compter et à lire dès le plus jeune âge…
Mais était-il vraiment question d’introduire la pédagogie Montessori dans l’école publique ? Avec un peu de logique, on imagine mal l’AMI (Association Montessori Internationale) abandonner le commerce lucratif de la formation et du matériel Montessori à l’Education Nationale ! Dans ce cas, quel est l’objectif de l’Institut Montaigne ? En nous montrant cette classe idéale, est-ce qu’il n’utilise pas la « marque Montessori » comme un « produit d’appel » pour nous vendre un autre produit ?
Ah ! Si Maria Montessori voyait ça ! Sans doute nous conseillerait-elle de nous (acteurs sur le terrain : enseignants, animateurs, parents, intervenants culturels, associations, élus…) rassembler et constituer un mouvement de pédagogie alternative pour réfléchir, expérimenter et théoriser une Recherche-Action vivante et sensible, qui intègre le tâtonnement, le doute et l’erreur… Sûrement pas une pédagogie scientifique !
Martine Plisson
Le 27 février 2015

6 Messages

  • Montessori n’est pas une marque ! 22 mars 2015 08:52, par claude marti

    Quelle frilosité !
    Faut-il se méfier systématiquement de sponsors non directement intéressés par ce qu’ils sponsorisent et qu’ils cherchent seulement à valoriser leur image, souvent à travers des employés réellement passionnés par les actions qu’ils soutiennent.
    faut-il imaginer une Association montessori essentiellemnt obsédé par le fric ?
    Faut-il rejeter une pédagogie parce qu’elle se veut scientifique : en quoi une pédagogie ancrée dans le terrain devrait-elle fuir les résultats scientifiques ?

    Voir en ligne : http://http://www.questionsdeclasse...

    repondre message

  • Montessori n’est pas une marque ! 12 septembre 2016 08:19, par laurent bigorgne

    Madame Plisson,
    l’Institut Montaigne n’entretient aucune relation d’aucune sorte avec Célîe Alvarez.
    Nous ne la soutenons pas, nous ne travaillons pas ensemble et nous n’avons aucun projet commun.
    Je suis à votre disposition pour répondre à vos questions ou demandes de renseignement.
    Cordialement,
    Laurent Bigorgne

    repondre message

    • Montessori n’est pas une marque ! 23 septembre 2016 08:17, par Philippe Bertrand

      J’ai lu le témoignage d’un élu de Gennevilliers disant qu’ils n’avaient pas les moyens de financer une ATSEM (aide maternelle) lorsque Mme Alvarez a déboulé.
      Il prétend que c’est l’association "Agir pour l’école" qui, finalement, aurait financé un poste d’assistante maternelle.
      Est-ce un mensonge, Monsieur Laurent Bigorgne ?
      J’ai cru comprendre que vous avez quelque lien avec cette association. Non ?

      Voir en ligne : Philippe Bertrand

      repondre message

      • Montessori n’est pas une marque ! 23 septembre 2016 12:10, par Laurent Bigorgne

        Bonjour,
        l’association Agir pour l’école a effectivement financé le poste d’ATSEM de la classe de Mme Alvarez. Il s’agissait à l’époque de rendre possible cette expérimentation afin de l’évaluer scientifiquement (comme toutes les actions suivies par Agir pour l’école).
        Ce projet n’ayant pas abouti, cette collaboration avec Agir pour l’école a pris fin.
        A votre disposition.
        Bien cordialement,
        Laurent Bigorgne

        repondre message

  • Bonjour,
    je trouve que votre interprétation de l’expérimentation menée par Céline Alvarez et les suites qu’elle y a donnée pour permettre à toute personne le souhaitant, d’en être informée de façon précise, est au minimum peu documentée, au maximum de mauvaise foi.

    Avez vouspris le temps de lire intégralement les écrits de Mme Alvarez sur son site et dans son livre "Les lois naturelles de l’enfant" ?

    L’ayant fait, j’ai un avis totalement différent du votre au sujet de cette initiative généreuse et échangerait avec plaisir à ce sujet si vous le souhaitez.

    Cordialement

    Julien Chériaux

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1152