vendredi, 15 décembre 2017|

31 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Méthode naturelle de peinture et dessein politique

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   1 commentaire(s)

La méthode naturelle d’apprentissage décrite par Freinet1 s’inspire de la manière dont les bébés et les jeunes enfants procèdent au cours de leurs premiers apprentissages, la parole, la marche. Elle estime les individus suffisamment équilibrés capables de se cultiver et de se former dans un environnement stimulant. Observons un moment de pratique de méthode naturelle de peinture dans une Section de Petits-Moyens d’école maternelle.

Jean Astier, Marseille, Mars 2014

Présentation technique de l’atelier

Il s’agit plus exactement d’un atelier gouache. De temps en temps, nous proposons plutôt de l’encre et, exceptionnellement, de la peinture acrylique. La gouache est privilégiée en raison de sa facilité d’utilisation et de nettoyage à l’eau. Dans notre classe de 60 m2, le coin peinture est constitué de deux tables à hauteur des enfants, accolées et formant un carré d’environ 4m2. Logiquement, l’atelier est installé à proximité du lavabo de la classe, le matériel est entreposé sur des étagères et dans des bacs rangés sous les tables. Les enfants peignent debout. L’atelier peut accueillir 8 enfants, utilisant, la plupart du temps des feuilles de 120 grammes de format A3. C’est la taille maximale pour un atelier de 8 et le grammage minimum acceptable pour la gouache. Plus légère, la feuille se gondole, supportant mal une couche de peinture épaisse. Un doigt de peinture non-diluée est préparé dans des petits pots bébé, rassemblés par 10 dans des barquettes afin d’éviter qu’ils ne se renversent. Après chaque séance, les pots sont triés (rincés si les couleurs ont été mélangées), puis bouchés et rangés sur les étagères. Je regrette de n’avoir pas accès à de meilleures marques de gouache comme Pébéo car la plupart ont le défaut de perdre en séchant la vivacité de leurs coloris. Des pots de brosses rondes et plates de dimensions variées sont disposés sur la table. Les poils de soie, plus souples, rebiquent. Ils sont réservés à l’encre. Pour sécher, les oeuvres sont suspendues par des pinces à linge percées dans leur travers (vieille technique de séchage des feuilles à l’ère de l’imprimerie). Dans l’idéal, nous rêverions de disposer du luxe d’un espace permettant d’autres expériences où les enfants auraient le choix de peindre à même le sol, sur des formats plus importants. Dans notre réalité, ceci reste du domaine de l’exceptionnel comme dans la cour de récréation, aux beaux jours sans vent.

Ces détails minutieux peuvent paraître rébarbatifs au néophyte, ils sont pourtant impératifs au succès de l’atelier. La méthode naturelle se fonde sur une organisation matérialiste scrupuleuse optimisant les conditions et les circonstances afin de proposer les situations d’apprentissage les plus adéquates. Les maîtres s’adaptent au milieu. Ils saisissent des opportunités. Dans certains cas, ils envahissent les couloirs, optent pour le plan vertical, squattent une salle de classe désaffectée. Ils profitent des matériaux abandonnés par les collègues, offerts par des parents ou rencontrés dans la rue. Ils font œuvre de créativité, d’invention pédagogique.

Pour lire la suite et découvrir les productions réalisées, consultez le fichier Pdf ci-dessous

PDF - 8.4 Mo

1 Message

  • Méthode naturelle de peinture et dessein politique 14 mars 2014 17:28, par Bernard Collot

    Il n’y a strictement aucune raison, connue jusqu’à maintenant, qui ferait que la construction des langages dévolus en partie à l’école (ecrit, mathématique, scientifique...) ne s’effectue pas de la même façon et dans les mêmes conditions que ce que narre Jean Astier, suivant les mêmes processus que la marche bipède ou la parole. Un cerveau et un cerveau social qui se construit.

    Ah ! Il y a les conditions ! Il y a les implications sociétales (le dessein politique) !. Il y a la transformation des représentations ! Il y a le changement de paradigme ! Ce n’est pas se construire qui est difficile, c’est d’accepter ce qui permet la construction, y compris la construction sociale.

    Voir en ligne : http://education3.cnalblog.com

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1152