dimanche, 22 octobre 2017|

5 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Les Chroniques de Véronique Decker (3) : Bertrand

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   1 commentaire(s)

Bertrand fut mon premier élève « difficile », dans ma première classe à l’année. A l’époque les TED (troubles envahissants du développement) n’existaient pas encore, mais il y avait déjà des élèves ingérables. Bertrand n’obéissait à rien, ne se tenait à aucune tâche, ne respectait aucune règle. Il n’était sensible à aucune sanction, ne convoitait aucune récompense. Trente ans après, je me souviens encore de lui.

Il m’a obligée à réfléchir, à travailler avec l’enseignante de la classe d’à côté, à faire des réunions d’équipe, à rencontrer ses parents. J’ai appris la nécessaire humanité de la gestion des situations difficiles. Aujourd’hui, les procédures destinées à protéger l’institution en cas de jugement prennent le pas sur cette relation charnelle. Etendu de tout son long sur la moquette de la classe de grande section, Bertrand modulait un « uhuhuhuh » interminable. Lorsque j’en étais épuisée, je l’envoyais dans la classe d’en face. Les enfants avaient appris à l’enjamber, à s’en méfier (il pouvait se relever brusquement et frapper sans raison). A un moment, j’ai cru réussir à l’intéresser à quelque chose avec un petit circuit de voiture qui l’avait mobilisé un instant à faire « veveveveveve ». J’étais très fière de moi, lorsque Bertrand m’a appris la modestie pédagogique d’un coup en s’allongeant pour faire « uhuhuhuh ». Heureusement, à l’époque, les règles de pudeur étaient plus simples en maternelle, et nous avions dans l’école une pataugeoire intégrée dans la construction de l’école : une sorte de piscine de 50 centimètres de profondeur, de la taille d’une demi salle de classe. Les enfants se déshabillaient dans le préau, et nous remplissions les 30 cm d’eau qui permettaient à toute la classe de jouer en vidant le ballon d’eau chaude au mépris des besoins des agents pour faire la vaisselle.... L’eau permettait à Bertrand de se détendre un peu. C’était ma première classe, et j’avais aussi une petite fille hydrocéphale qui peinait à marcher, une enfant sourde (et je ne savais rien de la langue des signes, même pas qu’elle existait), un enfant japonais surdoué qui dessinait des hélicoptères en plan de coupe, ce « uhuhuhuhu » constant qui assourdissait la classe.

Évidemment, je n’arrivais pas vraiment à enseigner tout ce que j’aurai voulu enseigner, mais les enfants ont appris beaucoup de choses sur la diversité du vivant, l’hétérogénéité de l’humanité, le respect du à chacun.
Alors, depuis, chaque fois qu’une liste de revendications syndicales se plaint de « l’hétérogénéité », je crains la suite.

1 Message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1114