mercredi, 23 août 2017|

11 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Le travail social mis à mal

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   1 commentaire(s)

Nous sommes dans un moment de notre civilisation marquée par la montée en puissance de la science et de la technique et par l’effondrement des idéaux de progrès et d’émancipation. L’idéologie de l’entreprise et sa stratégie de management dans une économie de marché néo-libérale infiltrent progressivement les rapports de production et les modes de représentation culturels et sociaux. Aucun secteur de l’activité humaine n’y échappe, pas plus la santé ou la justice que l’enseignement et l’éducation. Dans notre secteur médico-social, cette normalisation est à l’œuvre, elle tend à rompre radicalement avec l’esprit et avec les références qui ont façonné son cadre et ses pratiques. Il s’agit en effet d’en finir avec un certain héritage qui s’apparentait à un processus d’humanisation.
La période des années soixante-dix a été propice au développement du travail médico-social. Celui-ci s’est construit dans un contexte social et politique marqué par un militantisme actif soutenu par des idéaux d’émancipation et attaché à transformer les pratiques dans les institutions. Il n’y a pas eu d’âge d’or, néanmoins cette période a été caractérisée par l’expression d’une incontestable liberté de création à côté d’un certain conformisme. Elle a aussi connu l’essor des sciences humaines et son développement dans les institutions de soin et d’éducation, mettant le sujet et le praticien au cœur de la relation éducative et/ou thérapeutique. La psychanalyse a contribué à soutenir cette approche par son travail d’élaboration de l’inconscient et du transfert à l’intérieur de son propre champ. C’est cette conception même qui est aujourd’hui remise en cause fondamentalement. On cherche à liquider l’héritage fécond de ces années-là à travers la disparition programmée des métiers du travail social qui en constituait l’architecture. L’ancienne division du travail telle qu’elle a été pensée dans l’organisation des métiers du travail social qui privilégiait la notion de complémentarité et de pluridisciplinarité serait devenu obsolète, on veut lui substituer un système d’homogénéisation dans lequel le praticien devient un instrument malléable, flexible, corvéable selon les exigences des procédures et des protocoles et adaptable aux besoins supposés des usagers, légitimés et encadrés par les dispositifs d’action sociale. Une logique gestionnaire et techniciste est à l’œuvre qui non seulement efface la dimension créative du travail médico-social mais lui retire quoi qu’on en dise toute efficacité. C’est la présence et le questionnement du praticien dans la relation à son acte qui constituent en effet la source majeure de son efficacité et non l’application de protocoles et de procédures. Ces derniers largement plébiscités aujourd’hui sont inopérants pour penser la pratique, ils ne produisent que des réponses conditionnées et normatives. L’impérialisme de la rationalisation technique tente de remplacer comme le dit Roland Gori l’œuvre de métier, l’acte artisanal du soin ou du travail social par des dispositifs et des normes pour le rendre soluble dans l’idéologie dominante. « Cette recomposition des pratiques professionnelles s’accompagne sans nul doute d’une perte de la substance éthique et ontologique de la pratique des professionnels ». La pratique doit se conformer à des critères objectivables, facilement identifiables et évaluables, selon des normes établies, à contrario d’une démarche qui jusque-là plaçait l’exigence de compréhension de la complexité du réel au premier plan, justifiant ainsi un recours à la clinique comme un savoir du singulier. Les questionnaires d’évaluation cherchent à évaluer non pas la justesse, la pertinence ou l’efficacité de l’acte des praticiens dont le résultat n’est jamais garanti mais à vérifier l’application et l’opérationnalité des procédures techniques et gestionnaires. Il ne s’agit pas de s’opposer à tout principe d’intelligibilité de la pratique mais de bien voir que c’est le système de l’évaluation lui-même et sa logique de rationalité comptable qui entraînent les praticiens sur le terrain d’une maîtrise et d’une rationalisation des actes. En défendant la clinique qui ne saurait répondre aux critères d’évaluation préconisée par le législateur nous défendons une éthique du travail social. Certains voient dans cette remise en question des fondements même de nos métiers et de nos pratiques un progrès. Ils y voient l’occasion enfin d’asseoir à travers le leurre du primat de l’efficacité et de la maîtrise technique, un idéal de rationalité fonctionnelle et utilitaire cohérent avec les idéaux de notre époque. Cet idéal de rationalité est accueilli comme un progrès en effet dans la mesure où il annonce la fin du règne de la subjectivité, celle du praticien au prise avec les effets de la rencontre pour accéder à un rapport à l’autre, transparent, nettoyé de toutes scories, évaluable et visant une soi disant objectivité. En nous opposant à la refonte des métiers dans laquelle aucune référence significative à la clinique n’est signifiée - notre conviction étant qu’il s’agit bien de la faire disparaître - nous défendons la liberté du praticien d’élaborer, d’imaginer et d’inventer son acte, seule condition pour assumer pleinement sa fonction d’humanisation .

Romuald Avet

1 Message

  • Le travail social mis à mal 30 mars 2015 22:05, par Jean-Pierre Fournier

    A signaler cette pétition (référence pour signer en bas du texte)

    TRAVAIL SOCIAL : PARTICIPONS A L AVENIR DE NOS METIERS

    Lancée en janvier 2013, la réforme du travail social tend à s’accélérer avec la publication des rapports visant la ré-ingénierie des diplômes du travail social qui n’apparaissent pas représentatifs de la réalité des professionnels et répondent manifestement à d’autres logiques.
    Nous, professionnels du travail social, formateurs, chercheurs, étudiants appelons tous les professionnels, associations, étudiants et syndicats concernés par la refonte des métiers du social à se joindre à nous et à signer cette pétition afin d’interpeler le Ministère des Affaires Sociales (notamment la Commission Professionnelle Consultative), et les instances gouvernantes d’UNAFORIS (Union Nationale des Etablissements de Formation et de Recherche en Intervention Sociale).

    Par cet appel nous exprimons :

    1- Notre refus de toute nouvelle réforme des diplômes et classification des métiers qui n’aurait pas été concertée avec les acteurs concernés.
    2- Notre volonté de préserver une logique de métiers dont l’un des aspects est la forte qualification pour l’accompagnement direct auprès des publics.
    3- L’impérieuse nécessité de reconnaître et consolider les dimensions cliniques dans tous les métiers de la relation et du lien social qui respectent des temporalités particulières, s’appuient sur des pratiques renouvelées et des dynamiques individuelles et collectives.

    En plus de souffrir d’un évident déficit de concertation et d’un manque de diffusion, les scénarios proposés témoignent :

    - d’une stratégie de disparition des métiers, de leurs valeurs, et de leur histoire, en tant qu’espaces d’autonomie, de socialisation et de responsabilité, au profit d’une logique de rationalisation et de compétences individuelles.
    - d’une volonté de banaliser et d’économiser les actuels niveaux de qualification en faisant passer au second plan la relation avec les personnes accompagnées et délégitimant les professionnels les plus proches des publics, notamment par la transformation des actuels niveaux III en "Intervenant Social, Coordinateur projet" , tout en proclamant par ailleurs les droits des usagers.
    - d’un manque de réflexion sur la place et la durée des stages dans la formation garants de l’apprentissage d’une posture clinique et de sa mise au travail en formation.

    C’est pourquoi nous exigeons d’être entendus et de participer, comme acteurs de terrain, à la réflexion et aux décisions concernant l’avenir de nos métiers.

    COLLECTIF AVENIR EDUCS
    avenireducs chez outlook.fr http://avenireducs.canalblog.com/

    AFORMEJE (Association pour la formation au Métier d’Educateur de Jeunes Enfants)
    http://aformeje.blogspot.fr/ aformeje chez gmail.com

    Soutenu Par l’ONES (Organisation Nationale des Educateurs Spécialisés)

    http://www.ones-fr.org/

    Soutenu par REZO Psychasoc
    http://www.psychasoc.com

    Soutenu par La FNEJE (Fédération Nationale des Educateurs de Jeunes Enfants)
    www.fneje.fr

    http://www.petitions24.net/travail_social__participons_a_l_avenir_de_nos_metiers

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1086