dimanche, 21 septembre 2014|

247 visiteurs en ce moment

 

Le blog PEROU



envoyer l'article par mail title=
Réagir à l'article
Enregistrer au format PDF
   Partager   2 commentaire(s)

Rencontre avec Sébastien Thiéry, coordinateur du PEROU

Questions de classe(s) - Qu’est-ce que le projet PEROU ? Quelles sont ses activités ?

Sébastien Thiéry - Le PEROU - Pôle d’exploration des ressources urbaines est un collectif d’architectes, artistes et chercheurs qui souhaite contribuer à rénover le répertoire des savoirs sur la grande précarité urbaine, et peut-être par là-même à rénover le répertoire des actions publiques conduites pour y répondre. Notre méthode est pragmatique : agir sur les situations de cette grande précarité urbaine, transformer l’espace comme les représentations qui y sont associées. Ainsi souhaitons nous faire se poser autrement les questions qui y sont liées, et faire se positionner autrement les acteurs institutionnels comme non institutionnels, de telle sorte à sortir des impasses contemporaines. A Ris-Orangis par exemple, sur un bidonville occupé par des familles roumaines, nous avons inlassablement oeuvré, construit et dansé et, ce faisant, fait se tisser de nouvelles relations avec les riverains, les associations, les pouvoirs publics.

Q2C - Quelle place occupe le blog dans ce projet ?

Sébastien Thiéry - Le blog est un outil de médiation de l’action. A la fréquence d’un billet tous les deux jours en moyenne, il nous a servi à consigner les actes, à nous retrouver ailleurs que sur le terrain proprement dit. Il a, pour nous mêmes, cette fonction centrale de consigne, mais aussi d’invention de l’action : par la médiation de l’écriture et des images, par le souffle que parfois ces mediums peuvent donner, nous avons sans doute puisé un peu davantage la force et la conviction de retourner sur le terrain, et l’envie d’y faire encore et encore ce que nous avions à y faire. En tant qu’outil interne d’abord, il a servi à tenir reliées et sur le qui-vive la les personnes - une cinquantaine - qui effectivement ont pris part à l’action.

Q2C - Comment est animé le blog ? Par qui ? Quelle est sa fréquentation ?

Sébastien Thiéry - C’est moi-même qui l’ait animé, tout au moins en ce qui concerne l’écriture, en sachant que nombre d’images et films publiés ne sont pas de moi. Sa fréquentation est variable, et a été très forte à certains moments de médiatisation accrue, lorsque nous avons inauguré le 22 décembre l’Ambassade du PEROU, ou le 15 février la place publique du bidonville. Mais en moyenne, ce sont 300 personnes qui consultent le blog quotidiennement depuis début décembre.

Q2C- Qu’apporte ce blog en terme de retour, de diffusion de vos projets et actions ?

Sébastien Thiéry - Beaucoup de ces personnes qui ont consulté le blog s’y sont comme accrochées, y trouvant un moyen de suivre le pas à pas d’une action contée dans ces pages comme une histoire à part entière, la poursuivant comme par épisodes, avec les moments de joie, de difficulté, de tristesse aussi. Faire histoire est crucial : il s’agit par là de raconter des actes, pour les comprendre et les transmettre. Nous avons eu beaucoup de retour enthousiastes, et certains se sont rapprochés du PEROU et de l’action par ce biais là. Mais nous espérons surtout que le blog aura servi à inspirer d’autres actes, d’autres histoires à venir.

Q2C - L’écriture des billets postés sur Perou se distingue par sa richesse et le style. Pourquoi cette attention aux mots, à l’écriture ?

Sébastien Thiéry - Nous n’apportons pas davantage de soin à l’écriture qu’aux actes et aux constructions que nous avons mis en oeuvre, mais il n’y a donc aucune raison de ne pas apporter autant de soin à l’écriture qu’aux actes et constructions mises en oeuvre dans le bidonville. En quelque sorte, écrivant, il me fallait être à la hauteur de ce que mes amis architectes et artistes réalisaient sur le terrain. Tout ceci est solidaire, comme d’un seul et même tenant : l’Ambassade du PEROU est en soi un médium, une écriture qui devait contribuer à ce que les représentations changent au sujet des bidonvilles et surtout de ceux qui les habitent ; l’écriture qui se déployait dans le blog était alors faite de la même matière, de la même conviction, et devait faire écho de l’ambition de notre ambassade, à savoir re-présenter ce dit « problème » à nouveaux frais. C’est une tâche suffisamment cruciale pour qu’on y apporte le plus grand soin.

PEROU - Pôle d’exploration des ressources urbaines. Site Internet : www.perou-paris.org Contact : contact perou-paris.org

Propos recueillis par Grégory Chambat pour Q2C

2 Messages de forum

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace alternatif et (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS