lundi, 24 juillet 2017|

6 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

L’école du Puy-du-Fou : de Villiers s’offre une réac-academy

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Nouvel article sur le blog L’école des réac-publicains

« Son visage vous dit peut-être quelque chose si vous avez vu la dernière création du Puy-du-Fou : Le dernier panache (1). Dans le spectacle, on y voit une petite fille, Marie Ange, qui pleure dans une église. Cette petite fille, c’est parfois Emma Pichon, 9 ans, scolarisée en classe de CE2. Si elle joue dans le spectacle, c’est que la jeune comédienne est inscrite à la Puy-du-Fou académie. »

Émouvante entrée en matière dans les colonnes du Courrier de l’Ouest pour évoquer la rentrée dans la nouvelle école du Puy-du-Dingue.

Pour Ouest-France, c’est un peu l’ambiance "Rentrée pour tous", prélude peut-être à celle de la Manif pour tous du 16 octobre prochain...

Depuis sa médiatique ouverture l’an dernier (tous les journaux télévisés y ont consacré un reportage, les médias pour enfants aussi comme la chaîne Gulli), cette école privée hors contrat continue de se développer.
En un an, cette « école maternelle & primaire Arts & Études » a doublé ses effectifs (103 élèves) et ne compte pas s’arrêter là.

Il n’est jamais trop tôt pour embrigader…

« Pour que l’enfant adhère au projet, il fallait lui proposer d’intégrer cette formation dès la maternelle, précise Nicolas de Villiers, président du Parc et fils du Vicomte. C’est une garantie d’avoir un niveau homogène. Bien sûr, chaque élève est libre d’arrêter et de s’orienter à tout moment vers un enseignement scolaire classique. »

Sur la page du site dédiée au projet, on peut découvrir les méthodes qui y sont prônées : « La formation scolaire repose sur l’acquisition et la maîtrise des fondamentaux (lire, écrire, compter), un travail d’observation, de mémorisation, de réflexion et d’imagination ainsi qu’une initiation à l’anglais dès le plus jeune âge. »

Mais, dans la presse, ce projet est aussi vendu d’une autre manière : « Cette école, c’est le croisement à l’échelle française du modèle d’enseignement anglo-saxon et du modèle de formation oriental que l’on peut trouver au cirque de Moscou ou au cirque de Pékin, commente Nicolas de Villiers. C’est le début d’une grande aventure pour nous. C’est au moins aussi excitant que la création d’un spectacle. »

Que ne ferait-on pas pour ses manants...

Cette école privée hors contrat, mixte et aconfessionnelle (sic !), est située à 400 mètres du parc d’attraction, au lieu-dit La Ganache, dans la commune des Epesses (Vendée). Les frais d’inscription s’élèvent à 200 €, 95 € par mois de frais de scolarité (de septembre à juin) et 4 € de cantine. Le Puy-du-Fou a financé l’établissement à hauteur d’un million d’euros et continuera à investir plusieurs centaines de milliers d’euros tous les ans pour compenser la différence entre le coût réel des études et les sommes versées par les familles. Il s’agit en effet de garantir des « petits effectifs » : 8/15 élèves par classe.

Il faudra aussi débourser 170 euros pour acquérir l’uniforme, forcément obligatoire - et inspiré de celui d’Harry Potter, selon les fondateurs de l’école.

Fort de son succès, Puy du Fou Académie a sélectionné 55 élèves parmi 250 nouvelles candidatures reçues. Cette sélection des élèves se fait sur dossier et après une rencontre avec les parents et l’enfant.

Côté encadrement, le « directeur pédagogique » de l’établissement, Philippe de Beauregard, est aussi colonel dans l’armée de terre et formateur des officiers et sous-officiers à Saint-Cyr. Marié et père de six enfants, il a servi pendant vingt-six ans dans l’armée de Terre puis décidé de réorienter sa vie professionnelle vers l’éducation et donc la « Puy-du-Fou Académie ». La direction administrative est confiée à François Durand, ancien directeur-adjoint du lycée Saint-Gabriel, à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée) et bénévole au Parc pendant 25 ans.


Au cœur des valeurs du Puy-du-Fou…

Interrogé par Le Point, le Vicomte Philippe Le Jolis de Villiers de Sintignon pour les intimes, ancre cet établissement scolaire au cœur du projet et des valeurs du Parc qui se déclinent donc autour de l’école, de la « Cinéscénie » et de « l’humanitaire ». En effet, via « Puy-du-Fou Espérance », une partie des recettes de la Cinéscénie est reversée à des associations (3 millions d’euros depuis la création du parc). Un « humanitaire » bien ciblé. On compte ainsi, parmi les bénéficiaires, la Fondation Jérôme-Lejeune, l’une des principales associations du mouvement anti-IVG en France, proche de l’Opus Dei (Lejeune en était membre). Cette Fondation entretient des liens étroits avec La Manif pour tous, dont elle partage les idées contre le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe, et fait partie de ses partenaires officiels. La présidente de ce collectif d’associations, Ludovine de La Rochère, est également responsable de la communication à la Fondation Jérôme-Lejeune depuis 2010. Philippe de Villiers ne manque jamais de souligner l’action de Jérôme Lejeune « chercheur et combattant de la vie » aujourd’hui décédé, tout en saluant les parents qui « préfèrent vivre en parias plutôt qu’en criminels ».

En famille ou en sortie scolaire, il est bon de rappeler que les entrées au Parc financent ce genre de mouvement...

Espérance banlieues version aristo-chouans…

Port de l’uniforme, éloge des « fondamentaux », tri sélectif des élèves, exhibition des drapeaux (celui de la Vendée !), communication sur des tarifs « attractifs » pour une école hors contrat… Tout cela nous rappelle la stratégie des écoles Espérance banlieues. Le blog « Liberté scolaire » (sic) de la Fondation pour l’école qui abrite les établissements Espérance banlieues, s’est empressé de saluer la naissance de cette école, tout comme le blog Créer son école (Anne Coffinier). Les réseaux de Villiers ne manquant pas d’argent, il ne semble pas qu’ils se soient tournés vers la Fondation… à creuser. En revanche, ce qui est certain c’est leur proximité (Opus Dei ou des messages d’étudiants de l’ILFM – l’Institut libre de formation des maîtres de la Fondation – souhaitant postuler…).

« L’école républicaine est inefficace et bientôt morte, la Restauration n’est plus très loin »

Un projet éducatif – et politique – que l’on ne saurait mieux résumer qu’en citant ce message publié par un admirateur sur le site de l’école :

« L’école républicaine est inefficace et bientôt morte, la Restauration n’est plus très loin car on ne peut plus descendre plus bas. Un grand bravo aux dirigeants du Puy du fou et à toute son équipe ! Vous êtes formidable ! La France a besoin d’un nouvel élan
Daniel Offe. »

Sans aucun rapport : selon Le Canard Enchaîné, Marion Maréchal-Le Pen déjeunait avec Philippe de Villiers samedi 3 septembre 2016, au Puy-du-Fou...

À consulter :

La rentrée de l’Académie du Puy-du-Fou vue par Ouest France
La page officielle de l’école
Sur le blog Créer son école (Anne Coffinier)
Sur le blog "Liberté scolaire" (Fondation pour l’école)
Petit décryptage sur le site Confusionnisme info (sur lequel je me suis appuyé pour divers éléments)

(1) Un spectacle, lancé en 2016, que le parc présente ainsi : « Jamais le Puy-du-Fou n’avait vu aussi grand ! Une salle de spectacle incroyable sort de terre pour donner naissance à la nouvelle création originale du Puy-du-Fou : Le Dernier Panache.
Suivez le destin glorieux d’un officier de marine Français, héros de la Guerre d’Indépendance Américaine, dont la vie va basculer en 1793 dans un ultime combat pour la liberté !). »

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1084