jeudi, 23 mars 2017|

55 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

« L’école change avec vous »

   Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Les journées de la Refondation qui se sont déroulées à Paris les 2 et 3 mai 2016 portaient haut et fort le titre « L’école change avec vous ».
Ce « vous » s’adressait-il aux acteurs de l’école et de l’éducation du terrain, aux enseignants et aux professionnels des établissements scolaires ? Difficile pour ces derniers, les journées se déroulaient pendant deux jours de classe et seuls les invités du ministère pouvaient s’y inscrire : des élus nationaux et locaux, des recteurs, des inspecteurs, des chercheurs et professeurs du supérieur, des experts et spécialistes, des représentants d’associations, de fédérations de parents, de syndicats enseignants, des journalistes, etc. Sur les 2 000 présents, très peu de professeurs des écoles, de professionnels œuvrant dans les établissements scolaires, même si quelques-uns intervenaient dans les six ateliers.

Bien sûr les onze conférences et débats dans le grand auditorium – pas les ateliers – pouvaient être suivies en direct et en différé sur Internet. Des plénières qui ont donné pleinement la parole aux ministres successifs de la Refondation, au président de la République et au premier ministre, une présence gouvernementale importante.

Ce « vous » ne s’adressait donc guère aux enseignants, aux équipes qui, au quotidien œuvrent pour l’éducation, pour une école « refondée » qui accueille tous les enfants en respectant leurs parcours singuliers dans un environnement coopératif et citoyen.

Et pourtant, ils sont nombreux, souvent modestes et peu visibles.

Certains écrivent des projets d’établissement qu’ils souhaitent offrir à l’Éducation nationale. Ils ne comptent pas les heures de réunion, de dialogue avec les recteurs, les inspecteurs de leur territoire, avec la municipalité et les acteurs éducatifs locaux qui très souvent les soutiennent. Mais rien ne peut se faire sans le niveau national de l’éducation.

Alors ils écrivent au conseiller, puis sans réponse, directement à la ministre pour simplement demander une audience. Et toujours le SILENCE. Pas même un petit courrier de réception, de notification d’indisponibilité...

Récemment, un collectif porteur d’un projet pour une école expérimentale à Rochefort a été confronté à ce silence[1].

Un silence bruyant d’indifférence, encore plus violent qu’une réponse négative.

« L’école change avec vous », n’était-il alors qu’un slogan électoral pour 2017 ?

[1] 1-2-3 École : http://www.toutesautresdirections.org/123ecole/

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1008