vendredi, 15 décembre 2017|

32 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

L’Espace Numérique de Travail confié à une entreprise de conseil en GRH

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   13 commentaire(s)

Vous connaissez, bien sûr, l’Environnement Numérique de Travail. Il s’agit d’un « formidable outil » permettant de mettre en ligne les absences et retards des élèves du secondaire, les bulletins, les échanges avec les familles, le contenu de chaque heure de cours, de chaque devoir mais aussi le Livret Personnel de Compétences, le « Passeport Orientation et Formation » ainsi que, peut-être, toutes sortes d’autres données personnelles et confidentielles, tant le pouvoir de l’imagination humaine est infini. Mais savez-vous qui le Département de Paris a chargé d’installer et de gérer l’ENT dans les collèges et dans les lycées municipaux ? La société de conseil en gestion des ressources humaines Sopra Consulting, propriétaire de Orga Consultants, tristement connue pour sa gestion des ressources humaines à France Telecom. À la suite du scandale auquel les suicides ont donné lieu, cette société n’intervient plus à France Télécom. Il en faudrait plus pour décourager la Mairie de Paris, apparemment1...

Ce choix n’a rien d’étonnant. Il entre parfaitement dans la logique qui a présidé à la mise en place du Livret Personnel de Compétences, de l’Espace Numérique de Travail et du Passeport Orientation et Formation.
Une simple lecture du Livret de Compétences2 permet de s’apercevoir de son orientation utilitariste. Les items de la compétence 1, « maîtrise de la langue », ne retiennent du langage que ses aspects pragmatiques, tels que « repérer les informations », « dégager l’essentiel d’un texte », « rédiger un texte bref, cohérent et ponctué, en réponse à une question ou à partir de consignes données » (palier 3 ; fin de 3ème)...
La fonction de la langue n’est pas uniquement d’être « maîtrisée », elle est ce par quoi le sujet se constitue comme tel d’une manière que lui même ignore avant son actualisation dans la parole. Elle est ce par quoi, à travers les siècles, ou dans le présent de l’énonciation nous parvient la voix, la subjectivité d’un autre qui résonne en nous et nous fait grandir.
Mais il ne s’agit pas ici de grandir, ni d’accéder au statut de sujet et encore moins de percevoir l’autre comme tel. L’élève doit prendre sa fonction de relais au sein de la Société de l’Information. Il doit être capable, en fin de 3ème, de prélever les informations et de les restituer sans sortir du cadre imposé. Voici ce dont il a besoin pour valider la compétence 1 au sortir du collège. On ne peut évidemment pas dénier à l’élève le droit d’être capable de relever les informations et de les transmettre. Quelques questions se posent toutefois : qu’en est-il de lui en tant qu’être humain, qu’en est-il de son rôle dans la société et de sa relation à autrui dans cette « Maîtrise de la langue » uniquement centrée sur l’information ?
Dans la compétence 5, « culture humaniste », on trouve bien : « avoir des connaissances et des repères relevant de l’espace, relevant du temps, relevant de la culture littéraire (œuvres littéraires du patrimoine) » et « relevant de la culture civique ». Avec ça, le futur citoyen pourra sans doute satisfaire aux épreuves de QCM et éviter de passer pour un sot dans les dîners. Et attention, il ne faut pas croire que la réflexion et les sentiments soient évacués. Parmi les items de cette même compétence on demande à l’élève d’ « être sensible aux enjeux esthétiques et humain d’un texte littéraire » (« compétence acquise le » : (date !)), ou : d’« être capable de porter un regard critique sur un fait, un document, une œuvre ». Que signifient ces exigences si les autres compétences ont une orientation utilitariste, si l’élève n’a appris à envisager un texte que son l’angle du prélèvement d’information ? Et sur quels barèmes va-t-on évaluer la sensibilité et le regard critique ? Les items de cette compétence « culture humaniste » ressemblent surtout à un relevé de tout ce qui manque dans le Livret. Malheureusement, leur superficialité est flagrante. L’Histoire se cantonne-t-elle à ses « grands traits » ? N’est-il pas plus important d’en interroger les causes et les conséquences, d’encourager les élèves à une véritable réflexion ? Dans ce contexte, comment prendre au sérieux les items relevant de la sensibilité et du regard critique ? On a bien plutôt l’impression d’un verni destiné à mettre un peu de baume sur les plaies des âmes nostalgiques qui déploreraient la disparition de la culture humaniste au profit de celle de la fonctionnalité.
Il en va de même de « l’autonomie et initiative » (compétence 7), pourtant censées être « enfin » valorisées dans le Socle. On comprend rapidement que le Livret emploie ces termes dans un sens bien spécifique. Pour le palier 2 de la compétence 7, par exemple, qui correspond à la fin du CM2, l’élève doit être capable de : « respecter des consignes simples, en autonomie, être persévérant dans toutes les activités, commencer à savoir s’autoévaluer dans des situations simples, soutenir une écoute prolongée, s’impliquer dans un projet individuel ou collectif, se respecter en respectant les principales règles de vie, accomplir les gestes quotidiens sans risque de se faire mal, réaliser une performance mesurée dans des activités athlétiques et en natation et se déplacer en s’adaptant à l’environnement ». Et c’est tout. Respecter les consignes, s’autoévaluer (ou bien mesurer et se sentir coupable et responsable de notre écart par rapport à la norme), en quoi cela a-t-il un quelconque rapport avec l’autonomie ? Et comment, par quel glissement, l’autonomie et l’initiative, fonctions primordiale à l’exercice de la liberté, doivent-elles se plier au service des « consignes », des « règles » et des « performances » ?

En fait, c’est assez clair et ce n’est même pas caché. Les sept compétences du livret sont calquées sur les huit compétences clés élaborées par le conseil de l’Europe en décembre 2006 parce que « les nouvelles compétences de base à acquérir par l’éducation et la formation tout au long de la vie [sont] une mesure essentielle de la réponse de l’Europe à la mondialisation et à l’évolution vers des économies basées sur la connaissance, et que les ressources humaines sont le principal atout de l’Europe. » Donc, « Alors que la mondialisation continue à poser de nouveaux défis à l’Union européenne, chaque citoyen devra avoir à son actif un large éventail de compétences clés pour s’adapter avec souplesse à un monde évoluant rapidement et caractérisé par un degré d’interconnexion élevé. L’éducation, dans sa fonction à la fois sociale et économique, a un rôle fondamental à jouer pour que les citoyens européens acquièrent les compétences clés qui leur sont nécessaires pour s’adapter avec souplesse à ces changements. » (Journal officiel de l’Union Européenne 30/12/2006). Si je résume, en tant que « ressources humaines », les enfants d’aujourd’hui sont le principal atout de l’Europe. Il convient dès à présent de les préparer à s’adapter « avec souplesse » aux changements et de garantir leur « employabilité » (même J.O.). Vient ensuite la liste des 8 compétences reprises dans le livret (sauf « apprendre à apprendre » que le livret ne reprend pas et « esprit d’initiative et d’entreprise » qui a été remplacé par « autonomie et initiative »)3.
Et le pire reste à venir : afin « d’augmenter la transparence », l’archivage numérique des compétences dès la grande section de maternelle et jusqu’à l’âge de la retraite va permettre de présenter nos compétences à nos employeurs partout en Europe et de les mettre à jour constamment afin de rester compétitifs face à nos concurrents (entendez par là les autres êtres humains). Si l’on va sur le site de Pôle Emploi, on nous explique comment enrichir et mettre à jour notre Passeport Orientation et Formation numérisé en y incluant nos activités associatives, culturelles, nos formations diverses... C’est aussi le Passeport Orientation et Formation qu’on trouve dès la classe de cinquième sur l’Environnement Numérique de Travail, dans lequel l’élève doit consigner ses activités et ses compétences extra-scolaires ainsi que ses démarches vers le monde du travail et des formations.
L’ « autonomie » de demain économisera des salaires de cadres et de formateurs. L’homme gérera seul sa formation et sa productivité d’autant plus optimisées. En période d’emploi, comme de chômage. Quant à l’« esprit critique », il consistera (et consiste déjà) à n’écouter que le discours officiel en dévalorisant toute voix dissonante.

On enseigne à l’IUFM qu’il faut maîtriser sur le bout des doigts les « Dix compétences professionnelles5 » indispensables au métier d’enseignant. Et surtout la plus importante d’entre elles : « Agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable ». Heureusement que « fonctionnaire de l’État » est séparé de « éthique et responsable » par la conjonction et, sinon au lieu d’une antithèse, ce serait un non sens. Parce qu’être enseignant dans ces conditions n’est ni éthique ni responsable. Si le monde change, si le chômage galope, ne convient-il pas au contraire d’apprendre à s’entraider ? À trouver aussi notre joie de vivre ailleurs que chez les patrons (dont le terme « adapter avec souplesse » nous fait d’ors et déjà bien comprendre à quelle sauce ils comptent nous manger), à connaître l’Histoire, grande absente du Socle, pour reconnaître les signes précurseurs des époques sombres. Être capable de lutter, d’être solidaires, de créer, de penser... En d’autres termes, ne convient-il pas d’apprendre l’autonomie, l’initiative et l’esprit critique. Dans son vrai sens, cette fois. Pour être autre chose que des « ressources humaines », pour déployer nos ressource d’humains.

C’est donc à un cabinet de gestion des ressources humaines -et non des moindres- que sont confiées les « compétences » des enfants ainsi que toute une série de données sensibles dont la CNIL elle-même relève qu’elles ne sont pas suffisamment sécurisées (délibération n°2006-104 du 27 avril 2006)5. Le travail des enseignants également, heure par heure, ainsi que leur façon d’évaluer car ils sont tenus de renseigner l’E.N.T. , consultable à tout instant par le chef d’établissement, par l’inspecteur et par le DRH. Le Tableau Numérique Interactif enregistre ce qu’on y écrit (non je ne délire pas !), il sera donc impossible d’enseigner différemment. Sopra Consulting veille sur nous6.

On ne peut pas s’en étonner, c’est vrai, mais peut-on l’accepter ?

Notes :
1, Il est vrai que la stratégie de Sopra Consulting est remarquable par la manière dont elle privilégie l’adhésion des acteurs et dont elle intègre l’outil informatique dans la transformation de l’entreprise. On peut en effet lire dans la plaquette intitulée « La conduite du changement dans les projets SI », disponible sur leur site internet : « La mise en place d’un nouveau Système d’Information est la face émergée d’un changement profond qu’il est impératif d’accompagner ». Le mode de fonctionnement du système d’information doit devenir celui de l’entreprise qui sera elle-même en symbiose avec le système d’information. Au lieu de n’être qu’un outil, il fera partie du métabolisme de son organisme d’accueil qui en sera profondément transformé : « L’évolution SI est indissociable d’évolutions d’organisations. Un tel projet de transformation SI est donc une opportunité pour l’entreprise d’optimiser son organisation, d’accompagner le changement, de faciliter l’appropriation et d’intégrer les concepts structurants de l’outil dans l’organisation ». Bien joué !
2, Sur le sujet, voir l’ovrage d’Angélique del Rey, À l’école des compétences, De l’éducation à la fabrique de l’élève performant, La Découverte, Paris, 2010, ainsi que le site internet du Comité National de Résistance à Base Élève.
3, L’Europe ne fait qu’appliquer les directives de l’OCDE qui, en 2011, affirmait en lançant ses enquêtes sur les compétences mondiales que « Le résultat final servira de modèle pour élaborer et appliquer des mesures tirant le meilleur parti possible du capital humain de chaque pays en favorisant le développement des compétences de ses citoyens -et en les utilisant- afin de renforcer la croissance économique et la cohésion sociale ». (Stratégie de l’OCDE sur les compétences). Un an plus tard, les termes employés sont plus feutrés mais le fond est le même. Les compétences sont « la monnaie internationale des économies du XXIème siècle » Afin de « constituer et d’utiliser au mieux un vivier de compétences de qualité, un pays doit agir au moyen de trois instruments principaux : ceux qui améliorent la qualité et la quantité des compétences ; ceux qui permettent de mettre ces compétences à la disposition du marché du travail ; et ceux qui garantissent leur utilisation efficace. » Nous comprenons que, grâce aux données auxquelles Sopra Consulting a dorénavant accès, cette entreprise pourra agir (et générer bien du profit) au niveau de chacun des « trois instruments principaux » de gestion des compétences.
4, J.O. Du18 juillet 2010
5, La CNIL contraint les établissements à informer les utilisateur de leur droit d’opposition d’accès et de rectification mais combien de parents prendront le risque de marginaliser leur enfant en refusant qu’il soir géré informatiquement ? Et, pour ces courageux, les laissera-t-on faire ? Déjà de nombreux parents qui demandent que leur enfant ne figure pas sur Base Élève se voient refuser ce droit par l’inspecteur d’académie.
6, Dans sa plaquette « Conduire et réussir les grandes transformations d’entreprise », Sopra Consulting nous explique : « La transformation se définit comme l’ensemble des opérations qui conduisent à une modification significative, voire drastique, de la structure même de l’entreprise dans un objectif majeur d’adaptation à son environnement de marché, d’optimisation ou de refondation de ses modes de fonctionnement […] ».
Cette « refondation » ne concerne-t-elle que l’école, ou vise-t-elle à transformer l’ensemble de la société ?

13 Messages

  • Bonjour,

    Votre article mélange absolument tout : les compétences ministérielles (ministère de l’éducation), les compétences des collectivités (déploiement des Espaces Numériques de Travail), l’OCDE (enquêtes transverses), les sociétés privés (cabinet GRH, Sopra), la CNIL...

    Il n’y a pas de théorie du complot...
    Etre vigilant sur le domaine de l’éducation et du numérique c’est bien, crier au feu quand il n’y a pas lieu, c’est moins bien.

    Cordialement

    repondre message

  • Cher Monsieur,

    Vous avez parfaitement raison : à la lecture de mon article on peut avoir le sentiment d’un mélange très indigeste. Mes maladresse rédactionnelles n’en sont malheureusement pas les seules responsables. Ce n’est pas moi qui ai transféré les Compétences clés élaborées par le Conseil de l’Europe pour le monde du travail au Livret de Compétences à acquérir par un enfant dès la maternelle. Ce n’est pas moi qui ai confié la gestion informatisée de ces mêmes compétences dans les collèges publics à une société privée de GRH. Je n’ai pas non plus mis sur l’ENT, à renseigner dès la classe de 5ème, un Passeport Orientation Formation à destination de Pôle Emploi pour le compte des employeurs potentiels.
    Quant aux compétences ministérielles et à celles des collectivités, elles me semblent en effet aller dans le même sens et je ne vois pas pour quelle raison il en serait autrement. Pour ce qui est de la "théorie", j’aimerais avoir votre fraîcheur. Ce dont j’essaye ici de faire part à la collectivité, ce sont des faits et des textes constatables et consultables par tous, et que j’aurais moi aussi préféré ne pas voir.

    Bien à vous,

    s.o.

    repondre message

  • merci S.O. pour cet article très bien sourcé, qui met en relations divers éléments apparemment épars, de façon très claire.
    personnellement j’écris toujours par courrier à l’administration qu’en l’absence de texte réglementaire contraignant les fonctionnaires à posséder une adresse électronique voire à utiliser un ordinateur, nos échanges ne peuvent être que par lettre ou à la limite par téléphone sur mon lieu de travail à mes horaires de service, et que c’est le seul moyen par lequel ils peuvent me transmettre les infos qui me concernent et qu’ils me doivent.
    et bien entendu, d’ici à ce que je participe à quelque chose comme un blog ou un site d’école... de l’eau peut couler sur la toile =)

    repondre message

  • Mais ce n’est pas un article, c’est un brouillon ?
    beaucoup de mélanges et d’incompréhensions qui rendent cet article peu crédible et apportent beaucoup de désinformation. Ou alors je n’ai rien compris...
    Rien que sur le titre réducteur sur les activités de la société sopra qui n’est pas qu’une société de conseil en GRH...
    Bref, vu la qualité de l’argumentaire qui semble plutôt être du "ressenti", cela montre que l’accompagnement de la mise en place de cet E.N.T. n’est peut être pas suffisent vis à vis de certaine population...
    bonne continuation

    repondre message

  • Bonsoir Komp,
    Merci pour votre commentaire bien construit et étayé d’arguments probants tels qu’on aimerait en voir plus souvent. L’accompagnement de la mise en place ENT n’est en effet pas suffisant pour des personnes de ma génération qui ont encore eu la chance de bénéficier de vrais programmes d’histoire, qui savent l’usage qui peut être fait des fichiers, qui savent aussi que les régimes peuvent tourner au brun en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire et qu’il est préférable de ne pas mettre en place des outils si dangereux. Il aurait fallu tripler la dose pour nous empêcher d’aller chercher ce qu’il y a derrière les discours lénifiants du lean management.
    Mais Sopra fera mieux la prochaine fois, à n’en point douter : "Il est primordial
    d’éviter qu’un individu seul ou un groupe enraye l’ensemble de la partition" nous avertit la plaquette "La conduite du changement dans les projets SI" qu’on risque de ne plus trouver très longtemps sur le site internet de Sopra...

    cp

    repondre message

    • C’est vrai, la plaquette " Point de vue, La conduite du changement dans les projets SI" n’est plus en accès libre sur internet, il faut s’identifier. Des nouvelles pages sont apparues qui insistent sur le côté rassurant, ancienneté de la boîte, création de logiciels etc. Ce qui est étonnant c’est surtout qu’ils aient laissé traîner toutes ces infos jusqu’à maintenant. Il faut dire aussi que leurs activités n’ont pas l’air de déranger grand monde...

      repondre message

  • Bonsoir,

    L’article est clair. La situation est complexe il faut fait "un effort" pour comprendre les impacts des politiques européennes sur la vie des enfants et les transformations sociales qui en découleront
    Le choix de faire "gérer" les ENT par une entreprise de ressources Humaines privé est dangereux pour les "citoyens". On ne peut pas cautionner ce choix.
    Les parents doivent être alertés sur le fond : le contenu des compétences ; le pourquoi du choix de ce type de compétences et sur la de gestion qui sera faite des informations .
    Merci à l’auteur.

    repondre message

  • L’article est dense et de ce fait aborde plusieurs sujets.Le filtre de compréhension et d’appréhension des différents points traités est celui de la mise en alerte par des éclairages,contestables par nature,mais pas moins pertinents pour autant.

    L’expérience montre qu’une technique n’existe pas en soi, qu’elle se réfère à une vision "politique", expérimentale de l’existence. Il n’est pas outré de suggérer,et nous d’entendre, que le vivant étant une marchandise, brevétisée au fur et à mesure, les données, les informations naïvement placées se retrouveront potentiellement sur d’autres espaces.

    Ceci dit,les compétences qui émanent bien du monde professionnel, permettent aussi d’éliminer du subjectif dans les qualifications portées sur les personnes et, les supprimer rétablirait-il plus d’ éthique.
    Ces questions sont complexes, il faut interroger plus chacune des notions évoquées.

    repondre message

    • Bonjour ,
      Grand merci à vous tous de votre lecture attentive. Penser, essayer de comprendre, c’est déjà changer le monde. Maintenant, ou dans pas trop longtemps...
      Je souhaitais juste, faisant suite au dernier commentaire, ajouter que oui, chacune des notions évoquées mérite d’être encore interrogée. Les compétences, par exemple, portent en effet un « qualificatif sur les personnes ». C’est là un de leur défaut majeur. La subjectivité ou l’objectivité de ce qualificatif ne change rien à l’affaire.
      Les supprimer rétablirait plus d’éthique en ce sens que cela soulignerait que l’école n’a pas à s’inféoder à l’ ordre de la finance. Bien-sûr, l’ordre antérieur n’est pas plus épanouissant et demande à être pensé et repensé. Pour autant, il me semble que les compétences relèvent de l’ordre de l’intime. Il s’agit de plier notre être même à la demande. L’acquisition -ou non- des connaissances laisse place à notre inaliénable subjectivité.
      On est ou on n’est pas compétent. On sait ou on ne sait pas quelque chose.
      Cette injonction à la normalisation de notre être réduit notre espace de liberté à une dimension intolérable.

      repondre message

  • Il est évident, votre réponse est éloquente, que le terme est fait d’ambiguïtés. C’est ballot, parce qu’étymologiquement "compétences" veut dire grosso modo "demander ensemble".Choix cornélien...

    repondre message

  • En fait, comme ça, en tapant sur Google : "Sopra éducation nationale" j’ai vu que la transformation de l’Éducation Nationale avait été confiée à Sopra depuis 2009. Celle de la Défense et d’autres ministères également. Je n’ai pas tout lu parce que ça fait dresser les cheveux sur la tête. Il ne s’agit donc pas uniquement de Paris et les élèves ne sont pas les seuls visés. J’ai juste relevé ça sur une des nombreuses plaquettes Sopra (mais il y a pire, je vous engage à aller voir) :

    "Confronté aux nouvelles attentes des citoyens et à la nécessité d’optimiser ses dépenses, le Secteur Public s’est engagé dans un vaste mouvement de transformation de ses métiers et de son organisation. Il trouve en Sopra Group un vrai partenaire qui accompagne ses clients depuis le conseil en amont jusqu’à la mise en place de solutions adaptées. "

    À chacun d’imaginer les conséquences sur notre vie quotidienne et sur les dangers auxquels nous -habitants de ce pays- sommes exposés. Tout le monde le savait sauf moi ou quoi ? Que s’est-il passé ? J’ai comme l’impression d’avoir loupé un épisode...

    repondre message

    • Mon détracteur avait raison, Sopra n’est pas qu’une société de conseils en GRH. Si on tape sur internet sopra success stories on voit qu’ils gèrent la transformation de edf, la poste, la sncf, airbus, des transports maritimes et aériens, orange, bouygues, sfr, le ministère de la défense et de la justice, la mairie de paris, le département de paris... Qu’ils soient rachetés par un émir du Qatar ou par n’importe quel tyran, à moins que ce ne soit déjà fait (pour ce qu’on en voit, ils ne sont certainement pas au service du citoyen), et on rigolera moins parce qu’en gérant l’organisation du travail et en détenant le système informatique, ils détiennent toutes les informations et tous les pouvoirs. Ce sont nos nouveaux patrons et on ne le savait même pas. En plus ce sont nos impôts qui les payent. Le temps de la démocratie est révolu.
      Bon, mais il ne faut pas que ça nous décourage. Chacune de nos action, même petite, n’en est que plus précieuse. Ceux qui savent comment s’y prendre pour les grandes actions peuvent aussi...

      repondre message

      • Je n’avais pas vu que ce programme de "modernisation", appelé "Chorus", avait été conclu -pour la modique somme de "entre 6 et 10 millions d’euros"- en partenariat avec la société BearingPoint. Sur Wikipédia on apprend que cette société américaine est devenue européenne, qu’elle a eu des problèmes avec l’inspection du travail à cause du départ de trop nombreux collaborateurs mais que maintenant tout va bien car elle a racheté un Big data (les états unis en ont 6), l’ Hyper cube, qui lui permet de traiter un nombre gigantesque de données telles que les "tendances industrielles, épidémiologie ou les opinions politiques". Ils se vantent même sur l’une de leurs plaquettes d’être capables de de dire "Quels profils d’individus à risque mettre sous surveillance ?". Pourquoi cette société a-t-elle été choisie, avec Sopra, pour cette "étape clef de la révision générale des politiques publiques" ? Qu’ont-ils fait exactement ? Quelles en sont et quelles en seront les conséquences ?
        On est tous responsable de la société dans laquelle on vit. L’Éducation Nationale l’Enseignement Supérieur et la Recherche sont notre bien commun (ainsi que de ce qui découle de la gestion des autres ministères). On ne peut pas rester les bras croisés, à se réjouir secrètement en pensant que c’est les autres qui vont pâtir de la "transformation" parce que nous, n’est-ce pas, n’avons rien à nous reprocher. On sait ce qu’engendre ce genre de posture.
        P.S. Et à fliquer les enfants grâce à l’ENT on les habitue à trouver normal d’êtres fliqués plus tard. Jusqu’à chaque seconde de leur vie car "y a-t-il encore une séparation entre vie professionnelle et vie privée" s’interroge faussement BearingPoint dans -encore- une de ses plaquettes. C’est pour cette "vie" qu’on les a mis au monde ?

        repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1152